Extension Factory Builder
27/01/2012 à 11:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ce Touareg dont le père a été tué par l'armée malienne lors de la révolte de 1963 voue une haine inextinguible au régime de Bamako. C'est lui le "cerveau" de la nouvelle rébellion touarègue. Portrait de Mohamed Ag Najem, un radical qui n'a pas peur de s'allier aux salafistes d'Aqmi.

Depuis les attaques de Ménaka, Aguelhok et Tessalit, Mohamed Ag Najem est devenu l'ennemi public numéro un. Colonel de l'armée libyenne jusqu'en juillet 2011, il a quitté Bani Walid alors assiégé par les insurgés du Conseil national de transition (CNT) pour rejoindre son Mali natal avec troupes, armes et bagages.

Né à la fin des années 1950 dans l'Adrar des Ifoghas, Ag Najem est encore enfant quand son père est tué par l'armée malienne, lors de la rébellion touarègue de 1963. L'orphelin grandit dans la haine du pouvoir de Bamako. À 20 ans, il s'installe en Libye et s'engage comme volontaire dans l'armée de Kadhafi, alors en quête de chair à canon pour « combattre en Palestine ». Après une courte formation militaire au camp du 2-Mars, il fait son baptême de feu au Liban, plongé dans la guerre civile.

Trahison

Au milieu des années 1980, il est sur le front tchadien puis, en 1990, retourne au Mali pour participer à la rébellion qu'anime Iyad Ag Ghali, l'un de ses anciens compagnons. Considérant l'accord de paix signé entre les rebelles touaregs et le gouvernement malien en avril 1992 comme une trahison, il regagne la Libye, où il s'engage définitivement dans l'armée, en prenant la nationalité libyenne. Ses états de service et ses aptitudes guerrières lui valent une promotion rapide et le commandement d'une unité d'élite à Sebha, dans le Sud libyen. La déliquescence du régime de Kadhafi accélère son retour dans son pays natal.

Son irrédentisme n'a pas été entamé par ce long exil. Il installe deux camps dans le désert, l'un à Tigherghar, aux confins de l'Algérie, l'autre à Zakak, dans la région de Kidal, déterminé à y préparer ses hommes à la lutte pour l'indépendance. Ses troupes grossissent au fil des jours. Il parvient à fédérer trois factions touarègues locales, puis est rejoint par une vague de déserteurs de l'armée malienne, dont plusieurs officiers supérieurs. Tous lui font allégeance. C'est ainsi qu'il devient chef d'état-major général du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), et le « cerveau » des attaques du 17 et du 18 janvier.

Mohamed Ag Najem est un Idnan - un clan de la tribu des Kel Adagh, communauté touarègue de l'Adrar des Ifoghas. Vivant entre le Mali et l'Algérie, les Idnan, guerriers réputés, sont également connus pour leur élégance. Élancé, le visage barré par une moustache, Ag Najem incarne aujourd'hui le courant le plus radical au sein des Touaregs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Mali : l'ex-président ATT peut-il revenir à Bamako ?

Plus d'un millier de personnes se sont rassemblées jeudi à Bamako pour demander le retour de l'ex-président malien Amadou Toumani Touré, exilé au Sénégal depuis 2012.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Mali : en plein marché, Aqmi décapite un homme accusé de travailler pour les Français

Des combattants d'Aqmi ont tué par balle puis décapité jeudi un civil qu'ils accusaient de travailler pour les forces françaises au Mali. L'exécution s'est déroulée en plein[...]

Mali : qui sont les trois individus arrêtés dans l'enquête sur l'attentat de Bamako ?

Les forces spéciales maliennes ont arrêté trois personnes à Bamako dans la nuit de mercredi à jeudi. Mais le doute est permis sur leur degré d'implication dans l’attentat du 7[...]

Mali : arrestation de deux complices présumés de l'attentat de Bamako

Un peu moins de deux semaines après l'attentat meurtrier du 7 mars contre le bar-restaurant "La Terrasse" à Bamako, deux hommes, complices présumés des auteurs de l'attaque, ont[...]

Mali : Bamako et la médiation appellent les rebelles de la CMA à parapher l'accord d'Alger

La médiation internationale et le gouvernement malien ont appelé mercredi la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) à parapher en l'état l'accord de paix d'Alger, écartant toute nouvelle[...]

Alain Giresse de retour à la tête des Aigles du Mali

Après avoir connu une Coupe d’Afrique des nations (CAN) 2015 difficile avec le Sénégal, Alain Giresse s’est engagé mardi avec le Mali, qu’il avait déjà dirigé de[...]

Mali : les rebelles de la CMA refusent de signer le préaccord d'Alger

Malgré la visite d'une équipe de médiation internationale à Kidal, les groupes rebelles qui composent la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) refusent toujours de signer, en l'état, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2663p010-012.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2663p010-012.xml1 from 172.16.0.100