Extension Factory Builder
23/02/2012 à 12:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le magazine féminin 'Elle', accusé d'ignorer les femmes de couleurs. Le magazine féminin "Elle", accusé d'ignorer les femmes de couleurs. © AFP

Les grandes marques rechignent encore à s'intéresser à la presse "ethnique" quand il s'agit de diffuser leurs publicités.

Le 13 janvier, un article sur les égéries noires américaines parues dans le magazine Elle a provoqué un véritable tollé. En cause : les clichés grossiers dont usait la journaliste, qui se demandait si le style des fashionistas blacks n'est pas un « effet du couple Obama », avant de se féliciter que ces femmes de couleur aient « intégré tous les codes blancs », même si elles continuent d'arborer des touches ethniques. Maladroit, complètement déconnecté de ce qui se passe dans les rues des villes occidentales, cet article a révélé en tout cas une cruelle réalité. Non seulement la presse féminine généraliste ignore les femmes de couleur, mais elle véhicule à leurs propos des clichés très ordinaires, voire grossiers.

Ces magazines sont accusés de véhiculer des clichés à travers une vision communautariste.

C'est pour combler ce vide que la presse féminine dite ethnique est née, avec la conviction que les femmes d'origine africaine et maghrébine avaient, tout autant que les autres, soif de conseils beauté et de séries mode. Mais en France, où domine le sacro-saint principe républicain, ces magazines pâtissent d'un préjugé défavorable et sont souvent accusés de véhiculer eux aussi des clichés à travers une vision communautariste de la société. La presse féminine n'est-elle finalement qu'une presse de ghetto ?

La réalité est plus complexe, et des titres comme Miss Ébène, Fashizblack ou Gazelle cherchent à dépoussiérer le genre. Ils s'adressent aux filles d'immigrés, bien intégrées en France, modernes et ouvertes sur leur environnement. Ils reprennent tous les codes de la presse féminine classique, en y ajoutant une touche de traditionnel ou d'ethnique. Résultat : des magazines décomplexés qui parlent à des jeunes femmes libérées et soucieuses de pouvoir s'identifier à des modèles de réussite ou de beauté qui leur ressemblent. Exit Kate Moss, bienvenue Beyoncé et autres Leïla Bekhti !

Segmentant

Si Gazelle s'adresse aux trois millions de femmes d'origine maghrébine en France et évoque les produits de beauté orientaux ou les tenues de mariage traditionnelles, le bimestriel n'enferme pas pour autant ses lectrices dans les problématiques habituelles liées à l'immigration ou à l'islam. Pas besoin d'être maghrébine pour s'intéresser à un article de société sur le chômage ou à la beauté naturelle. D'ailleurs, 15 % des lectrices ne sont pas originaires du Maghreb ! Grace, 25 ans, d'origine ivoirienne, est une lectrice occasionnelle de magazines spécialisés. « J'y cherche des conseils pour ma peau noire ou pour mes cheveux et je m'intéresse aux créateurs africains, explique-t-elle. En même temps, contrairement aux magazines anglo-saxons comme Ebony ou Essence, les magazines ethniques en France ne sont pas très pointus, et leur offre n'est pas vraiment originale ou branchée. »

Dans l'Hexagone, les magazines ethniques souffrent d'un problème d'image et ont du mal à être dissociés des produits défrisant les cheveux, des salons marocains ou des paquets de semoule. Même si on sait que les femmes à peau foncée achètent cinq fois plus de cosmétiques et sept fois plus de produits capillaires que celles dotée d'un épiderme clair, les marques comme L'Oréal, Lancôme ou encore Gemey Maybelline n'apparaissent que rarement dans les pages de ces revues. « On a beau expliquer que les Maghrébines boivent de l'eau ou payent leur électricité, on a du mal à attirer des annonceurs non "ethniques". Une marque de shampooing ne pensera à nous contacter que si elle a une gamme spécifique pour cheveux frisés ! Nous ne sommes pas un magazine communautaire mais un magazine segmentant au même titre qu'un journal qui s'adresse aux jeunes ou aux homosexuels. Notre idéal serait de sortir de cette image cliché et que notre lectrice soit vue comme une Française, tout comme la lectrice de Vogue ou de Elle », explique Nathalie Durand, directrice de la rédaction de Gazelle et elle-même non maghrébine.

À l'image des sociétés actuelles, où coexistent l'uniformisation due à la mondialisation et des identités culturelles fortes, ces magazines rappellent surtout que les jeunes femmes, qu'elles soient blacks, blanches ou beurs, portent toutes du Zara... Un constat que les grandes marques ne devraient pas tarder à intégrer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2667p088.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2667p088.xml0 from 172.16.0.100