Extension Factory Builder
22/02/2012 à 12:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Titulaire de la chaire des études islamiques à l'Université de la Manouba en Tunisie, Amel Grami livre son témoignage sur les revendications parfois violentes des salafistes dans son établissement.

Tout a commencé en septembre 2011. C'était la première rentrée universitaire depuis la fuite de Ben Ali. Inscrite au département arabe, une Tunisienne s'est présentée dans l'amphi en niqab. Son professeur lui a demandé de se découvrir le visage en cours. Elle s'est exécutée. Le 28 octobre, elle a changé d'attitude : « Plus question d'enlever mon niqab, désormais nous sommes au pouvoir ! »

Il est vrai que le parti religieux Ennahdha avait remporté les élections quelques jours auparavant. Refus du corps professoral. Elle s'est absentée des cours durant une semaine, puis elle est revenue accompagnée d'une cinquantaine de salafistes en tenue afghane, la plupart étrangers à l'institution. Au début, ils ont été plutôt mielleux avec les professeurs et les étudiants, arguant des « libertés individuelles » pour les filles ayant choisi de porter le voile intégral. Mais très vite, la tension est montée.

D'auguste institution du savoir et du débat contradictoire, l'université de la Manouba est devenue une curiosité pour les badauds et un fonds de commerce pour les politiques.

D'auguste institution du savoir et du débat contradictoire, l'université de la Manouba est devenue une curiosité pour les badauds et un fonds de commerce pour les politiques. Les professeurs sont pris à partie par les « envahisseurs », qui se sont installés, avec armes (sabres en tous genres) et bagages (matelas pour dormir et sono pour diffuser du Coran). Le doyen a amorcé un dialogue avec eux.

En voyant la liste des revendications, il a compris qu'il ne s'agissait plus du droit de porter le niqab mais d'un choix de société : séparation des étudiants et des étudiantes, professeur exclusivement masculin pour les étudiants. En cas d'impossibilité, prévoir un paravent entre la professeure et ses étudiants. Le dialogue n'était plus possible. Les salafistes sont passés de la violence verbale (j'ai entendu plus de « sale pute » que de « dégage » !) à la violence physique. J'ai alors compris que nous étions en train de perdre notre espace pédagogique. Ils ont reçu les encouragements de Sadok Chourou, élu d'Ennahdha, et des deux fils d'Ali Larayedh, ministre de l'Intérieur. Mais pas question de leur laisser la Manouba. Nous nous battrons jusqu'au bout.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex