Extension Factory Builder
05/03/2012 à 17:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le gel des contributions américaine et israélienne prive l'Unesco d'un quart de ses revenus. Le gel des contributions américaine et israélienne prive l'Unesco d'un quart de ses revenus. © Benoît Tessier/AFP

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a vu son budget amputé de 135 millions d'euros pour 2012 et 2013. Après avoir fait appel aux dons des États membres, elle réunit son conseil exécutif pour trouver une solution à la crise.

Réunion de crise à l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco). Convoquée prématurément à Paris du 27 février au 10 mars, la 189e session de son conseil exécutif doit examiner les moyens de remédier à une hémorragie financière qui menace sa survie même. Le 31 octobre dernier, en devenant la première institution des Nations unies à accueillir la Palestine comme État membre à part entière, l'Unesco a perdu la contribution d'Israël et des États-Unis, soit près du quart de ses revenus.

Dès le mois de novembre, la directrice générale, la Bulgare Irina Bokova, a sonné l'alarme. L'organisation accusait un déficit de 54 millions d'euros pour l'exercice 2011, et son budget pour les deux ans à venir était amputé de 135 millions d'euros. La réduction drastique des dépenses, le siphonnage du fonds de roulement et le versement anticipé des contributions de certains États ont finalement permis d'équilibrer les comptes pour 2011.

Mais c'est avant tout sur les donateurs que Bokova compte pour assurer le fonctionnement de l'Unesco ces deux prochaines années. Un fonds d'urgence a été créé et les sponsors répondent présent. Fin février, il était déjà crédité de plus de 19,8 millions d'euros - sans compter les promesses de dons. Paradoxalement, l'Europe est pour l'instant le continent le plus avare, avec quelque 12 500 euros apportés par Andorre, Chypre, le Luxembourg, Monaco et Saint-Marin. La lointaine Islande en a offert 76 000. Un effet de la crise qui ébranle l'économie des Vingt-Sept ?

La générosité du Gabon, du Congo, et du Cameroun

Celle-ci n'empêche pas les États émergents de se montrer généreux. Premier à s'être manifesté, le Gabon a promis 1,5 million d'euros, et ses voisins de Brazzaville et Yaoundé lui ont emboîté le pas, s'engageant à verser respectivement 1,5 million et 220 000 euros. Des sommes qui seront utilisées pour financer des programmes dans la région, a précisé Irina Bokova. Malabo ne s'est en revanche pas manifesté, alors que les polémiques font rage sur la suppression du prix Unesco-Obiang Nguema, demandée par sept ONG, et sur la nomination du fils du président équato-guinéen comme délégué permanent adjoint de son pays auprès de l'organisation. Une décision perçue par ses détracteurs comme une tentative de conférer l'immunité diplomatique à Teodoro Nguema Obiang Mangue, dont des dizaines de millions d'euros de biens et d'actifs sont actuellement saisis aux États-Unis et en France.

Solidarité avec les Palestiniens oblige, c'est le monde islamique qui se montre le plus charitable, avec 186 000 euros offerts par le Kazakhstan, 3,8 millions d'euros accordés par la Turquie, 4,5 millions promis par l'Indonésie et surtout 15,2 millions versés par le Qatar. Mais la surprise vient d'outre-Atlantique. Dans le budget prévisionnel présenté le 13 février, Barack Obama a prévu d'honorer de nouveau la cotisation de son pays en 2013 (59 millions d'euros). Pour cela, il entend demander au Congrès une indispensable dérogation à la loi interdisant le financement de toute institution des Nations unies qui reconnaîtrait la Palestine comme État membre. Mais nul ne sait quand les parlementaires statueront, aucune date butoir n'ayant été fixée.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Burkina Faso : quand le Balai citoyen interpelle Annick Girardin

Burkina Faso : quand le Balai citoyen interpelle Annick Girardin

Annick Girardin, secrétaire d’État française au Développement et à la Francophonie, a tenu à rencontrer des responsables de la société civile lors de sa visite au Bur[...]

Yémen : les raids aériens de l'Arabie saoudite se poursuivent

Selon des sources concordantes, un raid aérien de la coalition arabe a visé mardi une base militaire à Sanaa. Au même moment 64 personnes, dont des civils, ont été tués dans de[...]

Immigration : l'auteure franco-sénégalaise Fatou Diome dénonce "l'hypocrisie" de l'Union européenne

Invitée vendredi sur le plateau de la chaîne de télévision publique France2, Fatou Diome, femme de lettres franco-sénégalaise, a livré un puissant réquisitoire contre les[...]

États-Unis : état d'urgence et couvre-feu déclarés à Baltimore

Quelques heures après l'instauration de l'état d'urgence à Baltimore par le gouverneur du Maryland, Lary Hogan, la maire a décrété lundi soir un "couvre-feu[...]

Rodrigo Rato, le mauvais élève du FMI

Rodrigo Rato, l'ancien directeur du Fonds monétaire international, est soupçonné de blanchiment. Ça fait un peu désordre.[...]

Quand Alpha Condé briefe Hollande

En visite privée à Paris la semaine du 20 avril, après avoir participé aux assemblées du FMI à Washington, le président guinéen n'a pas perdu son temps.[...]

Odyssées africaines : retour vers le présent

Jusqu'au 17 mai, l'exposition "Odyssées africaines", à Bruxelles, présente des oeuvres de jeunes artistes évoquant la manière dont mémoire et Histoire[...]

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l'"homme noir en colère"

À l’occasion du dîner annuel de l'association des correspondants accrédités à la Maison Blanche, samedi soir à Washington, Barack Obama était confronté à un[...]

Face au trafic des faux médicaments, la mobilisation de tous est indispensable !

Marc Gentilini, de la Fondation Chirac, est délégué général pour l’Accès à une santé et des médicaments de qualité. Bien que source de nombreux[...]

L'option militaire n'est pas une solution à la tragédie en Méditerranée, selon Ban Ki-moon

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un entretien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2669p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2669p018.xml0 from 172.16.0.100