Extension Factory Builder
21/02/2012 à 17:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Agence centrale de BGFI, à Libreville. Agence centrale de BGFI, à Libreville. © Joan Bardeletti pour J.A.

Après le Bénin, le groupe bancaire gabonais BGFI vient d'ouvrir une filiale en Côte d'Ivoire, associé au négociant local Yeshi Group. Un marché très concurrentiel où il faudra innover pour parvenir à se faire une place.

Le 5 janvier au Plateau - le quartier d'affaires d'Abidjan -, un nouveau venu s'est installé avenue Joseph-Anoma, communément appelée « rue des banques ». Sans grand bruit, le gabonais BGFI Bank a ouvert, non loin des sièges de la Société générale de banques en Côte d'Ivoire (SGBCI), de Banque Atlantique Côte d'Ivoire (Baci), de BIAO Côte d'Ivoire et de bien d'autres établissements financiers, les portes de sa filiale locale. Cette nouvelle implantation est la deuxième du groupe en Afrique de l'Ouest, après le Bénin en 2010. Elle est l'aboutissement d'un processus entamé en 2009 et qui a conduit, en mai 2011, à l'obtention d'un agrément.

L'arrivée de BGFI Bank vient porter à 21 le nombre de groupes bancaires opérant sur le marché ivoirien. « La Côte d'Ivoire va servir de base pour la suite de notre développement en Afrique de l'Ouest », indique-t-on à la direction du groupe, à Libreville. BGFI Bank, qui réalise déjà 41 % de ses revenus hors du Gabon, compte profiter de la reprise économique annoncée à Abidjan. Selon les prévisions du Fonds monétaire international (FMI), le PIB ivoirien devrait croître de 8,5 % cette année, après avoir perdu 5,8 % en 2011.

« Le contexte ­macroéconomique est très favorable à l'arrivée de nouveaux groupes bancaires. Deuxième producteur mondial de cacao, la Côte d'Ivoire vient de sortir d'une longue période de crise et va lancer des grands chantiers de reconstruction [plus de 3 milliards d'euros d'investissement sur les quatre prochaines années, NDLR]. Le secteur bancaire est donc appelé à exploser », explique un analyste du fonds d'investissement américain Intangis Holdings.

Quasi-duopole

Reste à BGFI Bank à faire ses preuves sur un marché réputé très difficile, notamment sur ses créneaux de prédilection : la banque de financement et d'investissement, mais aussi la banque privée (gestion de patrimoine des particuliers fortunés). « Les groupes déjà présents dans le pays couvrent très bien ces activités. Les filiales locales de BNP Paribas et de Société générale y sont en position de quasi-duopole », estime le cadre d'une autre banque installée en Côte d'Ivoire. Deux établissements auxquels il faut encore ajouter les groupes panafricains Baci - dont le réseau est le plus grand du pays -, Bank of Africa et Ecobank, très bien implantés. « L'activité de financement des opérations des grandes entreprises est surtout basée sur le relationnel que ces institutions entretiennent avec elles. Et en la matière, les banques qui sont entrées en premier sur le marché ont une longueur d'avance », explique un autre analyste, qui juge que le rachat d'une banque locale (certes plus coûteux) aurait permis à BGFI Bank d'aller plus vite.

Afriland bientôt en Guinée

Numéro deux au Cameroun et numéro un en Guinée équatoriale, Afriland First Group avance timidement en Afrique de l'Ouest. Le groupe de Yaoundé a vendu il y a quelques années sa participation minoritaire dans l'ivoirien Omnifinance (aujourd'hui Access Bank Côte d'Ivoire) et regarde Abidjan, pour l'instant, de loin. La banque, détenue majoritairement par Paul Fokam, mène une stratégie d'expansion au coup par coup. « Nous ne nous fixons pas de liste de pays, nous regardons les opportunités quand elles viennent et décidons en fonction de notre capacité à rentabiliser rapidement l'investissement », souligne Albert Nigri, directeur général. En 2011, Afriland a débuté à partir de zéro ses activités au Liberia, un pays nettement sous-bancarisé. Il vient par ailleurs d'obtenir un agrément pour opérer en Guinée. Frédéric Maury

Selon les spécialistes, l'activité banque commerciale pure est celle qui offre le plus grand potentiel de croissance, d'autant qu'en Côte d'Ivoire la proportion de personnes ayant accès aux services bancaires est encore inférieure à 10 % de la population. BNP Paribas vient d'ailleurs de lancer un nouveau produit visant les populations non bancarisées dans quatre pays ouest-africains (Côte d'Ivoire, Sénégal, Mali et Burkina Faso). Pour un coût de 1 000 F CFA (1,52 euro), le groupe français propose à ce type de clientèle un compte courant et une carte de retrait.

Un partenaire de poids

Mais à Abidjan, BGFI Bank mise sur un atout majeur. Il peut en effet compter sur un partenaire local de poids : Yeshi Group, dont l'un des dirigeants est administrateur de BGFI Côte d'Ivoire. Très discrète, cette société de négoce (distribution de produits de consommation, de matériaux de construction, etc.) est implantée en Côte d'Ivoire depuis plus de trente ans. Elle possède des filiales dans de nombreux pays comme le Sénégal, le Congo, la Centrafrique, le Cameroun et le Gabon - où elle réalise en moyenne un chiffre d'affaires de 30 millions d'euros par an.

En attendant de déployer sa stratégie à l'ouest, c'est en Afrique centrale que BGFI Bank est le mieux implanté, avec quatre filiales hors Gabon : en RD Congo, au Cameroun, au Congo et en Guinée équatoriale. Une nouvelle ouverture est attendue dans les prochaines semaines à São Tomé e Príncipe. En tout, la banque sera ainsi présente dans dix pays (dont Madagascar et la France). Un chiffre que ses dirigeants entendent porter à dix-huit à l'horizon 2015. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Côte d'Ivoire : Abidjan et ses drôles de dames

Trois filles ont débarqué sur les bords de la lagune Ébrié. L'une y a créé sa société, une autre y est auditrice financière pour un grand cabinet, la[...]

Ebola : viande de brousse, le goût du risque

Vecteur potentiel du redoutable virus Ebola, la viande de brousse a été interdite dans les pays touchés par l'épidémie. Une mesure qui ne décourage pas certains consommateurs.[...]

Côte d'Ivoire : le duo Renard-Beaumelle à la tête des Éléphants ?

De cinq noms, la "short-list" de la fédération ivoirienne est passée à trois, après que les Français Francis Gillot et Luiz Fernandez ont été [...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Côte d'Ivoire : sale temps pour le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara

Le lieutenant-colonel Issiaka Ouattara alias Wattao, figure emblématique des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), vient d'être démis de deux de ses fonctions au sein de[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Football : l'Ivoirien Serge Aurier va signer au PSG

Le latéral droit ivoirien Serge Aurier devrait s'engager mercredi au PSG. Il disputera la Ligue des champions la saison prochaine avec le club français.[...]

Côte d'Ivoire - FPI : Michel Gbagbo, profession médiateur

Michel Gbagbo tente d'éteindre le feu au sein du FPI. Sans grand succès pour le moment.[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers