Extension Factory Builder
24/01/2012 à 17:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Khamenei, au mausolée de l'imam Reza, à Mashhad, dans le nord-est du pays. Ali Khamenei, au mausolée de l'imam Reza, à Mashhad, dans le nord-est du pays. © AFP

Le Guide suprême de la République islamique d'Iran, Ali Khamenei, menace de fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transite plus du tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde. Une manoeuvre à visée interne alors que le pouvoir paraît divisé, et que la contestation pourrait reprendre à l'occasion des législatives prévues en mars ?

Guide suprême de la République islamique d'Iran depuis vingt-trois ans, l'ayatollah Ali Khamenei, 72 ans, n'a pas dirigé la grande prière du vendredi précédant les obsèques de Mostafa Ahmadi Roshan, scientifique iranien mort le 11 janvier à Téhéran dans une attaque à la bombe magnétique contre la voiture qu'il conduisait. Cela ne l'a pas empêché d'accuser la CIA et le Mossad d'être derrière le quatrième assassinat ciblé, depuis janvier 2010, d'universitaires impliqués dans le programme nucléaire iranien, principale source de préoccupation des puissances occidentales.

Une semaine auparavant, l'ayatollah Khamenei avait menacé de fermer le détroit d'Ormuz, par lequel transitent 35 % du pétrole transporté par voie maritime dans le monde, si l'Union européenne (UE) mettait en oeuvre son projet d'embargo sur l'or noir iranien. Une décision prise par l'Europe après l'annonce de la mise en route du site industriel de Fordow (à 150 km au sud-ouest de Téhéran) pour enrichir de l'uranium à 20 %. Washington, Paris, Londres et Bruxelles prennent très au sérieux la menace : l'éventualité de la fermeture de ce détroit ferait s'envoler les cours du pétrole à quelque 200 dollars le baril. Une très mauvaise nouvelle en cette période de crise financière.

Panique

Autre mauvaise nouvelle, les Pasdaran, gardiens de la révolution, s'y préparent en testant de nouveaux missiles sol-mer et air-mer de fabrication locale. Les États-Unis ont aussitôt pris une mesure préventive en dépêchant un porte-avions de la Ve flotte non loin du détroit d'Ormuz. Moscou n'a pas manqué de réagir à travers le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, qui a fait part d'un sérieux risque d'escalade militaire. Pourquoi une telle panique ? Ce n'est pas le président Mahmoud Ahmadinejad, connu pour ses provocations, qui a proféré cette menace, mais Ali Khamenei, l'homme le plus puissant de la République islamique, concentrant des pouvoirs religieux et politiques exorbitants, dont celui de chef suprême des forces armées. Artisan de la diplomatie iranienne, il dirige indirectement les principales institutions du pays, de la justice à l'éducation en passant par les services de renseignements, à travers un réseau de fidèles partageant son hostilité à l'Occident et un clergé acquis à ses convictions. Lui seul pourrait ordonner le blocage du détroit d'Ormuz, ce qui déclencherait un conflit armé aux conséquences imprévisibles pour la région, voire au-delà. Convaincu de la « couardise » du Grand Satan américain, l'ayatollah Ali Khamenei ne craint pas une confrontation militaire.

La persistance des bruits de bottes dans le golfe Persique ne semble pas en tout cas avoir détourné le Guide suprême de la cuisine interne : les législatives de mars 2012. Premier scrutin depuis la présidentielle controversée de 2009, Ali Khamenei redoute un retour de la contestation dans la rue à l'occasion de ces élections. Car même à Téhéran, le Printemps arabe a bouleversé la donne. Autre source d'inquiétude : les ambitions démesurées du président Mahmoud Ahmadinejad, qui manoeuvre en coulisses pour dépouiller le clergé de ses larges prérogatives. Coup de sang de Khamenei, qui réplique que l'institution présidentielle est devenue superflue, donc inutile pour la conduite de la révolution. Ces propos, tenus en octobre 2011, au plus fort des tensions entre Ahmadinejad et l'élite cléricale, ont montré que le Guide suprême a choisi son camp, celui des ayatollahs, au détriment de celui qui avait été, jusque-là, son protégé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Gaza : entrée en vigueur d'un cessez-le-feu précaire de 72 heures

Gaza : entrée en vigueur d'un cessez-le-feu précaire de 72 heures

Les armes se sont tues à Gaza, vendredi matin, en théorie pour 72 heures. Le temps pour Israël et le Hamas de signer un vrai cessez-le-feu au Caire ?[...]

Palestine, Tchétchénie, Nigeria... : quand les femmes se transforment en kamikazes

Plusieurs femmes kamikazes ont commis des attentats suicides ces derniers jours dans le nord du Nigeria. Inédit dans ce pays et en Afrique, le phénomène n'est pas nouveau dans le reste du monde. De la[...]

Gaza : que peut, que doit faire l'Afrique ?

La communauté internationale semble impuissante face à l’escalade de l’opération Bordure protectrice dans la bande de Gaza. Que dit l’Afrique ? Que doit dire l’Afrique ? Que peut[...]

Dr Zouhair Lana, à Gaza : "Ce sont principalement des civils qui nous arrivent à l'hôpital Al-Shifa"

Le docteur franco-marocain originaire de Casablanca Zouhair Lana se trouve à Gaza depuis le 13 juillet. Ce chirurgien-obstétricien exerce à l’hôpital Al-Shifa, le plus grand de la ville, et[...]

Gaza : une école de l'ONU abritant des réfugiés visée, au moins 16 morts

Le bombardement d'une école de l'ONU dans la bande de Gaza a fait au moins 16 morts mercredi matin.[...]

Gaza : trois mouvements palestiniens, dont le Hamas, favorables à une trêve de 24 heures

Les trois principaux mouvements palestiniens se sont dits favorables mardi à une trêve humanitaire de 24 heures.[...]

Califat : Al-Baghdadi, un tigre de papier

Le très médiatisé État islamique est-il une nouvelle hydre, plus puissante et terrifiante qu'Al-Qaïda ne l'a jamais été ? Voire ![...]

Gaza : les bombardements israéliens redoublent d'intensité

Les bombardements de l'armée israélienne sur la bande de Gaza se sont renforcés dans la nuit de lundi à mardi. Les désaccords restent profonds sur les termes d'un accord durable entre Israël[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

État islamique : Al-Baghdadi et le mythe du califat

Débarrassé de ses parts d'ombre, le califat rétabli par Baghdadi demeure une légende dans l'esprit de nombreux musulmans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers