Extension Factory Builder
03/02/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Léon Mugesera lors de son arrivée à Kigali le 25 janvier 2012. Léon Mugesera lors de son arrivée à Kigali le 25 janvier 2012. © AFP

Au terme d'une longue bataille judiciaire, Léon Mugesera, l'un des planificateurs présumés du génocide rwandais a été extradé par le Canada vers Kigali.

C'est menottes aux poignets et encadré par deux policiers que Léon Mugesera, 60 ans, est apparu sur le tarmac de l'aéroport de Kigali, dans la nuit du 24 au 25 janvier. Jeudi, il a été inculpé par la justice rwandaise pour planification du génocide de 1994, incitation à prendre part au génocide et distribution d'armes. Extradé par le Canada au terme d'un long feuilleton judiciaire, cet ancien professeur à l'université Laval, au Québec, est entré, à sa manière, dans l'histoire du Rwanda, en 1992. À cette époque, le pays des Mille Collines est en pleine guerre civile. Les parties belligérantes, sous les auspices de la communauté internationale, mènent des pourparlers de paix à Arusha, en Tanzanie. En attendant, un gouvernement de transition a été mis en place. Mugesera, qui enseigne à l'université nationale, à Butare, est vice-président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le progrès (MRND) au niveau de la préfecture de Gisenyi (Nord-Ouest). Il est, dit-on, de ceux qui prônent le Hutu Power, bien qu'il y ait des Tutsis dans sa propre famille.

"Discours incendiaire"

Le 22 novembre 1992, il prononce un discours devant environ un millier de personnes à Kabaya, non loin de Gisenyi. Il s'en prend à ceux « qui ont envoyé leurs enfants pour prêter main-forte aux Inkotanyi [le Front populaire rwandais, NDLR] » et se demande pourquoi on ne les extermine pas. Et préconise le retour des Tutsis dans leur « pays », « l'Éthiopie ». Le 25 novembre, le ministre de la Justice demande au procureur de la République d'arrêter Mugesera pour « avoir tenu un discours incendiaire susceptible de dresser les citoyens les uns contre les autres et même de causer des troubles sur le territoire de la République ». Le 26 novembre, le procureur émet un mandat d'amener pour « atteinte à la sûreté de l'État ». Le 6 décembre, un télégramme de recherche pour « incitation à la haine et au génocide » est diffusé par le procureur. Entre-temps, Mugesera, qui a trouvé refuge dans un camp militaire, réussit à quitter le Rwanda avec sa famille. Après un bref séjour en Espagne, il gagne le Canada. Mais en 1995, son discours de Kabaya se met à circuler. Ottawa entame alors la procédure qui va conduire à son expulsion. D'autant que, le 13 janvier 1995, un procureur rwandais lance un mandat d'arrêt contre lui pour « planification du génocide ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces