Extension Factory Builder
16/03/2012 à 11:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Prix Nobel Kenzaburô Ôe au cours d'une manifestation à Tokyo, en 2011. Le Prix Nobel Kenzaburô Ôe au cours d'une manifestation à Tokyo, en 2011. © Yuriko Nakao/Reuters

Les écrivains jouent un rôle clé dans le rejet du nucléaire et la contestation de la politique énergétique du gouvernement japonais. Plusieurs d'entre eux participent au Salon du livre, du 16 au 19 mars à Paris.

« Je vis Fukushima

J'aime Fukushima

Je n'abandonne pas Fukushima

Je marche dans Fukushima »

Dans son poème justement intitulé Résolution, le poète Ryôichi Wagô montre à quel point il est attaché à sa ville natale. Depuis l'accident de la centrale de Fukushima-Daiichi qui a suivi le séisme du 11 mars 2011, il est devenu célèbre grâce à ses textes qu'il publie sans cesse pour alerter les Japonais sur la situation dans la région où il vit et rappeler la nécessité de ne pas oublier. « Tout ce que je considérais comme "absolu" s'est écroulé, comme le mythe de la sûreté nucléaire », explique-t-il lorsqu'on l'interroge sur les motivations qui l'ont conduit à sortir de l'anonymat pour faire entendre la voix des gens de Fukushima.

 « J'ai peur de l'air, il y a quelque chose dans l'air

J'ai peur, je ne veux pas m'approcher,

L'air montre un visage de colère,

Je ne veux pas ça, c'est quoi ? »

 

L'inquiétude qui se dégage de ces quelques vers écrits par Ryôichi Wagô le 27 mars 2011 n'a pas disparu. Elle s'est enracinée dans l'esprit de la plupart des Japonais, qui remettent désormais en question le nucléaire qu'ils portaient aux nues il y a encore quelques mois. Selon un sondage publié en décembre 2011 par le Asahi Shimbun, le deuxième quotidien de l'archipel, 57 % des personnes interrogées se disent opposées à cette forme d'énergie, estimant qu'une sortie du nucléaire doit désormais figurer parmi les objectifs gouvernementaux.

Ce thème mobilise la population, qui n'hésite plus à descendre dans la rue pour exprimer son ras-le-bol et exiger des autorités qu'elles prennent enfin le taureau par les cornes. Les Japonais ont ainsi massivement répondu à l'initiative de deux personnalités (toutes deux invitées au prochain Salon du livre de Paris), Kenzaburô Ôe, Prix Nobel de littérature 1994, et Satoshi Kamata, l'un des journalistes indépendants les plus respectés du pays, pour de grands rassemblements mensuels et une vaste campagne destinée à recueillir 10 millions de signatures pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il révise sa politique énergétique. En septembre 2011, le premier de ces rassemblements avait réuni 60 000 personnes de tous âges dans les rues de Tokyo.

Pas de remise en question du nucléaire

Malgré la mobilisation populaire, le gouvernement paraît peu disposé à remettre en question le nucléaire et multiplie les annonces destinées à rassurer l'opinion sur la situation à l'intérieur de la centrale de Fukushima-Daiichi. Le 16 décembre 2011, il a déclaré que cette dernière avait atteint l'état d'« arrêt à froid », ce qui signifie que la température à l'intérieur des réacteurs est inférieure à 100 °C et que les émissions radioactives sont désormais sous contrôle.

Mais chacun sait aussi que le démantèlement de la centrale prendra plusieurs décennies. Pour les 100 000 personnes déplacées à la suite de l'explosion et une grande majorité de la population, le manque d'informations concernant la centrale est problématique, et cette opacité alimente leurs doutes.

C'est dans ce contexte que l'écrivain de premier plan Gen'ichirô Takahashi a publié Koisuru genpatsu (« Nucléaire mon amour »), un roman dans lequel il dénonce sans fard la connivence entre le monde politique et l'industrie nucléaire. Devenu un best-seller en quelques semaines, l'ouvrage traduit parfaitement l'ambiance tendue qui règne depuis un an dans l'archipel. Les écrivains, romanciers et poètes, ont choisi de se mettre en première ligne et de dire tout haut ce que les Japonais pensent souvent trop bas pour que les autorités les entendent. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Chine : le baiser du Dragon

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers