Extension Factory Builder
02/02/2012 à 18:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Valérie Trierweiler, lors d'un meeting à Basse-Terre en Guadeloupe le 14 janvier 2012. Valérie Trierweiler, lors d'un meeting à Basse-Terre en Guadeloupe le 14 janvier 2012. © Fred Dufour/AFP

Compagne discrète du candidat socialiste à la présidentielle française, l'ex-journaliste politique, Valérie Trierweiler, a choisi de faire sa sortie médiatique. Une stratégie bien calculée.

Lors de son meeting du Bourget, François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle française, a signé, le 22 janvier, le lancement de sa campagne avec la présentation de son programme. Ce premier grand rendez-vous a aussi été pour lui l'occasion de lancer sa compagne, Valérie Trierweiler, 46 ans, dans le grand bain médiatique. Le baiser échangé devant les caméras à l'issue de son discours-programme n'est pas passé inaperçu. Il a marqué le début d'une offensive de charme auprès des médias de la part de celle qui avait jusqu'à présent choisi de rester dans l'ombre. La journaliste, dont la carrière a commencé en 1988 au sein de la rédaction de Profession politique, puis de Paris Match, s'était en effet attachée à faire le moins de vagues possible et à éviter que les projecteurs se braquent sur elle. Responsable de l'émission politique 2012 Portraits de campagne sur la chaîne Direct 8, elle a décidé de l'abandonner le 1er octobre 2011, après le succès de François Hollande à la primaire socialiste, pour ne pas déclencher de polémique.

Toujours à proximité de son compagnon, elle a cependant pris soin de cultiver une certaine discrétion au cours des derniers mois. Mais en ce début d'année 2012, elle semble avoir changé d'avis. Sa présence, cette fois remarquée, au premier rang du ­meeting du Bourget illustre son changement d'attitude, qui s'est accompagné d'une véritable opération séduction en direction des médias. En quarante-huit heures, Valérie Trierweiler a abandonné sa position en retrait pour monter en première ligne. Officiellement, il s'agissait pour elle de présenter sa nouvelle émission, Itinéraires, dans laquelle elle s'entretient avec des personnalités issues du monde culturel. Mais de toute évidence, elle en a profité pour imposer son image auprès de l'opinion publique en multipliant les interviews dans la presse écrite et les apparitions sur les plateaux de télévision. Après tout, si l'on en croit les sondages, elle pourrait bien devenir la première dame de France. Elle doit donc peaufiner sa présentation, même si, dit-elle, « [sa] nature profonde n'est pas l'exhibition ».

"Les autres me sont nécessaires pour travailler"

Elle ajoute cependant qu'elle a « envie de vivre la campagne présidentielle », à tel point qu'elle dispose d'un bureau rue de Ségur, dans le 7e arrondissement de Paris, au QG de campagne de François Hollande. Sa présence de plus en plus visible risque d'en agacer plus d'un dans l'entourage du candidat socialiste. « J'ai besoin d'être dans une ambiance collective, les autres me sont nécessaires pour travailler. Évidemment, des gens passent et me demandent parfois un avis, mais de façon totalement informelle. Ma contribution s'arrête là », confiait-elle dans un entretien accordé au Nouvel Observateur pour justifier l'attribution de ce bureau. Se contentera-t-elle de répondre au courrier qu'on lui adresse, comme elle l'affirmait sur le plateau du Grand Journal de Canal+ ? Rien n'est moins sûr depuis qu'elle cherche un peu plus à apparaître dans la lumière.

La bataille pour la présidentielle se joue également sur le terrain du people, et Valérie Trierweiler sait qu'il faut savoir occuper ce terrain et l'entretenir. Il était donc important pour elle de faire sa sortie médiatique avant que Nicolas Sarkozy annonce qu'il est candidat à sa réélection. Car à ce moment-là, les regards et les caméras se tourneront immanquablement vers une certaine Carla Bruni, plus expérimentée en la matière et bien mieux connue du grand public. En ces temps où une élection se gagne ou se perd aussi au niveau de la communication, Valérie Trierweiler a bien compris l'importance de jouer avec l'ombre et la lumière. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Algérie : voyage au coeur de l'armée

Article pr�c�dent :
Tunisie : la promesse des fleurs

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en [...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Racistes, les jeux vidéo ?

Traditionnellement absents ou relégués au second plan, les personnages noirs sont souvent caricaturaux : agressifs, dangereux et athlétiques. Des héros moins stéréotypés[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2664p014-015.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2664p014-015.xml0 from 172.16.0.100