Extension Factory Builder
02/02/2012 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement'. "On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement". © Ons Abid pour J.A

Membre du bureau exécutif du parti politique tunisien Ennahdha, Ajmi Lourimi table sur une croissance de 4,5 % en 2012-2013.

Jeune Afrique : Quels sont les principaux acquis de la révolution tunisienne ?

Ajmi Lourimi : Ils sont considérables. Avec les élections, nous avons franchi la première étape de la transition démocratique ; la légitimité des instances dirigeantes et des pouvoirs publics est essentielle pour la réorganisation du pays. Nous sommes parvenus à concilier les opinions des partis et à créer un équilibre entre pouvoir et contre-pouvoirs. L'émergence de la société civile est tout aussi importante et nous sommes à l'écoute de ses suggestions. Son avis compte. Elle a largement participé aux débats sur la répartition des pouvoirs entre le Premier ministre et le président de la République, et a réussi à infléchir certaines orientations.

Qu'en est-il des nouvelles relations internationales de la Tunisie ?

La révolution a eu un grand impact régional et a favorisé le triomphe des révolutions arabes. La mise en place d'une démocratie a valu au pays un surcroît de prestige. Les visites successives des chefs de la diplomatie français, italien et allemand confirment l'intérêt de nos partenaires étrangers. De toute évidence, cette dynamique préfigure le rôle stratégique de la Tunisie au niveau géopolitique, d'autant que nous souhaitons renforcer nos relations avec les pays arabes et africains.

En un an, les revendications de la population sont allées crescendo jusqu'à bloquer, en partie, la machine économique. Quel est le fond du problème ?

Si les Tunisiens se sont soulevés, c'est bien parce que le pays connaissait des difficultés. En un an, on a pu mesurer l'étendue des inégalités et des déséquilibres régionaux. On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement, mais on ne peut pas tout régler d'un coup de baguette magique. Les revendications sont toutes légitimes, mais les actions en profondeur ne peuvent être efficaces que sur la durée. Si les problèmes économiques actuels donnent l'impression que le pays est dans une impasse, il est certain qu'un retour de la sécurité va relancer l'investissement. Nous avons des promesses en ce sens qui nous permettent d'envisager pour 2012-2013 une croissance de 4,5 %.

L'insécurité est aussi liée à des opérations salafistes. Quelle est votre position par rapport à ce courant ?

D'abord, nul n'est au-dessus de la loi. L'espace public appartient à tout le monde, mais cela s'assortit du respect des libertés et des opinions de chacun. Si la majorité impose son avis de fait, il est nécessaire que toutes les minorités soient respectées.

___

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Street art - Shoof : "Quand Ben Ali est parti, on s'est exprimé !"

Du 5 au 30 mai 2015, la galerie Itinerrance accueille le graffeur tunisien Shoof, à travers l’exposition "Dripping Point". Le "calligraffeur", armé uniquement d’un pinceau et de[...]

-Z-, dessinateur tunisien : "Les barbares sont des clowns monstrueux mais ils restent des clowns"

Sexe, religion, Dieu, le Prophète... Quatre ans après la révolution, il reste encore beaucoup de tabous en Tunisie. Interview du dessinateur -Z-.[...]

La réconciliation tunisienne en suspens

Aménagement du dispositif existant ou adoption d'une loi d'amnistie générale ? Si le principe d'une normalisation fait relativement consensus, son cadre légal tarde à être[...]

Tunisie : sécurité maximale pour le pèlerinage juif de la Ghriba

La Tunisie a assuré dimanche avoir pris toutes les précautions pour assurer la sécurité du pèlerinage juif de la Ghriba la semaine prochaine, répondant ainsi à Israël qui a[...]

Des Tunisiens déploient "le plus grand drapeau du monde"

Des Tunisiens ont déployé samedi un drapeau de la taille de 19 terrains de football pour battre le record du "plus grand drapeau du monde", un évènement "patriote" qui doit aussi[...]

Tunisie : le gouvernement écarte des menaces d'attentats anti-juifs

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentats anti-juifs ou anti-israéliens en Tunisie comme évoqué par le bureau du Premier[...]

Tunisie : Ennahdha, wait and see

Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha et artisan du virage pragmatique du mouvement islamiste tunisien, a déjà les yeux tournés vers le prochain congrès du parti.[...]

Tunisie : le trouble jeu de l'UGTT

Couverte de louanges pour son rôle pacificateur durant les quatre années qui ont suivi la révolution, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) inquiète gouvernement et milieux[...]

Tunisie : révolution dans la révolution

Quatre ans après la chute de Ben Ali, le pays a réussi sa transition démocratique. Mais sur le plan économique et social, le peuple s'impatiente. Heureusement, les signaux positifs et, surtout,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2663p050-051.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2663p050-051.xml1 from 172.16.0.100