Extension Factory Builder
15/02/2012 à 15:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le récit de 'Kamal Jann' fait écho aux évènements actuels, notamment en Syrie. Le récit de "Kamal Jann" fait écho aux évènements actuels, notamment en Syrie. © Stoyan Nenov/Reuters

"Kamal Jann", le dernier roman de l'écrivaine libanaise Dominique Eddé explore les bas-fonds de l'âme humaine à travers l'histoire tragique d'une famille syrienne.

L'éditeur n'y va pas par quatre chemins : « Le grand roman du Moyen-Orient », clame le bandeau apposé sur l'ouvrage. Pour une fois, la publicité n'est pas mensongère. Car Kamal Jann, livre ambitieux s'il en est, est une sorte de roman total. Une saga qui vous mènera de Damas au Caire et de Beyrouth à New York sur les traces de la grande famille des Jann. Entre amour et haine, sous un régime autoritaire, ses membres hauts en couleur sont emportés par des histoires cruelles et passionnelles. À commencer par le héros de ce drame, Kamal, entraîné vers un destin qui semble aussi sombre qu'inéluctable - ce qui donne parfois au récit des allures de thriller métaphysique, voire de tragédie grecque. Mais Kamal Jann est aussi un livre politique, puisque les ressorts du récit, sur fond de manipulations impliquant à l'occasion le Mossad et la CIA, nous ramènent régulièrement à des enjeux de pouvoir et à l'interminable conflit du Moyen-Orient, au coeur de bien des discussions entre les protagonistes.

S'il a été écrit avant même qu'on puisse penser le Printemps arabe possible, le roman fait directement écho aux événements actuels, et tout particulièrement à la situation en Syrie. Dès les premières pages, on entre dans le vif du sujet en faisant connaissance du membre le plus redoutable et le plus retors de la famille Jann, Sayf Eddine, le « pilier invisible » des services de renseignements syriens.

Tout le monde le craint, y compris les plus puissants hiérarques du régime de Damas. Entre deux entretiens avec des tortionnaires venant lui rendre compte de leurs interrogatoires musclés, l'homme se livre à une odieuse séance de chantage avec la femme d'un ministre dont il sait qu'elle entretient une aventure extraconjugale avec un rival du président. Et l'on apprend aussi qu'il vient de faire supprimer par ses sbires - un suicide, dira la presse du parti - un homme qui revenait d'une visite chez Kamal Jann, avocat à New York, où il avait évoqué la possibilité de mettre en service un site d'information consacré aux droits de l'homme en Syrie. Mourad, le frère islamiste de Kamal, lui apprend la nouvelle par téléphone et l'avertit qu'il est désormais en danger de mort. Ce qui, au fond, n'alourdit guère le contentieux déjà énorme entre les deux hommes : Kamal, enfant, a été régulièrement violé par son oncle Sayf Eddine.

La suite du livre est à l'avenant, la mort et la folie restant constamment en embuscade. Le plus étonnant, pourtant, c'est que ces événements peu ordinaires n'étonnent bientôt plus le lecteur. Tout le talent de l'auteur réside dans sa manière de nous convier à regarder les scènes les plus délicates et les plus complexes comme si, dans le lieu et les circonstances où elles se déroulent, elles allaient de soi. Ainsi peut-on lire Kamal Jann comme un roman d'initiation à la vie politique au Moyen-Orient et à la subjectivité intrinsèque des hommes et des femmes de la région.

Dominique Eddé, originaire d'une famille qui a joué un grand rôle dans l'histoire contemporaine du Liban, militante de la cause palestinienne, vivant aujourd'hui la moitié de l'année en Turquie, était bien placée pour nous familiariser avec cet univers. Son style, vif et sans fioritures, ainsi que sa capacité à éclairer le récit d'idées subtiles sur la nature humaine - et en particulier sur les difficultés que rencontre tout homme qui entend refuser l'abjection - l'aident évidemment dans cette entreprise salutaire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

'American Sniper' : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long métrage de Clint Eastwood, American Sniper, relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits sanglants en Irak. [...]

Quatre attentats à la bombe font un mort et deux blessés au Caire

Trois attentats à la bombe ont fait un mort et deux blesses jeudi matin au Caire. Même si les attaques n’ont pas été revendiquées, les autorités locales soupçonnent les groupes[...]

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Le dessinateur algérien Ali Dilem rejoint l'équipe de "Charlie Hebdo"

Le célèbre dessinateur de presse algérien Ali Dilem a rejoint la rédaction de "Charlie Hebdo", qui a sorti mercredi son second numéro depuis les attentats de janvier. Un choix audacieux[...]

Yémen : les yeux plus gros que le ventre des houthistes

Maîtres de facto du pays depuis la prise de Sanaa, le 20 janvier, et la démission du président de la transition, les houthistes ne savent pas vraiment quoi faire d'un pouvoir trop facilement[...]

Manque d'assurance

Voici une petite anecdote qui en elle-même n'est pas extraordinaire mais qui me semble être un signe des temps. Elle se décline en deux épisodes. Première partie : il s'agit d'une toute[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Yémen : une Française travaillant pour la Banque mondiale enlevée à Sanaa

Une ressortissante française travaillant pour la Banque mondiale a été enlevée mardi à Sanaa, ont annoncé les autorités françaises. [...]

Syrie: près d'une centaine de chrétiens assyriens enlevés par l'EI

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, l'Etat islamique a enlevé 90 habitants après avoir attaqué Tal Chamiram et Tal Hermoz, deux villages chrétiens assyriens sous contrôle des[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2665p121-bis.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2665p121-bis.xml0 from 172.16.0.100