Extension Factory Builder
30/01/2012 à 09:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Guy Scott à Lilongwe (Malawi), le 13 octobre 2011. Guy Scott à Lilongwe (Malawi), le 13 octobre 2011. © Amos Gumulira/AFP

Polémique autour de Guy Scott, vice-président de la Zambie et Blanc, attaqué sur sa capacité à assurer ses fonctions.

Le 8 janvier, le président Michael Sata quittait la Zambie pour assister aux célébrations du centenaire du Congrès national africain (ANC) en Afrique du Sud. Mais au lieu de laisser les clés de la maison à son vice-président, Guy Scott, il a confié l'autorité sur les affaires publiques à son ministre des Finances, Alexander Chikwanda. À Lusaka, le choix n'est pas passé inaperçu. Le président répugnerait-il à confier à un Blanc les rênes du pays, comme le laisse entendre la presse zambienne ? En cas de décès ou d'incapacité du chef de l'État, le vice-président est pourtant censé lui succéder.

L'opposition s'est précipitée sur l'occasion et, depuis un mois, l'ancien vice-­président et avocat George Kunda demande la démission de Scott. D'autant qu'un article de la Constitution stipule que les parents du président zambien doivent être nés dans le pays et en avoir la nationalité. Ce dont Guy Scott, fils de colons britanniques, ne peut pas se prévaloir.

Polémique indigne

Le vice-président, compagnon de route de Sata depuis plus de vingt ans, a été âprement défendu par le président lui-même, qui a qualifié Kunda d'« avocat le plus incompétent d'Afrique ». De son côté, l'Association juridique de Zambie a rendu un avis, le 13 janvier, considérant que Guy Scott était tout à fait qualifié, au regard de la Constitution, pour exercer son poste. Aux yeux d'Alex Ngoma, président de la Fondation pour le progrès démocratique, cette polémique est indigne. « La Zambie devrait prendre exemple sur des pays progressistes comme les États-Unis et considérer tous ses citoyens sur un pied d'égalité. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zambie

Zambie : Guy Scott, un président blanc en Afrique subsaharienne

Zambie : Guy Scott, un président blanc en Afrique subsaharienne

Après la mort du président zambien Michael Sata, mercredi, c'est son vice-président Guy Scott qui a annoncé assurer l’intérim. Fils de Britanniques venus s’installer dans ce qui &eacu[...]

Michael Sata, le président zambien, est décédé à Londres

Le secrétaire général du gouvernement a annoncé ce matin à la radio que le président Michael Sata était décédé. Il avait 77 ans.[...]

Zambie : Michael Sata apparaît enfin en public

Resté invisible depuis près  trois mois, le président zambien, Michael Sata, a fait une apparition vendredi pour ouvrir une session du Parlement. Il a alors déclaré : "Je ne suis pas[...]

Zambie : interrogations autour de l'état de santé du président Michael Sata

Le président zambien Michael Sata, âgé de 77 ans, est-il malade, voire mourant ? Officiellement, non. Pourtant, son absence prolongée de la scène politique alimente depuis deux mois les rumeurs[...]

Zambie : comment éviter un conflit armé au Barotseland ?

William Kirtley est associé dans le domaine de l’arbitrage international du cabinet Dugué & Kirtley AARPI à Paris (http://duguekirtley.com/fr/). Avant de débuter sa carrière d'avocat,[...]

Les 50 influents : Dambisa Moyo, économiste

Qui sont les hommes et femmes du continent qui, dans leur domaine, font autorité à l'échelle planétaire ? Voici la sélection de "Jeune Afrique".[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

RDC : détenues en Zambie, six femmes du pasteur Mukungubila craignent pour leur vie

Entrés illégalement en Zambie à la suite des événements du 30 décembre, 12 proches du pasteur Mukungubila, dont six de ses huit femmes, sont aux arrêts depuis le 14 janvier à[...]

Zambie : ouverture du procès de 70 séparatistes pour haute trahison

Un grand procès pour séparatisme a débuté mercredi en Zambie. Plus de 70 partisans d'une sécession du Barotseland sont jugés pour haute trahison et encourent la peine de mort.[...]

Malaise dans la Chinafrique

Lassés de voir Pékin exploiter leurs richesses pétrolières et minières sans que leurs pays en retirent des bénéfices substantiels, les gouvernements africains - du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers