Extension Factory Builder
16/03/2012 à 16:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'image a choqué : Jan Brewer, gouverneure de l'Arizona, s'adressant au président Obama. L'image a choqué : Jan Brewer, gouverneure de l'Arizona, s'adressant au président Obama. © Haraz N.Ghanbari/SIPA

Face à Obama, en 2008, les républicains avaient baissé d'un ton. Mais, en cette nouvelle campagne présidentielle, les vieux réflexes résurgissent.

Avec l'élection de Barack Obama, journalistes et commentateurs s'étaient pris à rêver d'une société américaine enfin débarrassée de ses vieux démons racistes. Las, il suffit de suivre la primaire républicaine pour se convaincre du contraire : le dog whistling, ce message codé à connotation raciste, a fait son grand retour.

À ce petit jeu, Newt Gingrich excelle. Le candidat ultraconservateur n'a pas hésité à qualifier Obama de « food stamp president », faisant ainsi allusion aux bons alimentaires octroyés aux familles noires les plus modestes. En un mot, c'est parce qu'il est lui-même noir qu'Obama serait le président de l'assistanat. « La communauté africaine-américaine devrait demander des feuilles de paie, pas des aides sociales », a asséné l'ancien président de la Chambre des représentants, qui a également proposé que les enfants noirs soient employés comme gardiens dans leurs écoles afin de ne pas basculer dans la délinquance. Tout en finesse lui aussi, un autre candidat républicain, Rick Santorum, a promis qu'il « n'améliorerai[t] pas la vie des Noirs en leur donnant l'argent des autres ».

Doigt pointé

Même Barack Obama n'échappe plus à des attaques personnelles. Rush Limbaugh, présentateur vedette de la radio, y est allé de son couplet. À l'instar de beaucoup de Noirs, a-t-il dit, les Obama se comportent comme si l'Amérique leur devait quelque chose « en raison des préjugés raciaux dont leurs ancêtres ont souffert ». Mais c'est sans doute une photo datant du 25 janvier où Jan Brewer, la gouverneure républicaine de l'Arizona, accueille Barack Obama sur le tarmac de l'aéroport de Phoenix qui a le plus choqué les Américains. Le doigt pointé vers le président, elle semble admonester un petit garçon. « Pour la communauté africaine-américaine, cela fait resurgir le mauvais souvenir du paternalisme blanc », explique le célèbre révérend noir Al Sharpton.

« Cette élection présidentielle sera sans doute plus marquée que jamais par les questions raciales, note Jeffrey Goldberg, éditorialiste à The Atlantic. En 2008, le candidat républicain John McCain avait refusé de se livrer à ce type d'attaques. Mais les candidats de 2012 sont décomplexés. Ils procèdent par insinuations, et utilisent un racisme rampant pour convaincre les catégories sociales les plus conservatrices. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Christopher Fomunyoh : 'Les Africains aspirent à une gouvernance moderne'

Christopher Fomunyoh : "Les Africains aspirent à une gouvernance moderne"

Directeur Afrique du National Democratic Institute, basé à Washington, le juriste et politologue camerounais décrypte la vision de l'Afrique selon Obama.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

France : le parquet de Paris dément l'ouverture d'une nouvelle enquête contre Sarkozy

Le procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris a démenti mardi l'information du Parisien selon laquelle une enquête préliminaire avait été ouverte contre Nicolas[...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Sommet US-Africa : Bloomberg sur le coup

La fondation de Michael Bloomberg, l'ancien maire de New York, déjà largement engagée sur le continent, coorganise le premier US-Africa Business Forum qui se tient début août à Washington.[...]

Russie : Poutine, paria en Europe... latin lover en Amérique du Sud

Après le crash du vol MH17 en Ukraine, Vladimir Poutine est en passe de devenir un paria en Europe... mais pas en Amérique du Sud. De La Havane à Brasília, le maître du Kremlin fait[...]

Barack Obama : "Nous devons saisir le potentiel extraordinaire de l'Afrique d'aujourd'hui"

Devant 500 étudiants africains qui participent au programme "Washington Fellowship for Young African Leaders" aux États-Unis, Barack Obama a affirmé lundi que le monde avait besoin d'une Afrique[...]

Milliardaires africains : l'argent ne fait pas le bonheur... des pauvres

La récente étude du Wealth Report sur la multiplication des milliardaires africains et le nouveau rapport du PNUD sur les mauvais résultats du continent en terme de développement humain ne sont pas[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers