Extension Factory Builder
02/03/2012 à 16:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Bakhti, leader salafiste. Mohamed Bakhti, leader salafiste. © Aude Osnowycz

Barbe rousse indomptée, calot sur la tête, fines lunettes teintées masquant un regard revolver, Mohamed Bakhti, 27 ans, étudiant tunisien en première année d'histoire, est le chef de file du mouvement salafiste qui a bloqué la faculté des lettres de la Manouba pendant huit semaines.

Membre du groupe armé tunisien dit de Soliman, Mohamed Bakhti a été condamné, en 2007, à douze ans de prison pour activités terroristes, avant d'être libéré en février 2011 à la faveur de l'amnistie générale.

Jeune Afrique : Quel est votre parcours ? Pourquoi avez-vous opté pour des études d'histoire ?

Mohamed Bakhti : D'où je viens et qui je suis importent peu. J'ai opté pour l'histoire lors de ma détention, mais je n'ai pas été autorisé à étudier en prison. Mon objectif est double : d'une part, réhabiliter l'islam en lui donnant la place qui lui revient à travers l'enseignement de son histoire et, d'autre part, approfondir la recherche pour montrer combien l'Occident l'a avili avec l'aide de professeurs communistes, gauchistes et laïques.

Comment s'est constitué le groupe de Soliman ?

Aujourd'hui, c'est une histoire ancienne. Nous avons été les victimes du régime de Ben Ali qui a engagé une campagne contre les étudiants islamistes. Il voulait briser le mouvement, comme il l'a fait en 1991 avec nos aînés.

Quels sont vos objectifs à la faculté de la Manouba ?

Nous voulons que le port du niqab soit autorisé et qu'il y ait un lieu de prière au sein de la faculté. Nous n'avons jamais remis en question la mixité dans les espaces publics. Le doyen avait promis une mosquée puis s'est rétracté ; il faut qu'il honore son engagement. Le problème est que la faculté est entre les mains de gauchistes, alors que la révolution a montré que nous sommes un peuple dont les valeurs sont issues de l'islam. Il faut revoir la composition des conseils qui dirigent les universités.

Comment êtes-vous organisés ?

Nous sommes un noyau d'une cinquantaine de jeunes musulmans engagés, et nous faisons appel au soutien des étudiants des autres universités.

Quels sont vos rapports avec Ennahdha ?

Nous n'avons pas de rapport particulier avec Ennahdha. Aucun parti politique, même s'il a une légitimité pour gouverner, n'est conforme à la Sunna [tradition du Prophète]. Avec Ennahdha, nous avons en commun le souffle de l'islam.

Votre vision de l'avenir de la Tunisie ?

Nous n'avons pas de projet pour le pays, nous voulons juste que l'université réponde à nos demandes.

___

Propos recueillis par Frida Dahmani

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2667p047-049.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2667p047-049.xml2 from 172.16.0.100