Extension Factory Builder
28/02/2012 à 18:14
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mine de phosphate d' Ahotoé (Togo) près de Lomé. Mine de phosphate d' Ahotoé (Togo) près de Lomé. © Vincent Fournier pour J.A.

Selon une étude du cabinet Ernst & Young, les pays aux législations fluctuantes font fuir les investisseurs... et sont moins productifs.

Les groupes miniers investissant en Afrique sont d'abord sensibles à deux risques : l'instabilité politique et le nationalisme. L'étude du cabinet Ernst & Young sur l'attractivité de treize États africains montre que ceux qui ont rassuré sur ces deux points ont augmenté leur production de minerais. Leurs projets durant parfois des dizaines d'années, les groupes veulent une réglementation stable, même si elle implique un niveau de taxes élevé.

Exemple d'une politique minière jugée équilibrée par Ernst & Young : le Botswana, qui a opté pour une montée progressive de la participation de l'État dans les projets miniers (jusqu'à 40 %), sans pour autant faire fuir les investisseurs. Entre 2007 et 2010, ils ont déboursé environ 377 millions d'euros chaque année dans ce petit pays d'Afrique australe. La Zambie, en dépit de taxes minières élevées (notamment 10,4 % d'impôts sur la masse salariale), attire aussi les investisseurs : la production minière du pays a progressé de 15,7 % en 2011, un record sur le continent.

A contrario, les États où les changements de réglementation sont abrupts ou peu clairs rebutent. La Namibie, qui est en train de revoir sa politique minière, avec des taxes en forte hausse, accuse ainsi une production en baisse de 45 % en 2011. Le Zimbabwe, cauchemar des groupes internationaux avec ses nationalisations, a extrait 29 % de minerais de moins en 2010 qu'en 2009.

A la loupe

Quant aux deux pays francophones disposant des ressources les plus intéressantes selon les géologues, la Guinée et la RD Congo, ils n'ont pas encore réussi à percer. « Ils sont observés à la loupe par les groupes internationaux, mais sont considérés comme des zones d'exploration plus que d'exploitation », indique l'avocat sud-africain Otsile Matlou, du cabinet Edward Nathan Sonnenbergs. La RDC a attiré 5,4 milliards d'euros d'investissements directs étrangers (IDE) entre 2007 et 2010, mais cela n'a toujours pas entraîné un boom de la production minière (en baisse de 0,2 % en 2010). Malgré ses ressources, la Guinée n'a bénéficié que de 900 millions d'euros d'IDE entre 2007 et 2010.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cris

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cris

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications réclam&ea[...]

RDC : les premiers combattants FDLR désarmés sont arrivés à Kisangani

Après plusieurs mois de tergiversations, les premiers combattants FDLR ayant déposé les armes sont arrivés jeudi à Kisangani. Au total,  217 personnes, ex-combattants, leurs femmes et[...]

La Francophonie, un idéal voué à l'échec en cours

Magaye Gaye est directeur général du cabinet de recherche de financement GMCCONSEILS (Dakar, Sénégal). Au moment où le Sénégal  s’apprête à accueillir le[...]

Burkina Faso : le général Gilbert Diendéré démis de ses fonctions

Le président de la transition, Michel Kafando, a mis fin jeudi par décret aux fonctions de chef d’État-major particulier à la présidence du Faso du général Gilbert[...]

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre[...]

Pour les 70 ans du massacre de Thiaroye, le Cran intente deux actions contre l'État français

Une association française, le Conseil représentatif des associations noires (Cran), a annoncé jeudi avoir intenté deux actions en justice contre l'État français. Elle souhaite notamment[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Burkina Faso : il faut "transformer l'essai"

Les Français disent souvent "que d'un mal peut naître un bien", tandis que chez les musulmans, on aime à se répéter le célèbre "il vous arrivera de mal[...]

Francophonie - Sénégal : retour à la case Dakar

Un quart de siècle après avoir été l'hôte du 3e sommet de la Francophonie, la capitale sénégalaise s'apprête à accueillir sa quinzième édition.[...]

Burkina Faso : un certain malaise chez les amis de Blaise

Que vont devenir les anciens cadres du parti de Blaise Compaoré après la chute de leur mentor ? Les nouvelles forces politiques au pouvoir hésitent entre deux démarches.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces