Extension Factory Builder
02/03/2012 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le juriste Koffi Kounté assure ne pas être un opposant à Faure Gnassingbé. Le juriste Koffi Kounté assure ne pas être un opposant à Faure Gnassingbé. © Véronique Besnard pour J.A.

Après avoir révélé des actes de torture dans l'affaire Kpatcha, Koffi Kounté, le président de la Commission des droits de l'homme au Togo s'est réfugié en France.

Koffi Kounté, 52 ans, est formel : il n'est pas un opposant à Faure Gnassingbé, bien au contraire. On l'a même autrefois soupçonné d'être à la solde du gouvernement. En cet après-midi du 22 février, en région parisienne, il explique : « Mes relations avec le président de la République [du Togo, NDLR] sont très bonnes. Il a beaucoup d'estime pour moi et apprécie la sincérité avec laquelle je lui ai fait part des problèmes que nous rencontrions dans notre mission. » Et c'est cette franchise, déclare le président de la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH) du Togo, qui l'a incité à publier, le 20 février, le rapport d'enquête confirmant que des actes de torture ont bien été commis sur les accusés de l'affaire Kpatcha. Deux jours plus tôt, le gouvernement n'avait rendu public qu'un document édulcoré.

J'ai essayé d'expliquer à mes interlocuteurs qu'accepter ce rapport et prendre des sanctions exemplaires serait la preuve que le gouvernement s'inscrit dans une logique de lutte contre l'impunité.

Le 19 février, Koffi Kounté a quitté le Togo sans encombre pour Paris, où il a été rapidement reçu au ministère des Affaires étrangères. Depuis, il négocie sa propre protection et celle de sa famille. « Lorsque vous avez résisté, plusieurs jours, aux pressions de certains conseillers du président et que vous avez pris une décision mettant en cause de hautes personnalités [officiers des services de renseignements et de la gendarmerie], il semble prudent de se mettre à l'abri. »

Ingrat

Au moment où le Togo est membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies pour les deux prochaines années, une telle affaire risque de ternir son image. « J'ai essayé d'expliquer à mes interlocuteurs qu'accepter ce rapport et prendre des sanctions exemplaires serait la preuve que le gouvernement s'inscrit dans une logique de lutte contre l'impunité - en vain. »

Accusé aujourd'hui par certains médias nationaux de se montrer ingrat à l'égard des autorités du pays, Koffi Kounté se défend : « Fondamentalement, la politique ne m'intéresse pas. En plus, ma profession ne m'autorise pas à en faire. » En effet, on ne lui connaît aucun passé de partisan. Juriste formé à l'université du Bénin puis à l'École de la magistrature du Togo, Koffi Kounté assure qu'il a été élu, en 2007, à la tête de la CNDH pour son parcours d'infatigable militant des droits de l'homme. Il s'apprêtait d'ailleurs, dans les semaines à venir, à entamer un second mandat de quatre ans à la tête de l'institution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2668p012-013.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2668p012-013.xml2 from 172.16.0.100