Extension Factory Builder
27/01/2012 à 11:46
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Ce Touareg dont le père a été tué par l'armée malienne lors de la révolte de 1963 voue une haine inextinguible au régime de Bamako. C'est lui le "cerveau" de la nouvelle rébellion touarègue. Portrait de Mohamed Ag Najem, un radical qui n'a pas peur de s'allier aux salafistes d'Aqmi.

Depuis les attaques de Ménaka, Aguelhok et Tessalit, Mohamed Ag Najem est devenu l'ennemi public numéro un. Colonel de l'armée libyenne jusqu'en juillet 2011, il a quitté Bani Walid alors assiégé par les insurgés du Conseil national de transition (CNT) pour rejoindre son Mali natal avec troupes, armes et bagages.

Né à la fin des années 1950 dans l'Adrar des Ifoghas, Ag Najem est encore enfant quand son père est tué par l'armée malienne, lors de la rébellion touarègue de 1963. L'orphelin grandit dans la haine du pouvoir de Bamako. À 20 ans, il s'installe en Libye et s'engage comme volontaire dans l'armée de Kadhafi, alors en quête de chair à canon pour « combattre en Palestine ». Après une courte formation militaire au camp du 2-Mars, il fait son baptême de feu au Liban, plongé dans la guerre civile.

Trahison

Au milieu des années 1980, il est sur le front tchadien puis, en 1990, retourne au Mali pour participer à la rébellion qu'anime Iyad Ag Ghali, l'un de ses anciens compagnons. Considérant l'accord de paix signé entre les rebelles touaregs et le gouvernement malien en avril 1992 comme une trahison, il regagne la Libye, où il s'engage définitivement dans l'armée, en prenant la nationalité libyenne. Ses états de service et ses aptitudes guerrières lui valent une promotion rapide et le commandement d'une unité d'élite à Sebha, dans le Sud libyen. La déliquescence du régime de Kadhafi accélère son retour dans son pays natal.

Son irrédentisme n'a pas été entamé par ce long exil. Il installe deux camps dans le désert, l'un à Tigherghar, aux confins de l'Algérie, l'autre à Zakak, dans la région de Kidal, déterminé à y préparer ses hommes à la lutte pour l'indépendance. Ses troupes grossissent au fil des jours. Il parvient à fédérer trois factions touarègues locales, puis est rejoint par une vague de déserteurs de l'armée malienne, dont plusieurs officiers supérieurs. Tous lui font allégeance. C'est ainsi qu'il devient chef d'état-major général du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), et le « cerveau » des attaques du 17 et du 18 janvier.

Mohamed Ag Najem est un Idnan - un clan de la tribu des Kel Adagh, communauté touarègue de l'Adrar des Ifoghas. Vivant entre le Mali et l'Algérie, les Idnan, guerriers réputés, sont également connus pour leur élégance. Élancé, le visage barré par une moustache, Ag Najem incarne aujourd'hui le courant le plus radical au sein des Touaregs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Ramtane Lamamra : 'Un accord dans cent jours' sur le Nord-Mali

Ramtane Lamamra : "Un accord dans cent jours" sur le Nord-Mali

Le chef de la diplomatie algérienne fait le point sur le dialogue inter-malien, entamé le 16 juillet, et qui devrait être suspendu le 24 juillet avant une reprise à la mi-août. Première im[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Pourquoi le Mali s'est fait épingler par le FMI pour des fournitures militaires

Le FMI est-il trop pointilleux ? Un contrat de fournitures militaires de plusieurs dizaines de millions d'euros fait en tout cas tiquer les bailleurs de fonds. Trop opaque, jugent-ils. Le Mali n'apprécie pas.[...]

Mali : le groupe de Belmokhtar revendique l'attentat-suicide qui a tué un soldat français

Dans un enregistrement audio transmis mercredi soir au site d'information mauritanien Alakhbar, Al-Mourabitoune, le groupe du jihadiste Mokhtar Belmokhtar, revendique l'attentat-suicide qui a tué un sous-officier[...]

Mali : le gouvernement se dit "prêt à aller loin" dans les négociations de paix

Selon Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, le gouvernement de Bamako est "prêt à aller loin" dans les négociations de paix avec les groupes armés du Nord du[...]

Mali : après des mois de blocage, ouverture des négociations de paix à Alger

Des négociations de paix entre le gouvernement malien et les groupes armés du nord du pays s'ouvrent ce mercredi à Alger. En guise de bonne volonté, les deux camps ont échangé mardi soir[...]

Ebola en Afrique de l'Ouest : le bilan passe le cap des 600 morts, dont 68 en 5 jours

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le bilan de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone depuis mars a désormais franchi le cap des 600[...]

Mali : mort d'un sous-officier de l'armée française, "victime d'un attentat suicide"

L'Élysée a annoncé mardi qu'un soldat français avait été tué au Mali, "victime d'un attentat-suicide", alors qu'il participait à une opération de[...]

Mali : Le Drian annonce la fin de "Serval" remplacée par l'opération "Barkhane" contre le terrorisme au Sahel

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé, dimanche, la fin de l'opération Serval au Mali. Elle va être remplacée par l'opération régionale[...]

Mali : accord de Ouagadougou, retour sur un an de blocages

La première phase de négociations de paix directes entres les autorités maliennes et les groupes armés du Nord est censée s'ouvrir d'ici à la mi-juillet à Alger. Avant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers