Extension Factory Builder
16/02/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gibril et Khalil Ibrahim (de g. à dr), à Doha, en février 2009. Gibril et Khalil Ibrahim (de g. à dr), à Doha, en février 2009. © Maneesh Bakshi/Sipa

À la tête du principal mouvement rebelle du Darfour, l'universitaire Gibril Ibrahim a succèdé à son frère Khalil, tué en décembre 2011 par l'armée soudanaise. Un changement de profil, mais pas de stratégie.

Ai-je l'étoffe d'un chef de guerre ? Depuis son arrivée, le 26 janvier, à la tête du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), la rébellion du Darfour, Gibril Ibrahim doit se poser cette question. Son prédécesseur de frère, Khalil, tué par l'armée soudanaise fin décembre, était très respecté de ses combattants, qu'il avait menés jusqu'aux portes de Khartoum en 2008.

Économiste de formation, ancien professeur à Karthoum et en Arabie saoudite, Gibril, qui a récemment vécu à Londres, est différent. « On n'a pas besoin de faire la guerre pour vivre », a-t-il expliqué. Pour autant, rien ne laisse penser que son élection aboutira à un changement de stratégie. Le JEM a formé en novembre une nouvelle alliance de rebelles contre Khartoum, affaibli par l'indépendance du Soudan du Sud. « Le JEM s'attend à une inflexion du régime, analyse Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste de la région. Il ne risque donc pas de baisser les armes à court terme. »

Il n'empêche, le mouvement rebelle est cerné. Après la réconciliation entre le Soudan et le Tchad en 2009, la chute de Kadhafi (un de ses principaux fournisseurs d'armes) a été un coup dur. Gibril Ibrahim pourra difficilement se passer de nouveaux alliés. Dans ce domaine, il a un avantage sur son frère, dont le passé rendait les relations avec le Soudan du Sud délicates. En effet, lorsqu'il était un cadre du régime de Khartoum, Khalil Ibrahim avait participé à la répression contre les Sudistes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Répartition des eaux du Nil : on ne fait plus de vagues

Répartition des eaux du Nil : on ne fait plus de vagues

Fini la discorde entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan. Ce lundi 23 mars, les trois pays ont signé un accord de principe pour la construction du barrage éthiopien Grande renaissance.[...]

Le Soudan va creuser des puits d'exploration pétrolière au Darfour

 Le Soudan, qui a perdu la majorité de ses réserves pétrolières connues avec la partition du Soudan du Sud en 2011, entend développer sa production d'hydrocarbures. Khartoum a prévu[...]

"Les écailles d'or" : premier polar de Parker Bilal, entre islamisme et capitalisme

Sous le pseudonyme de Parker Bilal, l'écrivain anglo-soudanais Jamal Mahjoub livre un roman policier à fortes connotations politiques.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Soudan : début de la campagne pour une réélection quasi-certaine d'Omar el-Béchir

La campagne pour les élections présidentielle et législatives débute ce mardi au Soudan. Le président Omar el-Béchir est presque assuré d'être réélu, le tout[...]

Sur le chemin des armes en Centrafrique

L'ONG Conflict Armament Research a enquêté sur l'arsenal des groupes rebelles. À en croire son rapport, la Séléka, notamment, aurait bénéficié de l'aide directe du[...]

Soudan : Hadeel Ibrahim, à la tête de la fondation de papa

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Soudan : le président Béchir candidat à sa réélection en avril

 La commission électorale au Soudan a reçu dimanche la candidature du président sortant Omar el-Béchir pour le scrutin présidentiel du 13 avril pour lequel il part favori, selon un de ses[...]

Soudan : les Nations unies protestent contre l'expulsion de deux de leurs responsables

Les rapports entre le Soudan et les Nations unies ne s'arrangent pas. Jeudi, l'ONU a officiellement protesté auprès des autorités de Khartoum après leur décision d'expulser deux des principaux[...]

Soudan : les élections générales fixées au 13 avril

Les élections générales au Soudan, prévues initialement le 2 avril, ont été fixées au 13 du même mois, a annoncé samedi le chef de la commission nationale[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2665p037.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2665p037.xml0 from 172.16.0.100