Extension Factory Builder
16/03/2012 à 13:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Ould Abdelaziz a abandonné le treillis après son élection, en 2009. Mohamed Ould Abdelaziz a abandonné le treillis après son élection, en 2009. © Watt Abdel Jelil/AFP

Le Parlement mauritanien a adopté une réforme constitutionnelle affirmant le caractère multiethnique du pays, criminalisant les coups d'État et l'esclavage. Un tournant pour un président lui-même ancien putschiste.

Le 6 août 2008, il renversait Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le premier président civil depuis Moktar Ould Daddah. Cette fois, Mohamed Ould Abdelaziz, l'ancien général devenu chef de l'État, tourne une page de l'histoire de son pays. Le 6 mars, le Parlement réuni en congrès a voté une série d'amendements constitutionnels, dont la responsabilisation du Premier ministre devant les deux chambres et l'interdiction des coups d'État. Le symbole est fort, tant les putschs ont rythmé la vie politique du pays, dirigé par six militaires - tous Maures - sur les sept chefs d'État qui se sont succédé depuis le renversement de Moktar Ould Daddah en 1978.

En constitutionnalisant également le caractère multiethnique de la nation et la criminalisation de l'esclavage (inscrite dans la loi en 2007), Aziz va plus loin que tous ses prédécesseurs. En 1989, des milliers de Négro-Mauritaniens avaient été tués et blessés, et 60 000 d'entre eux avaient été poussés à l'exil après un incident frontalier avec le Sénégal. Jamais les régimes successifs n'ont réussi à apaiser les tensions entre Maures arabo-berbères blancs (les Beydanes) et Négro-Mauritaniens (Peuls-Toucouleurs, Soninkés et Wolofs) parlant le français, le pulaar, le soninké et le wolof. Le pays est aussi peuplé de Noirs Haratines (descendants d'esclaves). La pratique ancestrale et persistante de l'esclavage contribue également à fragiliser l'unité sociale.

Lunettes fumées et épaisse moustache, Mohamed Ould Abdelaziz, 55 ans, a troqué le treillis pour le costume-cravate lors de son élection, le 18 juillet 2009. Directeur du Bataillon de la sécurité présidentielle du colonel Maaouiya Ould Taya, il déjoua le putsch de 2003 avant d'oeuvrer en coulisses deux ans plus tard pour faire chuter son mentor. C'est encore lui qui a renversé, en 2008, le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, qui l'avait promu général. L'opposition ne lui a jamais pardonné ce péché originel. Aussi, tout comme elle avait refusé de participer au Dialogue national (dont sont issues les réformes constitutionnelles) en septembre et octobre derniers, la Coordination de l'opposition démocratique a boycotté le vote au Parlement le 6 mars. « Ces mesures sont insignifiantes puisque Aziz s'absout de ses coups d'État et ne fait qu'envoyer des signaux à la communauté internationale », va même jusqu'à assurer Limam Ahmed Ould Mohamedou, ex-secrétaire permanent du Rassemblement des forces démocratiques, le parti du chef de l'opposition, Ahmed Ould Daddah.

Aziz, l'homme de Paris

Une chose est sûre, Aziz, qui bénéficie toujours de la confiance des Européens (France et Espagne en tête), a une carte à jouer. Devenu l'homme de Paris dans la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), il sait qu'il doit rassurer ses partenaires sur la stabilité de son pays, alors que le Printemps arabe a balayé les régimes des États voisins. Mais, en attendant que la date des élections législatives (et municipales) soit enfin fixée, il doit aussi convaincre ses concitoyens.

La mobilisation des Négro-Mauritaniens ne faiblit pas, et les cas d'esclavage signalés se multiplient. « L'unité nationale n'existe pas, puisque l'arabe est la langue officielle du pays et que les droits culturels et linguistiques des Négro-Mauritaniens ne sont pas reconnus », commente Abdoul Birane Wane, à la tête du collectif Touche pas à ma nationalité. Manière de signifier qu'avant de pouvoir être qualifié d'historique, le tournant du 6 mars 2012 devra d'abord être traduit dans les faits. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Mobutu, Bédié, Ben Ali... Ces chefs d'État africains qui ont fui leurs palais

Délogés par des coups d'État, des rébellions ou des révolutions, de nombreux chefs d'État africains ont définitivement quitté leurs palais dans des conditions parfois rocambo[...]

Éthiopie : Hiroute Guebre Sellassie, une diplomate tout-terrain pour le Sahel

De Nouakchott à Niamey, le nouvel envoyé spécial de l'ONU se démène pour mobiliser chefs d'État et partenaires internationaux. Son nom ? Hiroute Guebre Sellassie.[...]

Mauritanie : réélu, Aziz change de Premier ministre

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, investi le 2 août pour un second mandat, a nommé mercredi un nouveau Premier ministre, Yahya Ould Hademine. Cet ancien ministre de l'Équipement et des[...]

Mauritanie : le président Aziz investi pour un second mandat

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, réélu en juin avec près de 82% des voix, a été investi samedi pour un second mandat de cinq ans, promettant de continuer à lutter[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Mauritanie : la nouvelle vie d'Ahmed Baba Miské

L'ancien diplomate et militant de la libération des peuples, Ahmed Baba Miské, couche désormais sur le papier sa très longue expérience africaine. Rencontre.[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Opposition mauritanienne : Ould Daddah et Ould Boulkheir ne raccrochent pas

Même s'ils ont dû renoncer à leurs ambitions présidentielles en boycottant le scrutin de juin, les opposants Ahmed Ould Daddah et Messaoud Ould Boulkheir ne raccrochent pas les gants.[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex