Extension Factory Builder
13/02/2012 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. Le général Mohamed el-Dabi a été représentant du président soudanais El-Béchir au Darfour. © Ashraf Shazly

Auteur d'un rapport qualifié par certains de partial, le chef de la mission d'observation de la Ligue arabe en Syrie, Mohamed el-Dabi, a des antécédents qui ne plaident guère en sa faveur.

Le très attendu rapport de la Ligue arabe sur la Syrie ne devait pas être rendu public. Mais il n'a pas tardé à fuiter. Le 31 janvier, une version anglaise du document a été mise en ligne par le magazine américain Foreign Policy. Annoncé comme partial et favorable au régime de Damas, il a pourtant motivé le plan de la Ligue qui recommande le départ de Bachar al-Assad et la transmission du pouvoir à son vice-président.

De fait, le texte dénonce autant les manipulations et les exactions du régime que les abus et les violences des insurgés. Dès le 11 janvier, l'observateur algérien démissionnaire, Anwar Malek, avait prévenu sur la chaîne Al-Jazira : « Je pense que le chef de la mission veut se tenir à mi-chemin entre les deux parties pour ne pas provoquer la colère du régime ou de l'autre camp. » En cause : le général soudanais controversé, Mohamed el-Dabi, signataire du rapport.

Sa nomination, le 20 décembre 2011, avait suscité la perplexité des médias occidentaux, les foudres de l'opposition syrienne et l'indignation des ONG. Foreign Policy avait alors titré « Le pire observateur des droits de l'homme au monde ». Car celui qu'on a chargé d'enquêter sur de possibles crimes contre l'humanité perpétrés par le régime syrien avait déjà été dénoncé comme l'instrument de la répression au Sud-Soudan et au Darfour. Des opérations démocides qui ont valu au président soudanais Omar el-Béchir d'être inculpé pour crimes contre l'humanité par la Cour pénale internationale.

À 63 ans, Mohamed Ahmed Mustapha el-Dabi a gagné ses étoiles de général à la faveur de la succession de putschs et de troubles qui ont marqué le Soudan. Sorti de l'École de guerre en 1969, l'année où Jaafar el-Nimeiri s'empara du pouvoir par la force, il a été propulsé à la tête des services de renseignements en 1989, au lendemain du coup d'État d'Omar el-Béchir. De 1995 à 1996, il a dirigé la sécurité extérieure. Nommé chef adjoint des opérations militaires, il a commandé les forces de Khartoum contre l'Armée de libération du Sud-Soudan. Pour les ONG, sa position et son expérience du renseignement font qu'il ne pouvait ignorer les graves atteintes aux droits de l'homme qui étaient alors commises. 

De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous la supervision de Mohamed el-Dabi.

ONG Enough

En 1999, Omar el-Béchir a fait de ce fidèle serviteur son représentant au Darfour. En 2003, quand a éclaté la rébellion, il a été nommé ambassadeur au Qatar. Avant de retrouver son poste au Darfour un an plus tard. « De présumés crimes de guerre allant jusqu'au génocide ont été commis sous sa supervision », avance l'ONG Enough. En 2006, il a pris la tête de la Commission pour l'application du traité de sécurité au Darfour et retrouvé Doha, où se tenaient les négociations de paix. Après la signature de l'accord entre le gouvernement et les rebelles, en juillet 2011, le général Dabi a de nouveau endossé l'habit de diplomate pour diriger la mission d'observation en Syrie.

À ceux qui critiquent ce choix, la Ligue arabe fait valoir son expérience du commandement, du renseignement et de la diplomatie sur le terrain miné de la contestation syrienne. Mais sa nomination semble plutôt résulter d'un arrangement entre Damas, hostile aux actions de la Ligue arabe à son encontre, et les dirigeants qataris, qui mobilisent l'organisation contre le régime d'Assad. Le Soudan est en effet l'un des rares États arabes encore favorables à Damas, et le général Dabi, ambassadeur puis négociateur à Doha, est un familier des diplomates qataris. Le ton mi-figue mi-raisin du rapport qu'il a signé ne dément pas ce compromis. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Droit des femmes : le marathon des Saoudiennes

Droit des femmes : le marathon des Saoudiennes

Les jeunes Saoudiennes vont peut-être pouvoir pratiquer du sport à l'école publique. C'est en tout cas la recommandation faite par le Majlis el-Choura au ministère de l'Éducation, le 8 avril.[...]

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Doha dans le viseur de l'Arabie saoudite

Exaspérées par l'activisme politique du Qatar, les pétromonarchies de la région, Arabie saoudite en tête, multiplient les mesures de représailles contre le petit émirat[...]

France : les jeunes candidats au jihad sont-ils les victimes d'une "dérive sectaire" ?

Le salafisme jihadiste s'apparente-t-il à une dérive sectaire, à une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? Devant la multiplication des cas de jeunes-filles en rupture sociale et[...]

Séfarade blues : Israël et la question des réparations pour les Juifs chassés du monde arabe

Instrumentalisée par certains, la question de l'indemnisation des Juifs orientaux chassés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient ravive de vieux contentieux. Pas seulement avec le monde arabe.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers