Extension Factory Builder
03/02/2012 à 09:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Léon Mugesera lors de son arrivée à Kigali le 25 janvier 2012. Léon Mugesera lors de son arrivée à Kigali le 25 janvier 2012. © AFP

Au terme d'une longue bataille judiciaire, Léon Mugesera, l'un des planificateurs présumés du génocide rwandais a été extradé par le Canada vers Kigali.

C'est menottes aux poignets et encadré par deux policiers que Léon Mugesera, 60 ans, est apparu sur le tarmac de l'aéroport de Kigali, dans la nuit du 24 au 25 janvier. Jeudi, il a été inculpé par la justice rwandaise pour planification du génocide de 1994, incitation à prendre part au génocide et distribution d'armes. Extradé par le Canada au terme d'un long feuilleton judiciaire, cet ancien professeur à l'université Laval, au Québec, est entré, à sa manière, dans l'histoire du Rwanda, en 1992. À cette époque, le pays des Mille Collines est en pleine guerre civile. Les parties belligérantes, sous les auspices de la communauté internationale, mènent des pourparlers de paix à Arusha, en Tanzanie. En attendant, un gouvernement de transition a été mis en place. Mugesera, qui enseigne à l'université nationale, à Butare, est vice-président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le progrès (MRND) au niveau de la préfecture de Gisenyi (Nord-Ouest). Il est, dit-on, de ceux qui prônent le Hutu Power, bien qu'il y ait des Tutsis dans sa propre famille.

"Discours incendiaire"

Le 22 novembre 1992, il prononce un discours devant environ un millier de personnes à Kabaya, non loin de Gisenyi. Il s'en prend à ceux « qui ont envoyé leurs enfants pour prêter main-forte aux Inkotanyi [le Front populaire rwandais, NDLR] » et se demande pourquoi on ne les extermine pas. Et préconise le retour des Tutsis dans leur « pays », « l'Éthiopie ». Le 25 novembre, le ministre de la Justice demande au procureur de la République d'arrêter Mugesera pour « avoir tenu un discours incendiaire susceptible de dresser les citoyens les uns contre les autres et même de causer des troubles sur le territoire de la République ». Le 26 novembre, le procureur émet un mandat d'amener pour « atteinte à la sûreté de l'État ». Le 6 décembre, un télégramme de recherche pour « incitation à la haine et au génocide » est diffusé par le procureur. Entre-temps, Mugesera, qui a trouvé refuge dans un camp militaire, réussit à quitter le Rwanda avec sa famille. Après un bref séjour en Espagne, il gagne le Canada. Mais en 1995, son discours de Kabaya se met à circuler. Ottawa entame alors la procédure qui va conduire à son expulsion. D'autant que, le 13 janvier 1995, un procureur rwandais lance un mandat d'arrêt contre lui pour « planification du génocide ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rwanda : où étiez-vous le 6 avril 1994 ?

Rescapée du génocide, la chorégraphe rwandaise multicarte Dorothée Munyaneza mêle tous les arts à sa disposition pour retranscrire ses souvenirs et confronter le spectateur à[...]

Jean-Damascène Habarurema, marathonien philosophe, entre la France et le Rwanda

Rescapé du génocide, ce Rwandais court le marathon pour la France et travaille sur une thèse de philosophie.[...]

Rwanda : Valentine Rugwabiza, de l'OMC à l'intégration est-africaine

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Louise Mushikiwabo, héraut du Rwanda de Paul Kagamé

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Philippe Meilhac, l'as du Rwanda

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

Soutenu par l'OCDE, la Francophonie et d'éminents universitaires européen, l'ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans[...]

Rwanda : Kigeli V, un roi têtu

Le gouvernement rwandais a souhaité offrir au roi Kigeli V, 78 ans, en exil dans la banlieue de Washington depuis 1992, une chance de rentrer au pays.[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Génocide au Rwanda : quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création ?

Après 20 ans de travail et 61 condamnations, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) s'apprête à fermer ses portes. Avec un bilan en demi-teinte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2664p014-015.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2664p014-015.xml2 from 172.16.0.100