Extension Factory Builder
24/02/2012 à 11:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Sur le continent, les ventes du braseur ont augmenté de 19% entre 2010 et 2011. Sur le continent, les ventes du braseur ont augmenté de 19% entre 2010 et 2011. © One Red Eye/Philip Meech pour Sab Miller

Grâce à sa vaste gamme de produits, le brasseur sud-africain voit son chiffre d'affaires exploser en Afrique. Au vu des investissements prévus sur le continent, cela n'est pas près de s'arrêter.

La stratégie africaine de SAB Miller a deux facettes, a priori opposées. La première consiste à réduire certains prix de moitié ; la seconde à les doubler sur d'autres produits ! « Proposer des prix abordables est vraiment très important pour nous dans l'entrée de gamme... tout comme avoir des tarifs plus élevés pour les produits haut de gamme », justifie Mark Bowman, directeur pour l'Afrique du brasseur, basé à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Sorgho, maïs, manioc... L'offre très étoffée du groupe démarre avec la Chibuku, en Zambie, bière traditionnelle au sorgho et au maïs qui fermente dans des emballages en carton et est vendue 0,50 dollar la bouteille, continue avec des bières au manioc et au sorgho commercialisées autour de 0,80 dollar, avant d'atteindre des bières blondes haut de gamme, qui coûtent plus de 1 dollar.

Pour augmenter les capacités de production, 260 millions de dollars vont être débloqués

« Nous parvenons à maintenir nos marges sur tous nos produits en évitant que nos marques ne se cannibalisent », explique Mark Bowman. S'il se réjouit ainsi des ventes de sa marque d'entrée de gamme, la Castle, qui ont progressé entre 30 % et 35 % au cours des deux dernières années, le directeur Afrique attend avec impatience les premiers résultats du lancement d'une bière au manioc au Mozambique, Impala Cervejas, qu'il qualifie de « produit à forte valeur ajoutée et très prometteur ».

Cette stratégie tous azimuts semble payante. Sur le continent (hors Afrique du Sud), les ventes du brasseur ont augmenté de 19 % entre mars 2010 et mars 2011, pour atteindre 3,2 milliards de dollars (2,4 milliards d'euros). Sur son marché domestique, le chiffre d'affaires a grimpé de 17 %, à 6 milliards de dollars. L'Afrique du Sud devient ainsi le deuxième marché de SAB Miller, juste derrière l'Amérique du Sud, dépassant l'Europe et les États-Unis. Mais si environ 12 % des bénéfices sont réalisés en Afrique, leur croissance reste encore inégale selon les pays.

A plein régime

« Nous aimerions que le continent contribue davantage aux résultats du groupe », assure Mark Bowman. Déjà, la filiale de SAB Miller en Tanzanie a vu ses profits s'envoler de 77 % au premier semestre de 2011, et sa nouvelle brasserie de Mbeya tourne à plein régime. Au Ghana, la bière blonde Club Premium Lager a vu ses ventes bondir de 80 % durant la même période. Et au Nigeria, le groupe a d'importants projets : acteur mineur dans ce pays comparé aux Heineken et Diageo, SAB Miller ouvrira ainsi une brasserie à Onitsha en septembre 2012.

Autant de programmes menés par Mark Bowman, 45 ans, qui dirige le département Afrique depuis 2007. En novembre dernier, il a annoncé des investissements de 260 millions de dollars pour augmenter les capacités sur le continent, dans la continuité des 1,5 milliard de dollars débloqués au cours des cinq dernières années. « Le défi sur le marché de la bière, c'est qu'il s'agit d'une industrie très capitalistique », explique-t-il. De fait, une nouvelle brasserie coûte entre 70 millions et 90 millions de dollars.

Travail de proximité

En parallèle à l'augmentation des capacités de production, le département Afrique du brasseur accroît ses approvisionnements en matières premières auprès d'agriculteurs. Ainsi, 7 500 cultivateurs ougandais sont sous contrat, et le groupe envisage d'en doubler le nombre pour alimenter une malterie d'un coût de 20 millions de dollars. Pour lui, ce travail de proximité « augmente le revenu des agriculteurs, donc celui des consommateurs ».

D'ailleurs, Mark Bowman est très optimiste. « Au fur et à mesure que le revenu par habitant croît en Afrique, nous vendons plus de bière. Nous ne voulons pas attirer ceux qui ne boivent jamais d'alcool, mais ceux qui boivent déjà d'autres produits alcoolisés. » Et d'ajouter, pensant aux jeunes : « La démographie joue en notre faveur. Si vous regardez sur le long terme, nous avons devant nous entre dix et vingt ans de croissance. »

Castel dans le viseur

Les quatre brasseurs qui dominent le monde se livrent une sévère concurrence sur le continent. En 2011, le néerlandais Heineken a gonflé d'un tiers sa capacité de production au Nigeria en rachetant cinq brasseurs locaux, et a remporté la privatisation de deux sociétés éthiopiennes pour 115 millions d'euros. Le britannique Diageo (Guinness) réoriente quant à lui ses investissements vers les pays émergents (Chine, Amérique latine et Afrique), où il compte réaliser 32 % de ses ventes dans les quatre ans, contre 10 % en 2010.

Dans ce contexte, l'éventualité d'un rachat par SAB Miller des activités africaines de Castel dans la bière revient en force. Le groupe français dément. Une alliance associe depuis 2001 les deux firmes : SAB Miller détient 20 % de la branche bières et boissons non alcoolisées de Castel en Afrique... lequel possède 38 % de la filiale africaine de SAB Miller. Mais le brasseur sud-africain ne cache guère sa volonté de mettre la main sur l'ensemble des activités africaines de Castel, dont le montant pourrait atteindre 4,7 milliards d'euros.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

État islamique : combien de vierges pour une ado sud-africaine ?

Comme Boko Haram, l’État islamique est friand de jeunes Africaines. Mais contrairement à l’organisation terroriste basée au Nigeria, Daesh essaie d'en attirer des consentantes. Une Sud-Africaine[...]

L'Afrique du Sud teste une nouvelle molécule contre la tuberculose multirésistante

Depuis 2013, quelques 217 Sud-Africains, sur 500 patients-test dans le monde, ont été mis sous traitement à la bedaquiline contre la tuberculose multirésistante. Près de 3000 personnes[...]

Afrique du Sud : faut-il détruire les statues de l'apartheid ?

Les actes de vandalisme contre des statues d'anciens dirigeants blancs se multiplient en Afrique du Sud. Un phénomène qui vise le passé colonial et raciste du pays, mais qui remet aussi en question[...]

Afrique du Sud : les propos xénophobes du fils de Jacob Zuma font scandale

Après les propos racistes du roi zoulou Goodwill Zwelithini, c'est au tour du fils du président sud-africain, Edward Zuma, de demander aux étrangers de plier bagages. Des déclarations qui suscitent la[...]

Mercenaires sud-africains, les soldats perdus de l'apartheid

Ils ont appris à se faire discrets : officiellement, Pretoria interdit le mercenariat. Mais d'anciens militaires formés du temps du régime ségrégationniste vendent encore leurs services[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2666p060-061.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2666p060-061.xml0 from 172.16.0.100