Extension Factory Builder
13/02/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. © Ashraf Shazly

Auteur d'un rapport qualifié par certains de partial, le chef de la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie, Mohamed el-Dabi, a des antécédents qui ne plaident guère en sa faveur.

Le très attendu rapport de la Ligue arabe sur la Syrie ne devait pas être rendu public. Mais il n'a pas tardé à fuiter. Le 31 janvier, une version anglaise du document a été mise en ligne par le magazine américain Foreign Policy. Annoncé comme partial et favorable au régime de Damas, il a pourtant motivé le plan de la Ligue qui recommande le départ de Bachar al-Assad et la transmission du pouvoir à son vice-président.

De fait, le texte dénonce autant les manipulations et les exactions du régime que les abus et les violences des insurgés. Dès le 11 janvier, l'observateur algérien démissionnaire, Anwar Malek, avait prévenu sur la chaîne Al-Jazira : « Je pense que le chef de la mission veut se tenir à mi-chemin entre les deux parties pour ne pas provoquer la colère du régime ou de l'autre camp. » En cause : le général soudanais controversé, Mohamed el-Dabi, signataire du rapport.

Sa nomination, le 20 décembre 2011, avait suscité la perplexité des médias occidentaux, les foudres de l'opposition syrienne et l'indignation des ONG. Foreign Policy avait alors titré « Le pire observateur des droits de l'homme au monde ». Car celui qu'on a chargé d'enquêter sur de possibles crimes contre l'humanité perpétrés par le régime syrien avait déjà été dénoncé comme l'instrument de la répression au Sud-Soudan et au Darfour. Des opérations démocides qui ont valu au président soudanais Omar el-Béchir d'être inculpé pour crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale.

À 63 ans, Mohamed Ahmed Mustapha el-Dabi a gagné ses étoiles de général à la faveur de la succession de putschs et de troubles qui ont marqué le Soudan. Sorti de l'École de guerre en 1969, l'année où Jaafar el-Nimeiri s'empara du pouvoir par la force, il a été propulsé à la tête des services de renseignements en 1989, au lendemain du coup d'État d'Omar el-Béchir. De 1995 à 1996, il a dirigé la sécurité extérieure. Nommé chef adjoint des opérations militaires, il a commandé les forces de Khartoum contre l'Armée de libération du Sud-Soudan. Pour les ONG, sa position et son expérience du renseignement font qu'il ne pouvait ignorer les graves atteintes aux droits de l'homme qui étaient alors commises. 

De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous la supervision de Mohamed el-Dabi.

ONG Enough

En 1999, Omar el-Béchir a fait de ce fidèle serviteur son représentant au Darfour. En 2003, quand a éclaté la rébellion, il a été nommé ambassadeur au Qatar. Avant de retrouver son poste au Darfour un an plus tard. « De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous sa supervision », avance l'ONG Enough. En 2006, il a pris la tête de la Commission pour l'application du traité de sécurité au Darfour et retrouvé Doha, où se tenaient les négociations de paix. Après la signature de l'accord entre le gouvernement et les rebelles, en juillet 2011, le général Dabi a de nouveau endossé l'habit de diplomate pour diriger la mission d'observation en Syrie.

À ceux qui critiquent ce choix, la Ligue arabe fait valoir son expérience du commandement, du renseignement et de la diplomatie sur le terrain miné de la contestation syrienne. Mais sa nomination semble plutôt résulter d'un arrangement entre Damas, hostile aux actions de la Ligue arabe à son encontre, et les dirigeants qataris, qui mobilisent l'organisation contre le régime d'Assad. Le Soudan est en effet l'un des rares États arabes encore favorables à Damas, et le général Dabi, ambassadeur puis négociateur à Doha, est un familier des diplomates qataris. Le ton mi-figue mi-raisin du rapport qu'il a signé ne dément pas ce compromis. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers