Extension Factory Builder
16/02/2012 à 12:13
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Gibril et Khalil Ibrahim (de g. à dr), à Doha, en février 2009. Gibril et Khalil Ibrahim (de g. à dr), à Doha, en février 2009. © Maneesh Bakshi/Sipa

À la tête du principal mouvement rebelle du Darfour, l'universitaire Gibril Ibrahim a succèdé à son frère Khalil, tué en décembre 2011 par l'armée soudanaise. Un changement de profil, mais pas de stratégie.

Ai-je l'étoffe d'un chef de guerre ? Depuis son arrivée, le 26 janvier, à la tête du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM), la rébellion du Darfour, Gibril Ibrahim doit se poser cette question. Son prédécesseur de frère, Khalil, tué par l'armée soudanaise fin décembre, était très respecté de ses combattants, qu'il avait menés jusqu'aux portes de Khartoum en 2008.

Économiste de formation, ancien professeur à Karthoum et en Arabie saoudite, Gibril, qui a récemment vécu à Londres, est différent. « On n'a pas besoin de faire la guerre pour vivre », a-t-il expliqué. Pour autant, rien ne laisse penser que son élection aboutira à un changement de stratégie. Le JEM a formé en novembre une nouvelle alliance de rebelles contre Khartoum, affaibli par l'indépendance du Soudan du Sud. « Le JEM s'attend à une inflexion du régime, analyse Roland Marchal, chercheur au CNRS et spécialiste de la région. Il ne risque donc pas de baisser les armes à court terme. »

Il n'empêche, le mouvement rebelle est cerné. Après la réconciliation entre le Soudan et le Tchad en 2009, la chute de Kaddafi (un de ses principaux fournisseurs d'armes) a été un coup dur. Gibril Ibrahim pourra difficilement se passer de nouveaux alliés. Dans ce domaine, il a un avantage sur son frère, dont le passé rendait les relations avec le Soudan du Sud délicates. En effet, lorsqu'il était un cadre du régime de Khartoum, Khalil Ibrahim avait participé à la répression contre les Sudistes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

Soudan : trois employés enlevés dans l'attaque d'un champ pétrolier

Soudan : trois employés enlevés dans l'attaque d'un champ pétrolier

Des hommes armés ont attaqué un champ pétrolier dans la province soudanaise du Kordofan-Ouest, enlevant trois employés, un Soudanais, un Algérien et un Chinois, a indiqué le porte-parole d[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Soudan : Khartoum interdit les activités des partis politiques

Dans un décret relatif aux activités des formations politiques rendu public lundi tard dans la nuit, le président soudanais Omar el-Béchir a interdit aux partis d'organiser des réunions, y[...]

Darfour : les autorités annulent une visite humanitaire dans un camp de déplacés

Une délégation de l'ONU et de l'Union européenne attendue jeudi dans le plus grand camp de déplacés soudanais au Darfour a finalement annulé sa visite. Une recommandation des[...]

Soudan : un employé du CICR tué au Darfour

Un employé soudanais du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a été tué au Darfour, a annoncé l'organisation vendredi, alors que les violences s'aggravent dans cette[...]

Détournements, disparitions, crashs... Les dix faits marquants de l'aviation africaine

Le mystère du vol MH370 de la Malaysia Airlines, disparu depuis plus de dix jours, passionne, autant qu'il inquiète. Ce n'est pourtant pas la première que l'aviation se retrouve sous les projecteurs, y compris[...]

Les coulisses de la défense africaine (février-mars 2014)

Satellites, avions, chars, bâtiments, stratégie, communication... L'actualité de la défense a été particulièrement riche depuis février sur le continent. Laurent Touchard*[...]

Soudan : nouvelle manifestation contre la présence française en Centrafrique

Environ 200 fondamentalistes musulmans se sont rassemblés vendredi pour une deuxième manifestation hebdomadaire dans le centre de Khartoum afin de dénoncer le rôle de la France dans le conflit en[...]

Trafic d'êtres humains : Khartoum - Le Caire, l'axe du mal

Human Rights Watch dénonce la collusion entre les trafiquants et les autorités soudanaises et égyptiennes dans l'un des plus grands scandales humanitaires contemporains.[...]

Darfour : plus de 40 000 civils fuient des violences "intercommunautaires"

La mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) a indiqué dimanche que plusieurs milliers de civils ont fui les violences à Saraf Omra, une ville située à une centaine de kilomètres[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces