Extension Factory Builder
04/02/2009 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les dirigeants africains, réunis du 1er au 3 février à Addis Abeba dans le cadre du 12 sommet de l'Union africaine (UA), ont échoué une nouvelle fois dans leur tentative de trouver un accord sur la mise en place d'un gouvernement de l'union, première étape vers l'ambition ultime de la création des Etats-Unis d'Afrique. La cérémonie de clôture du sommet, prévue mardi, a eu lieu mercredi au terme des débats intensifs à huis clos. Une journée de session spéciale a été consacrée sur le gouvernement de l'union au début du sommet, sans avoir abouti à un consensus. Résultat d'un compromis, les dirigeants sont enfin d'accord pour transformer l'actuelle Commission de l'UA en une nouvelle autorité "ayant un mandat plus fort" dans six mois, instance exécutive chargée de préparer un gouvernement continental qui réunirait les 53 pays du continent. Cette nouvelle autorité se dotera des pouvoirs élargies sur des questions telles que la pauvreté, les maladies infectieuses, l'éducation, la gouvernance et le droit. Il s'agit d'"une institution avec un mandat plus fort, de plus fortes capacités, qui nous dirige vers l'objectif du gouvernement de l'union", a déclaré le président sortant de l'UA, le présdient tanzanien Jakaya Kikwete. L'idée d'un gouvernement de l'union panafricaine n'est pas nouvelle. Lors de la proclamation en 1963 de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) , le président ghanéen de l'époque, Nkawe Nkrumah, avait souligné l'importance du gouvernement africain. Pourtant, un demi-siècle passé, le gouvernement n'a toujours pas pu voir le jour et demeure encore une pomme de discorde qui divise le continent. D'un côté, "les maximalistes", qui prônent la création accélérée de l'union, avec à la tête le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, auquel accordent un soutien solide le Sénégal et des Etats membres de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CENSAD). De l'autre côté, les "gradualistes", représentés par l'Afrique du Sud et les Etats membres de la Communauté des Etats d'Afrique australe (SADC), plaident pour une consolidation des organisations sous-régionales ou une intégration par étape. En tant que artisan de l'union, Mouammar Kadhafi a souligné, après son élection à la présidence de l'UA pour les douze mois à venir, la nécessité de pousser l'Afrique en avant vers les Etats- Unis d'Afrique, qui constituent, selon lui, la seule voie de répondre aux défis que présentent la mondialisation, la pauvreté et les conflits sur le continent. "Je continuerai et insisterai pour que les Etats souverains parviennent aux Etats-Unis d'Afrique", a-t-il martelé. Le forcing de Kadhafi, qui se fait appeler "roi des rois traditionnels d'Afrique", a agacé un bon nombre de pays africains. Les dirigeants des pays de l'Afrique orientale et australe ont fait part de leur opposition à une union immédiate, soulignant que les pays africains doivent en priorité améliorer leurs propres systèmes socio-politiques, renforcer la coopération régionale et résoudre leurs problèmes de paix et de développement. Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a énuméré la feuille de route, la nature du gouvernement, la souveraineté et la mobilisation des communautés économiques régionales comme étant les obstacles majeurs au gouvernement d'union panafricain. Selon Delphine Lecoutre, une experte spécialisée en affaires africaines, le gouvernement de l'union est "au point mort" pour le moment. "Il y a un manque manifeste de volonté de la part d'un bon nombre de pays membres, ils sont vraiement intimidés par l'éventualité d'être emmenés sous un gouvernement de l'union. Ils voudraient sauvegarder leur souveraineté par tous les moyens" pour que leur influence ne soit pas diminuée, a-t-elle noté. Les obstacles à l'établissement d'un gouvernement de l'union sont plutôt de nature politique, a fait savoir l'experte. Une autre raison majeure tient aux différences colossales et à la diversité politique, économique, culturelle et religieuse sur le continent. "Nous avons tant de difficultés et différences en Afrique, une intégration immédiate n'est pas faisable", a dit Abu Zeid, ambassadeur de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD, groupement associant sept pays est-africains) auprès de l'UA. D'après lui, la plus grande difficulté de l'intégration réside dans les problèmes de sécurité sur le continent, d'où vient la première nécessité de s'attaquer à ce fléau pour le retour de la paix en Afrique. Selon des analystes, le gouvernement de l'union, mis en suspens pour le moment, ne pourrait démarrer avant que les pays africains ne répondent à leurs propres défis en matière politique, socio- économique et de sécurité, et cela pourrait prendre biens des années. Fin
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Biram Dah Abeid : 'En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets'

Biram Dah Abeid : "En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets"

Président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid dénonce la subsistance de pratiques esclavagistes en Mauritanie.[...]

RDC - AS Vita Club : Firmin Mubele Ndombe, une ambition européenne

À tout juste 20 ans, Firmin Mubele Ndombe, l’attaquant de l’AS Vita Club, fait déjà pas mal parler de lui. Le joueur du club le plus populaire de RD Congo pourrait même s’expatrier da[...]

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika réélu avec 81,53% des voix

Abdelaziz Bouteflika a été réélu au premier tour de l'élection présidentielle algérienne. Le chef de l'État sortant, qui briguait son quatrième mandat, a rassembl&eacu[...]

Algérie : les sept vies d'Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika a été réélu vendredi président de la République algérienne à une majorité écrasante de 81,53 % des suffrages exprimés. Alors que &q[...]

Lycéennes enlevées au Nigeria : les recherches s'intensifient dans le Nord-Est

Le gouverneur de l'État de Borno a offert 50 millions de nairas (215 000 euros) à quiconque donnerait des informations permettant la libération des 129 lycéennes enlevées lundi soir par le grou[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

"Le Christ selon l'Afrique" : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

Calixthe Beyala a au moins un talent : celui de faire croire à ses lecteurs occidentaux que l'Afrique n'est autre qu'une terre miséreuse victime de son passé et de la mondialisation. Une image tant&oci[...]

Tunisie - Star Wars : Dark Vador SDF ?

Le site de Onk el-Jmel, qui a servi de décor au tournage de Star Wars, est menacé par le sable. Les fans de la saga vont-ils se mobiliser pour le sauver ?[...]

Tunisie : Moncef Marzouki va baisser son salaire des deux tiers

Moncef Marzouki a annoncé vendredi son intention de baisser son salaire des deux tiers.[...]

Côte d'Ivoire : Dobet Gnahoré, chanteuse polyglotte et cosmopolite

Bété, malinké, dida, lingala, créole, français, anglais... Le répertoire de la chanteuse ivoirienne Dobet Gnahoré semble n'avoir pas de limites. Et gagne en épaisseur[...]

Soudan du Sud : l'attaque d'une base de l'ONU a fait au moins 58 morts

Les cadavres d'au moins 58 personnes, dont 10 assaillants, ont été retrouvés après l'attaque jeudi d'une base de l'ONU au Soudan du Sud.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers