Extension Factory Builder
25/02/2012 à 09:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. © AFP

La campagne communune des principaux candidats de l'opposition n'aura duré que trois jours. Depuis, chacun mène sa barque de son côté. Une désunion qui renforce la position d'Abdoulaye Wade pour le premier tour de l'élection présidentielle du 26 février.

Les déclarations de bonnes intentions des principaux opposants ont fait long feu. C'était le 4 février, à la veille de l'ouverture de la campagne : au deuxième étage d'un hôtel de Dakar, sept challengeurs (Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Cheikh Bamba Dièye, Cheikh Tidiane Gadio et Ibrahima Fall) chantaient ensemble l'hymne national sénégalais, formaient une chaîne humaine en se prenant par la main et prenaient l'engagement « de rester unis » et de mener une campagne commune.

Trois jours plus tard, Macky Sall, persuadé de pouvoir battre Wade à la régulière et soucieux de ne pas « insulter l'avenir », désertait les manifestations du M23 (Mouvement du 23 juin), la coalition des partis et des organisations de la société civile opposés à la candidature de Wade, et menait sa propre campagne. « Nous avons fait ce que nous avons pu pour nous opposer à la candidature de Wade, explique son porte-parole, Alioune Badara Cissé. Maintenant, nous devons faire avec la réalité du terrain. »

Le week-end suivant, chacun des candidats faisait cavalier seul. En lançant des slogans aux tonalités guerrières tout en refusant l'épreuve de force dans la rue, le mouvement s'est enfermé dans une logique de confrontation sans se donner les moyens de l'emporter. Cette « stratégie hybride », selon les termes du politologue Babacar Justin Ndiaye, n'a pas permis de mobiliser suffisamment.

Un ticket "tout sauf Wade" au 2e tour?

Selon un jeune militant socialiste, elle traduit « le fossé qui sépare les élites politiciennes du peuple », mais aussi « le manque de combativité » des leaders de l'opposition. « Tous ont goûté au pouvoir et au confort qui va avec. Mais ils ne sont pas prêts pour autant à se battre pour le retrouver, comme Wade dans les années 1980 », note avec amertume un membre de l'équipe de campagne d'Idrissa Seck.

Cette désunion et ces stratégies divergentes auxquelles s'ajoutera, le 26 février, l'inévitable dispersion des voix, sont les trois principaux atouts du président sortant, persuadé de sa victoire dès le premier tour. En cas de second tour, l'équation serait tout autre. Un ticket « tout sauf Wade » aurait toutes les chances de l'emporter. Les collaborateurs de Gorgui en conviennent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Interactif : où doit-on payer le plus cher en Afrique pour être candidat à la présidentielle ?

Dans la réforme électorale engagée en RDC, la caution exigée pour prendre part à la présidentielle a été revue à la hausse. Une démarche très fréq[...]

"Time is now" : Youssou Ndour et J. Martins chantent pour le changement en Afrique

Annoncé depuis plusieurs mois, le titre Times is now de Youssou Ndour et J. Martins a été mis en ligne lundi. Visionné sur Youtube par plus de 30 000 personnes en seulement quatre jours, il appelle[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Sénégal : au procès Karim Wade, Bibo Bourgi seul face à son juge

Jusque-là privé de procès en raison de problèmes de santé, le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, est entendu par la CREI depuis mercredi. Devant une salle[...]

Sénégal : Karim Wade et l'affaire du compte bancaire de Singapour

C'est la pièce maîtresse de l'accusation contre Karim Wade : un compte à Singapour crédité de 71 millions d'euros. L'ancien ministre sénégalais, jugé pour[...]

CAN 2015 : L'Algérie et le Ghana arrachent leur ticket pour les quarts

L'Algérie, très vite devant au score face au Sénégal, n'a jamais tremblé et assume son statut de favori grâce à son succès (2-0). Les Sénégalais d'Alain Giresse,[...]

Sénégal - Giresse : "Viser le match nul, je ne sais pas faire"

Mardi soir à Malabo (19 heures), le Sénégal, leader du groupe C, affronte l’Algérie. Un match nul peut suffire aux Lions de la Teranga, qui ont déjà engrangé quatre points.[...]

Sénégal : la cimenterie de Dangote démarre, Vicat s'énerve

 Après le démarrage de cimenterie sénégalaise de Dangote, son concurrent français Vicat est déterminé à faire condamner l'État, qu'il accuse d'avoir[...]

CAN 2015 : Le Sénégal arrache un point précieux

Le Sénégal a été tenu en échec par les Bafana Bafana (1-1) vendredi 23 janvier à Mongomo lors de la deuxième journée de la phase de poule. Menés au score dès le[...]

Sénégal - Mame Mactar Gueye : "'Charlie Hebdo' a jeté de l'huile sur le feu"

Mame Mactar Gueye est le vice-président de l'ONG islamique Jamra, à Dakar. À la veille de la manifestation anti-"Charlie Hebdo" prévue dans la capitale sénégalaise, il donne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2667p022-028.xml5 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2667p022-028.xml5 from 172.16.0.100