Extension Factory Builder
27/02/2012 à 15:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La mission de Kadré Désiré Ouédraogo : redynamiser la Cedeao. La mission de Kadré Désiré Ouédraogo : redynamiser la Cedeao. © D.R.

L'ancien Premier ministre burkinabè, Kadré Désiré Ouédraogo, a été élu à la tête de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. Une sorte de retour aux sources pour l'intéressé...

Blaise Compaoré aura finalement réussi à imposer Kadré Désiré Ouédraogo à la présidence de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao). Sa nomination, lors du sommet extraordinaire des chefs d'État de l'institution, le 17 février, à Abuja, au Nigeria, met fin à deux ans de suspense. Dans les coulisses, le Burkina et la Côte d'Ivoire oeuvraient depuis des mois pour faire plier Thomas Boni Yayi, qui souhaitait installer à ce poste l'un de ses fidèles, Jean-Marie Ehouzou. Grâce au soutien de Goodluck Jonathan (Nigeria) et de John Atta-Mills (Ghana), ils ont permis au chef de l'État béninois d'accéder à la présidence tournante de l'Union africaine en contrepartie de son engagement à ne plus briguer ce poste pour son compatriote.

Alassane Ouattara, le parrain ivoirien

Pour Ouédraogo, 58 ans, c'est un retour aux sources, puisqu'il a déjà occupé la fonction de secrétaire exécutif adjoint chargé des affaires économiques de la Cedeao (1985-1993) avant de devenir vice-gouverneur de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), puis Premier ministre du Burkina (1996-2000). Diplômé de HEC et licencié en sciences économiques de l'université Paris-I (Panthéon-Sorbonne), ce fils de Naba Koutou, roi mossi de Boussouma (à 80 km au nord de Ouagadougou), est un fin connaisseur des dossiers régionaux. Il était jusque-là ambassadeur du Burkina auprès de l'Union européenne (UE), l'un des premiers contributeurs de la Cedeao.

Avec l'aide de son parrain ivoirien, Alassane Ouattara, qui succède à Goodluck Jonathan comme président en exercice de la Cedeao, il aura à coeur de relancer des institutions communautaires âgées en moyenne de vingt ans. Entraves à la libre circulation des biens et des personnes, faiblesse des échanges entre les États membres (moins de 10 % du commerce régional), coopération monétaire et union douanière en berne, force armée de la Cedeao, l'Ecomog, sous le feu des critiques... La tâche s'annonce immense pour relancer tous ces chantiers et développer les infrastructures (routes reliant les différentes capitales, interconnexion électrique...). Objectif : faire de ce marché de près de 300 millions d'habitants - potentiellement la vingtième puissance économique mondiale - un espace attrayant pour les investisseurs privés du monde entier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique de l'Ouest

Affaire Ecobank/Tanoh : 'La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement', estime Ecobank

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de comme[...]

Ecobank condamnée à verser 11 millions d'euros à Thierry Tanoh

A Abidjan, le Tribunal de commerce a condamné le 15 janvier le groupe bancaire panafricain Ecobank à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien dirigeant et actuel secrétaire[...]

La Côte d'Ivoire fait le plein sur le marché ouest-africain

Pour sa dernière incursion sur le marché financier sous-régional en 2014, la Côte d'Ivoire a fait un carton. Alors qu'il sollicitait 160 milliards de F CFA, le Trésor public a[...]

Gemalto ouvre un bureau régional à Abidjan

 Gemalto a inauguré le 13 janvier son premier bureau ouest-africain. Basé à Abidjan, en Côte d'Ivoire, cette nouvelle implantation compte des équipes commerciales et des ingénieurs en[...]

Fitch maintient la note "B" de la Côte d'Ivoire

L'agence de notation Fitch a maintenu la note "B" attribuée aux émissions souveraines de la Côte d'Ivoire, avec des perspectives favorables. Et cela en dépit d'une croissance économique[...]

Corruption au Nigeria : Safran relaxé en appel à Paris

 Le groupe français Safran, actif dans l'aéronautique, la défense et la sécurité, a été relaxé par la cour d'appel de Paris pour corruption présumée[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Diplomatie économique française : Abidjan prend la place de Dakar

 En septembre 2015, Abidjan deviendra le hub régional du ministère français des Finances en Afrique de l'Ouest, à la place de Dakar.[...]

Moov Côte d'Ivoire, un cadeau empoisonné pour Maroc Télécom ?

Nouvelle tête de pont d'Etisalat en Afrique francophone, le groupe marocain va prendre le contrôle de Moov. Une marque en difficulté, notamment en Côte d'Ivoire...[...]

Tony Elumelu : "Le secteur privé a besoin de leaders africains"

En moins de trente ans, le Nigérian a bâti un groupe de pointe dans la banque, l'hôtellerie et l'énergie. Rencontre avec un businessman pas comme les autres qui lance un programme de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2667p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2667p018.xml0 from 172.16.0.100