Extension Factory Builder
07/03/2012 à 20:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'économiste Ndong Sima est un pur produit de la technocratie gabonaise. L'économiste Ndong Sima est un pur produit de la technocratie gabonaise. © Gouvernement du Gabon

Nommé Premier ministre, l'économiste gabonais Ndong Sima est loin d'être un poids lourd en politique. Mais c'est peut-être justement ce qui fait sa force.

Dans la bataille secrète qui s'est livrée pour la primature, Raymond Ndong Sima n'était pas en position de force. Le 27 février, pourtant, au bout de quatorze jours d'attente après la démission réglementaire du gouvernement, il a été nommé Premier ministre. La concurrence nombreuse à laquelle il a dû faire face semblait, mieux que lui, taillée pour le poste. Discret ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de son prédécesseur, il n'est pas un poids lourd du sérail. Fang natif d'Oyem (Nord), il n'était même pas sûr d'être pris au sérieux en tant que candidat. Personne ne pouvait en effet prédire avec certitude qu'Ali Bongo Ondimba (ABO) s'écarterait de la règle « géopolitique », vieille de quarante ans, qui réservait à un Fang de l'Estuaire le poste de chef du gouvernement gabonais...

Paradoxalement, les faiblesses de cet économiste de 57 ans ont constitué sa force dans cette bataille. Ainsi, élu pour la première fois député dans son canton de Kyé (Woleu-Ntem) aux législatives du 17 décembre 2011, il est loin d'être un cacique local. Ça tombe bien : échaudé par les querelles de leadership qui ont miné la fin de la présidence d'Omar Bongo Ondimba, son fils ne veut plus entendre parler de fortes têtes au sein du gouvernement. D'ailleurs, les derniers « barons », tels que Paul Toungui (Affaires étrangères), René Ndémezo Obiang (Jeunesse et Sports) ou - dans une moindre mesure - Alexandre Barro Chambrier (Mines), ont été remerciés le 28 février, lors de la formation de l'équipe que devra diriger Ndong Sima.

L'étiquette d'un Fang du Nord

De même, l'étiquette de Fang du Nord aurait pu le disqualifier, tant cette région confirme à chaque scrutin qu'elle vote contre le système... L'opposant et ennemi intime d'ABO, André Mba Obame, et l'activiste poil à gratter du régime, Marc Ona Essangui, notamment, y bénéficient d'une grande popularité. Là encore, face à un électorat hostile, les espoirs de reconquête ont poussé ABO à choisir l'enfant d'Oyem qui, lors de la présidentielle de 2005, a soutenu l'ex-Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), fondée par Zacharie Myboto et absorbée en 2010 par l'Union nationale (UN, dissoute aujourd'hui). Dans tous les cas, il ne pourra compter sur son neveu Désiré Ename, patron du quotidien privé proche de l'opposition Échos du Nord, pour tisser un lien entre le président et les populations du septentrion gabonais

Sa relative inexpérience politique s'est également transformée en atout. ABO semble avoir choisi de travailler avec de purs produits de la technocratie pour réaliser ses projets d'émergence. Ainsi en est-il de Ndong Sima, titulaire d'un DEA d'économétrie à l'université Paris-IX-Dauphine, qui fut président-directeur général de la Compagnie forestière du Gabon (CFG), directeur général d'Hévégab, patron de la Compagnie d'exploitation du chemin de fer transgabonais... Ainsi en est-il aussi de Magloire Ngambia, nommé au superministère de la Promotion des investissements, des Transports, des Travaux Publics, de l'Habitat, du Tourisme et de l'Aménagement du territoire.

Passion des arts martiaux

Drôle de parcours, donc, pour ce petit dernier d'une fratrie de cinq enfants qui se destinait à une carrière de pilote. Sa mère s'y était opposée, décision sans appel, d'autant que son père, mort trois mois après sa naissance, n'était plus là pour arbitrer. Devenu Premier ministre, il n'est certes pas plus franc-maçon que ses deux derniers prédécesseurs, Paul Biyoghé Mba et Jean Eyéghé Ndong. Mais il partage avec le chef de l'État la passion des arts martiaux. Ceinture noire de karaté, il va lui falloir très vite apprendre à se battre dans le marigot politique gabonais contre des crocodiles toujours prêts à mordre et qui ne lui feront pas de cadeaux. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Gabon : Minkébé, dernière frontière sauvage

Le parc national de Minkébé est l'un des rares à être inhabité. Afin de préserver ses richesses, les brigades de la jungle ne doivent jamais baisser la garde.[...]

Gabon : septentrion désenchanté

Chômage, sida, exode rural... La province gabonaise a perdu de son panache. Elle reprend peu à peu des couleurs grâce à la relance des activités économiques et à la mise[...]

Gabon : un système de santé encore fébrile

L'État a investi massivement dans les hôpitaux et les centres de santé sur tout le territoire. Reste à trouver les médecins qualifiés et le personnel soignant pour les faire[...]

Gabon : Ona Ondo, Monsieur Loyal

Le troisième Premier ministre, Ona Ondo, d'Ali Bongo Ondimba doit mettre en oeuvre le nouveau contrat social et regagner sa province d'origine, le Woleu-Ntem, à la cause présidentielle.[...]

Jean Fidèle Otandault : "Certains doutaient de notre volonté de faire le ménage" au Gabon

Ses pouvoirs d'investigation ont porté leurs fruits. Le directeur général du contrôle des ressources publiques a mis le doigt sur les failles et les incohérences du système[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

Gabon : bonnes oeuvres et grandes manoeuvres

Après une première moitié de septennat centrée sur la croissance et les grands projets, Ali Bongo Ondimba lance un important programme social. Un plan qui mobilise plus de 380 millions[...]

Gabon : retour sur le terrain électoral

Après une première moitié de septennat centrée sur la croissance et les grands projets, Ali Bongo Ondimba lance un important programme social. Un plan qui mobilise plus de 380 millions[...]

Gabon : Libreville en pleine forme

Déjà bien dotée en services de pointe, la capitale gabonaise ouvre de nouvelles unités de soins et concentre les compétences.[...]

Gabon - Ali Bongo Ondimba : "L'impunité, c'est fini"

Dans le n°2800 de "Jeune Afrique", en kiosque le 7 septembre, retrouvez l'interview du président gabonais, Ali Bongo Ondimba.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex