Extension Factory Builder
02/02/2012 à 15:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement'. "On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement". © Ons Abid pour J.A

Membre du bureau exécutif du parti politique tunisien Ennahdha, Ajmi Lourimi table sur une croissance de 4,5 % en 2012-2013.

Jeune Afrique : Quels sont les principaux acquis de la révolution tunisienne ?

Ajmi Lourimi : Ils sont considérables. Avec les élections, nous avons franchi la première étape de la transition démocratique ; la légitimité des instances dirigeantes et des pouvoirs publics est essentielle pour la réorganisation du pays. Nous sommes parvenus à concilier les opinions des partis et à créer un équilibre entre pouvoir et contre-pouvoirs. L'émergence de la société civile est tout aussi importante et nous sommes à l'écoute de ses suggestions. Son avis compte. Elle a largement participé aux débats sur la répartition des pouvoirs entre le Premier ministre et le président de la République, et a réussi à infléchir certaines orientations.

Qu'en est-il des nouvelles relations internationales de la Tunisie ?

La révolution a eu un grand impact régional et a favorisé le triomphe des révolutions arabes. La mise en place d'une démocratie a valu au pays un surcroît de prestige. Les visites successives des chefs de la diplomatie français, italien et allemand confirment l'intérêt de nos partenaires étrangers. De toute évidence, cette dynamique préfigure le rôle stratégique de la Tunisie au niveau géopolitique, d'autant que nous souhaitons renforcer nos relations avec les pays arabes et africains.

En un an, les revendications de la population sont allées crescendo jusqu'à bloquer, en partie, la machine économique. Quel est le fond du problème ?

Si les Tunisiens se sont soulevés, c'est bien parce que le pays connaissait des difficultés. En un an, on a pu mesurer l'étendue des inégalités et des déséquilibres régionaux. On a constaté la souffrance d'une population exclue du développement, mais on ne peut pas tout régler d'un coup de baguette magique. Les revendications sont toutes légitimes, mais les actions en profondeur ne peuvent être efficaces que sur la durée. Si les problèmes économiques actuels donnent l'impression que le pays est dans une impasse, il est certain qu'un retour de la sécurité va relancer l'investissement. Nous avons des promesses en ce sens qui nous permettent d'envisager pour 2012-2013 une croissance de 4,5 %.

L'insécurité est aussi liée à des opérations salafistes. Quelle est votre position par rapport à ce courant ?

D'abord, nul n'est au-dessus de la loi. L'espace public appartient à tout le monde, mais cela s'assortit du respect des libertés et des opinions de chacun. Si la majorité impose son avis de fait, il est nécessaire que toutes les minorités soient respectées.

___

Propos recueillis par Frida Dahmani, à Tunis.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers