Extension Factory Builder
08/02/2012 à 11:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Certains apparatchiks du MPLA ne veulent pas de Manuel Vicente comme successeur de Dos Santos. Certains apparatchiks du MPLA ne veulent pas de Manuel Vicente comme successeur de Dos Santos. © Bruno Fonseca/Lusa

Bombardé ministre d'État le 30 janvier, l'ex-patron de Sonangol Manuel Vicente pourrait faire figure de dauphin du chef de l'État angolais José Eduardo dos santos. Du moins si les cadres historiques du MPLA le laissent faire.

Un air bonhomme, un sourire enjôleur... Manuel Vicente, 55 ans, c'est un peu l'opposé de José Eduardo dos Santos, le chef d'État le plus secret du continent. Pourtant, cet ex-footballeur, diplômé en électronique à l'université de Luanda, est l'un des hommes de confiance du président angolais. Depuis 1999, il dirigeait la toute-puissante compagnie pétrolière Sonangol, qui produit près de 2 millions de barils par jour - presque autant que le Nigeria. Ces dernières années, il a fait de Sonangol un véritable fonds souverain. Avec sa partenaire Isabel dos Santos, fille aînée du président, il a monté le holding Esperanza, qui investit à tour de bras au Portugal.

Impunité judiciaire du clan Dos Santos

Depuis le 30 janvier, Vicente est ministre d'État chargé de la Coordination économique. À la tête de Sonangol, il a laissé la place à son bras droit, Francisco de Lemos José Maria - ce qui rassure les clients chinois et occidentaux. Pourquoi dos Santos fait-il entrer Vicente au gouvernement ? « Pour préparer sa succession, estime un ex-cadre du parti au pouvoir, le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA). Dos Santos aura 70 ans cette année. Il va certainement se présenter aux élections de septembre prochain [des législatives à l'issue desquelles la tête de liste du parti vainqueur deviendra président, NDLR]. Mais le jour où il quittera le pouvoir, il devra assurer à son clan fa­milial une impunité judiciaire. Avec Vicente, il n'a pas trop de souci à se faire. »

Le problème, c'est que les apparatchiks du MPLA ne sont pas tous d'accord. Certes, en 2009, Vicente est entré au bureau politique (BP) du parti. Mais pour les vétérans de la guerre contre l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), c'est un novice sans états de service, ni au parti ni dans l'armée. Il y a quelques semaines, le BP s'est réuni pour désigner les numéros deux et trois de la liste MPLA aux prochaines législatives. De bonne source, le futur numéro un dos Santos a proposé Vicente comme numéro deux. Mais les « grognards » du BP n'ont pas dit oui, et ont renvoyé la décision à la mi-février. En propulsant Vicente au gouvernement, dos Santos veut sans doute leur forcer la main. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Angola

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Football : et si Ronaldinho poursuivait sa carrière en Angola ?

Certes en fin de carrière, le Brésilien Ronaldinho, dont le contrat avec son club mexicain arrive à son terme, a été approché par le club de Kabuscorp.[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Isabel dos Santos offre 1,2 milliard d'euros pour Portugal Telecom

 Isabel dos Santos a lancé une offre publique d'achat (OPA) de 1,2 milliards d'euros sur le holding Portugal Telecom SGPS, qui détient 25,6 % de l'opérateur de télécommunications[...]

Pour la première fois, un câble sous-marin va relier l'Afrique et l'Amérique du Sud

 La société Angola Cables a confié au japonais NEC Corporation la construction d'un câble sous-marin reliant le pays d'Afrique australe au Brésil. Premier câble de[...]

Panique sur la planète pétrole

Alors que les cours de l'or noir piquent du nez, certains analystes craignent que la croissance du continent perde le rythme. Mais l'Afrique a d'autres cordes à son arc.[...]

Carlos Lopes : "Les matières premières ne sont plus le principal moteur de la croissance africaine"

Selon le Bissau-Guinéen, le continent devrait résister à la baisse des cours. Notamment en définissant de nouvelles stratégies à court et moyen terme.[...]

ONU : l'Angola élu membre non permanent du Conseil de sécurité

Cinq nouveaux membres non permanents du Conseil de sécurité des Nations ont été élus jeudi. Parmi eux, un pays africain, l'Angola, accompagné de la Nouvelle-Zélande, du Venezuela,[...]

L'Angola, le créneau de Renault

Sur ce marché aussi florissant que concurrentiel, le constructeur français est déterminé à s'imposer. Reportage dans une concession de Luanda, où la marque au losange connaît[...]

L'Angola peut-il aller au-delà de l'or noir ?

En une décennie seulement, le pays s'est relevé de trente années de guerre fratricide. Grâce au pétrole, il a atteint la plus forte croissance au monde et attire à nouveau les[...]

L'Afrique, base de repli de Total ?

En difficulté au Kazakhstan, le pétrolier français a revu à la baisse ses objectifs. Mais il réaffirme que le continent, qui représente près du tiers de sa production, reste[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces