Extension Factory Builder
13/02/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. © Ashraf Shazly

Auteur d'un rapport qualifié par certains de partial, le chef de la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie, Mohamed el-Dabi, a des antécédents qui ne plaident guère en sa faveur.

Le très attendu rapport de la Ligue arabe sur la Syrie ne devait pas être rendu public. Mais il n'a pas tardé à fuiter. Le 31 janvier, une version anglaise du document a été mise en ligne par le magazine américain Foreign Policy. Annoncé comme partial et favorable au régime de Damas, il a pourtant motivé le plan de la Ligue qui recommande le départ de Bachar al-Assad et la transmission du pouvoir à son vice-président.

De fait, le texte dénonce autant les manipulations et les exactions du régime que les abus et les violences des insurgés. Dès le 11 janvier, l'observateur algérien démissionnaire, Anwar Malek, avait prévenu sur la chaîne Al-Jazira : « Je pense que le chef de la mission veut se tenir à mi-chemin entre les deux parties pour ne pas provoquer la colère du régime ou de l'autre camp. » En cause : le général soudanais controversé, Mohamed el-Dabi, signataire du rapport.

Sa nomination, le 20 décembre 2011, avait suscité la perplexité des médias occidentaux, les foudres de l'opposition syrienne et l'indignation des ONG. Foreign Policy avait alors titré « Le pire observateur des droits de l'homme au monde ». Car celui qu'on a chargé d'enquêter sur de possibles crimes contre l'humanité perpétrés par le régime syrien avait déjà été dénoncé comme l'instrument de la répression au Sud-Soudan et au Darfour. Des opérations démocides qui ont valu au président soudanais Omar el-Béchir d'être inculpé pour crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale.

À 63 ans, Mohamed Ahmed Mustapha el-Dabi a gagné ses étoiles de général à la faveur de la succession de putschs et de troubles qui ont marqué le Soudan. Sorti de l'École de guerre en 1969, l'année où Jaafar el-Nimeiri s'empara du pouvoir par la force, il a été propulsé à la tête des services de renseignements en 1989, au lendemain du coup d'État d'Omar el-Béchir. De 1995 à 1996, il a dirigé la sécurité extérieure. Nommé chef adjoint des opérations militaires, il a commandé les forces de Khartoum contre l'Armée de libération du Sud-Soudan. Pour les ONG, sa position et son expérience du renseignement font qu'il ne pouvait ignorer les graves atteintes aux droits de l'homme qui étaient alors commises. 

De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous la supervision de Mohamed el-Dabi.

ONG Enough

En 1999, Omar el-Béchir a fait de ce fidèle serviteur son représentant au Darfour. En 2003, quand a éclaté la rébellion, il a été nommé ambassadeur au Qatar. Avant de retrouver son poste au Darfour un an plus tard. « De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous sa supervision », avance l'ONG Enough. En 2006, il a pris la tête de la Commission pour l'application du traité de sécurité au Darfour et retrouvé Doha, où se tenaient les négociations de paix. Après la signature de l'accord entre le gouvernement et les rebelles, en juillet 2011, le général Dabi a de nouveau endossé l'habit de diplomate pour diriger la mission d'observation en Syrie.

À ceux qui critiquent ce choix, la Ligue arabe fait valoir son expérience du commandement, du renseignement et de la diplomatie sur le terrain miné de la contestation syrienne. Mais sa nomination semble plutôt résulter d'un arrangement entre Damas, hostile aux actions de la Ligue arabe à son encontre, et les dirigeants qataris, qui mobilisent l'organisation contre le régime d'Assad. Le Soudan est en effet l'un des rares États arabes encore favorables à Damas, et le général Dabi, ambassadeur puis négociateur à Doha, est un familier des diplomates qataris. Le ton mi-figue mi-raisin du rapport qu'il a signé ne dément pas ce compromis. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2665p014-015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2665p014-015.xml0 from 172.16.0.100