Extension Factory Builder
27/02/2012 à 17:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les joueurs de l'équipe de Zambie célèbrent leur victoire à la CAN 2012. Les joueurs de l'équipe de Zambie célèbrent leur victoire à la CAN 2012. © AFP

Malgré des stades relativement vides et la faiblesse des infrastructures hôtelières, la Coupe d'Afrique des nations 2012 est considérée comme l'une des plus réussies. Un bon point pour Libreville et Malabo.

Le football est une « bagatelle » beaucoup trop sérieuse pour échapper à l'épreuve du bilan. La Coupe d'Afrique des nations (CAN), qui forme avec la Coupe du monde et l'Euro le triptyque des événements les plus courus du genre, est devenue un rendez-vous attendu bien au-delà du continent, et la dernière édition disputée une année paire - la prochaine aura lieu en 2013 - devait donc être une des mieux organisées de l'Histoire.

Il était écrit que cette CAN 2012 dégagerait un parfum particulier. D'abord, certaines pointures, comme l'Égypte, triple tenante du titre, le Nigeria, l'Algérie, le Cameroun et l'Afrique du Sud s'étaient égarées sur le chemin de la Guinée équatoriale et du Gabon. Puis quelques favoris, rescapés de la lessiveuse des qualifications et bardés de certitudes, avaient quitté l'Afrique équatoriale au soir du premier tour (Sénégal, Maroc) ou au pied de la finale (Ghana). Et la Côte d'Ivoire, le dernier survivant de cette bande des quatre, a abandonné ses illusions (0-0, 8-7 aux tirs au but) à une Zambie deux fois finaliste (1974, 1994) et qui s'était juré d'honorer la mémoire des joueurs de l'équipe nationale décédés dans un crash aérien au large des côtes gabonaises en 1993.

En confiant à deux pays l'organisation de la CAN, la Confédération africaine de football (CAF) n'avait pas fait le choix de la facilité, douze ans après une première tentative poussive au Nigeria et au Ghana. Surtout, le gouvernement du football africain, deux ans après la CAN angolaise endeuillée par l'attentat commis contre les Togolais à Cabinda et une gestion de l'événement d'une sidérante légèreté, se savait épié. Cette année, ses oreilles n'ont pas trop sifflé, et la mouture 2012 est même considérée comme la plus réussie de toute l'histoire de la coupe. Bien sûr, et puisque la perfection restera toujours une chimère, les nuances sont faites pour porter quelques coups de griffes à un bilan que certains voudraient idéal.

Billets trop chers

Au Gabon comme en Guinée équatoriale, la plupart des matchs se sont déroulés dans des stades flambant neufs aux tribunes trop souvent vides, hormis lorsque les Panthères et le Nzalang Nacional - qui ont tous les deux atteint les quarts de finale - s'y produisaient. Le quart de finale entre le Soudan et le futur vainqueur zambien n'a par exemple attiré que quelque 130 spectateurs dans le stade de Bata (35 000 places). La faute à des prix considérés comme trop élevés : si les premiers billets étaient affichés à 6 000 F CFA (environ 9 euros), l'essentiel des places était proposé entre 15 000 et 45 000 F CFA. Pour la finale, les tickets les plus onéreux auraient même atteint 100 000 F CFA.

Le gouvernement de Malabo avait fait de la qualité des infrastructures sportives et de la sécurité deux de ses priorités. Il les a globalement atteintes... En négligeant, hélas, les conditions d'accueil des supporteurs et des équipes invitées à séjourner sur son territoire. La sélection zambienne a ainsi quitté dès le lendemain de son arrivée l'hôtel miteux de Bata où elle avait été logée. La Guinée équatoriale n'a pas l'habitude de recevoir des touristes, et cela s'est vu.

Au Gabon, où le retard accumulé dans la construction des stades et des infrastructures nourrissait les inquiétudes, les doutes se sont dissipés à l'aube du premier match entre les Panthères et le Mena du Niger (2-0). Des stades modernes et fonctionnels, des conditions d'hébergement convenables - même si, dans la poule située à Franceville, certaines sélections étaient hébergées trop loin du lieu des matchs - et des liaisons aériennes entre les deux sites à la hauteur des attentes. Le Gabon et la Guinée équatoriale ont plutôt bien assumé le cahier des charges, et ce petit coup de pub ne leur fera pas de mal. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois 'spots' tendance pour sortir

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex