Extension Factory Builder
25/02/2012 à 09:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. Idrissa Seck (2e D), Ousmane Tanor Dieng (G),et Moustapha Niasse,le 4 février 2012 à Dakar. © AFP

La campagne communune des principaux candidats de l'opposition n'aura duré que trois jours. Depuis, chacun mène sa barque de son côté. Une désunion qui renforce la position d'Abdoulaye Wade pour le premier tour de l'élection présidentielle du 26 février.

Les déclarations de bonnes intentions des principaux opposants ont fait long feu. C'était le 4 février, à la veille de l'ouverture de la campagne : au deuxième étage d'un hôtel de Dakar, sept challengeurs (Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Tanor Dieng, Moustapha Niasse, Cheikh Bamba Dièye, Cheikh Tidiane Gadio et Ibrahima Fall) chantaient ensemble l'hymne national sénégalais, formaient une chaîne humaine en se prenant par la main et prenaient l'engagement « de rester unis » et de mener une campagne commune.

Trois jours plus tard, Macky Sall, persuadé de pouvoir battre Wade à la régulière et soucieux de ne pas « insulter l'avenir », désertait les manifestations du M23 (Mouvement du 23 juin), la coalition des partis et des organisations de la société civile opposés à la candidature de Wade, et menait sa propre campagne. « Nous avons fait ce que nous avons pu pour nous opposer à la candidature de Wade, explique son porte-parole, Alioune Badara Cissé. Maintenant, nous devons faire avec la réalité du terrain. »

Le week-end suivant, chacun des candidats faisait cavalier seul. En lançant des slogans aux tonalités guerrières tout en refusant l'épreuve de force dans la rue, le mouvement s'est enfermé dans une logique de confrontation sans se donner les moyens de l'emporter. Cette « stratégie hybride », selon les termes du politologue Babacar Justin Ndiaye, n'a pas permis de mobiliser suffisamment.

Un ticket "tout sauf Wade" au 2e tour?

Selon un jeune militant socialiste, elle traduit « le fossé qui sépare les élites politiciennes du peuple », mais aussi « le manque de combativité » des leaders de l'opposition. « Tous ont goûté au pouvoir et au confort qui va avec. Mais ils ne sont pas prêts pour autant à se battre pour le retrouver, comme Wade dans les années 1980 », note avec amertume un membre de l'équipe de campagne d'Idrissa Seck.

Cette désunion et ces stratégies divergentes auxquelles s'ajoutera, le 26 février, l'inévitable dispersion des voix, sont les trois principaux atouts du président sortant, persuadé de sa victoire dès le premier tour. En cas de second tour, l'équation serait tout autre. Un ticket « tout sauf Wade » aurait toutes les chances de l'emporter. Les collaborateurs de Gorgui en conviennent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

L'Afrique part à la pêche aux 'islamodollars'

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Basketball : exploit du Sénégal face à la Croatie

Le Sénégal a réussi le plus grand exploit de son histoire en battant la Croatie (77-75), l'un des candidats au podium, à la Coupe du monde messieurs de basket, lundi à Séville.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Ebola atteint le Sénégal, un quartier de Monrovia sort de l'isolement

Le Liberia doit lever samedi matin la quarantaine d'un quartier de la capitale, 10 jours après avoir imposé son isolement face à la progression de l'épidémie d'Ebola, qui touche désormais[...]

Sénégal : Mamadou Jean-Charles Tall, une mosquée et un manifeste

"La mosquée de Donaye (dans la vallée du fleuve Sénégal) doit être une sorte de manifeste. Au-delà de son caractère religieux, de l'impératif fonctionnel, elle[...]

Ebola : premier cas officiellement confirmé au Sénégal

La ministre sénégalaise de la Santé, Awa Marie Coll Seck, a officiellement confirmé au cours d'une conférence de presse, vendredi, le premier cas de fièvre hémorragique Ebola dans[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Coupe du monde de basketball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basketball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex