Extension Factory Builder
16/02/2012 à 12:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
John F.Kennedy et sa femme Jackie en 1961. John F.Kennedy et sa femme Jackie en 1961. © AFP

Mimi Alford, une des maîtresses de John F. Kennedy, révèle dans le livre "Once Upon a Secret" les dessous de sa liaison avec l'ancien président américain.

Été 1962. Mimi Alford est stagiaire au service de presse de la Maison Blanche depuis quatre jours lorsqu'elle rencontre John F. Kennedy. Après quelques brasses dans la piscine présidentielle et une soirée, ce mari volage la renverse sur le propre lit de son épouse, Jackie. Mimi a 19 ans, il en a 45, et leur liaison durera jusqu'à la mort de ce dernier, en novembre 1963.

À 69 ans, Alford publie aux États-Unis Once Upon a Secret (en français, Une ­singulière histoire d'amour, Oh ! Éditions). On y apprend notamment que JFK ne l'embrassa jamais et qu'elle devait l'appeler « monsieur le président » ; qu'il la pria un jour d'accorder ses faveurs à l'un de ses collaborateurs, ainsi qu'à son frère cadet, Ted Kennedy ; qu'elle accepta la première proposition, mais déclina la seconde. « Nous passions un temps fou dans la baignoire, à jouer avec deux canards jaunes en plastique », raconte Mimi.

JFK lui parut moins serein lors de la crise des missiles de Cuba, lui confiant préférer voir ses enfants communistes que morts. Après son retour à l'université, le président continua de l'appeler, en utilisant le pseudonyme de « Michael Carter », et envoya des voitures la chercher pour l'amener à la Maison Blanche. Mimi le vit pour la dernière fois une semaine avant son assassinat, alors qu'elle était sur le point de se marier. Il lui promit qu'il l'appellerait « quand même ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers