Extension Factory Builder
04/02/2009 à 16:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les dirigeants africains, réunis du 1er au 3 février à Addis Abeba dans le cadre du 12 sommet de l'Union africaine (UA), ont échoué une nouvelle fois dans leur tentative de trouver un accord sur la mise en place d'un gouvernement de l'union, première étape vers l'ambition ultime de la création des Etats-Unis d'Afrique. La cérémonie de clôture du sommet, prévue mardi, a eu lieu mercredi au terme des débats intensifs à huis clos. Une journée de session spéciale a été consacrée sur le gouvernement de l'union au début du sommet, sans avoir abouti à un consensus. Résultat d'un compromis, les dirigeants sont enfin d'accord pour transformer l'actuelle Commission de l'UA en une nouvelle autorité "ayant un mandat plus fort" dans six mois, instance exécutive chargée de préparer un gouvernement continental qui réunirait les 53 pays du continent. Cette nouvelle autorité se dotera des pouvoirs élargies sur des questions telles que la pauvreté, les maladies infectieuses, l'éducation, la gouvernance et le droit. Il s'agit d'"une institution avec un mandat plus fort, de plus fortes capacités, qui nous dirige vers l'objectif du gouvernement de l'union", a déclaré le président sortant de l'UA, le présdient tanzanien Jakaya Kikwete. L'idée d'un gouvernement de l'union panafricaine n'est pas nouvelle. Lors de la proclamation en 1963 de l'Organisation de l'unité africaine (OUA) , le président ghanéen de l'époque, Nkawe Nkrumah, avait souligné l'importance du gouvernement africain. Pourtant, un demi-siècle passé, le gouvernement n'a toujours pas pu voir le jour et demeure encore une pomme de discorde qui divise le continent. D'un côté, "les maximalistes", qui prônent la création accélérée de l'union, avec à la tête le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, auquel accordent un soutien solide le Sénégal et des Etats membres de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CENSAD). De l'autre côté, les "gradualistes", représentés par l'Afrique du Sud et les Etats membres de la Communauté des Etats d'Afrique australe (SADC), plaident pour une consolidation des organisations sous-régionales ou une intégration par étape. En tant que artisan de l'union, Mouammar Kadhafi a souligné, après son élection à la présidence de l'UA pour les douze mois à venir, la nécessité de pousser l'Afrique en avant vers les Etats- Unis d'Afrique, qui constituent, selon lui, la seule voie de répondre aux défis que présentent la mondialisation, la pauvreté et les conflits sur le continent. "Je continuerai et insisterai pour que les Etats souverains parviennent aux Etats-Unis d'Afrique", a-t-il martelé. Le forcing de Kadhafi, qui se fait appeler "roi des rois traditionnels d'Afrique", a agacé un bon nombre de pays africains. Les dirigeants des pays de l'Afrique orientale et australe ont fait part de leur opposition à une union immédiate, soulignant que les pays africains doivent en priorité améliorer leurs propres systèmes socio-politiques, renforcer la coopération régionale et résoudre leurs problèmes de paix et de développement. Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a énuméré la feuille de route, la nature du gouvernement, la souveraineté et la mobilisation des communautés économiques régionales comme étant les obstacles majeurs au gouvernement d'union panafricain. Selon Delphine Lecoutre, une experte spécialisée en affaires africaines, le gouvernement de l'union est "au point mort" pour le moment. "Il y a un manque manifeste de volonté de la part d'un bon nombre de pays membres, ils sont vraiement intimidés par l'éventualité d'être emmenés sous un gouvernement de l'union. Ils voudraient sauvegarder leur souveraineté par tous les moyens" pour que leur influence ne soit pas diminuée, a-t-elle noté. Les obstacles à l'établissement d'un gouvernement de l'union sont plutôt de nature politique, a fait savoir l'experte. Une autre raison majeure tient aux différences colossales et à la diversité politique, économique, culturelle et religieuse sur le continent. "Nous avons tant de difficultés et différences en Afrique, une intégration immédiate n'est pas faisable", a dit Abu Zeid, ambassadeur de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD, groupement associant sept pays est-africains) auprès de l'UA. D'après lui, la plus grande difficulté de l'intégration réside dans les problèmes de sécurité sur le continent, d'où vient la première nécessité de s'attaquer à ce fléau pour le retour de la paix en Afrique. Selon des analystes, le gouvernement de l'union, mis en suspens pour le moment, ne pourrait démarrer avant que les pays africains ne répondent à leurs propres défis en matière politique, socio- économique et de sécurité, et cela pourrait prendre biens des années. Fin
Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Tanzanie : les élections présidentielle et législatives auront lieu le 25 octobre

L'annonce a mis fin aux rumeurs prêtant à l'actuel gouvernement du président Jakaya Kikwete, à qui la Constitution interdit de se représenter, l'intention de se maintenir au pouvoir après o[...]

Nigeria : 10 personnes tuées à la machette par Boko Haram

"Les assaillants sont arrivés dans le village (...) pendant que les habitants dormaient encore, et ils ont utilisé des machettes pour attaquer leurs victimes", a assuré un responsable local.[...]

Burundi : un manifestant tué par la police en province

Une personne a été tuée et deux blessées par des tirs de la police lundi dans la province de Bururi, dans le sud du Burundi.[...]

Algérie : Amine Mazouzi prend ses fonctions à la tête de Sonatrach

Il succède à Saïd Sahnoun, désigné en juillet 2014 à titre intérimaire après le limogeage de son prédécesseur, Abdelhamid Zerguine.[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère d[...]

Nigeria: raid des islamistes de Boko Haram, plusieurs civils tués

Les islamistes ont fait irruption dans la nuit de samedi à dimanche dans Gubio, située à 95 km au nord de Maiduguri.[...]

L'EI a exécuté 217 personnes à Palmyre en neuf jours

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a déclaré qu'il avait des preuves de l'exécution de 67 civils, dont des enfants, et de 150 membres des forces syriennes par des djihadistes de l'EI.[...]

Syrie : Palmyre, une "bataille pour l'Humanité", affirme Al-Azhar

Sauver la cité antique de Palmyre en Syrie de la destruction par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) devrait constituer une "bataille pour l'Humanité toute entière", a estimé dimanche la m[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

JO-2016 : Claude Le Roy accuse le Ghana de tricher sur l'âge des joueurs

Le sélectionneur du Congo Brazzaville Claude Le Roy, a accusé dimanche le Ghana d'avoir aligné des joueurs trop âgés samedi lors de la défaite (1-0) de son équipe en qualifications p[...]

Football : Drogba quitte Chelsea mais ne prend pas sa retraite

 Le buteur ivoirien Didier Drogba, 37 ans, a annoncé dimanche qu'il quitterait Chelsea à la fin de la saison et qu'il entendait jouer encore un an au moins dans un autre club avant de prendre sa retraite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers