Extension Factory Builder
29/01/2009 à 01:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une cinquantaine de spécialistes venus de 20 pays africains ont tenu les 27 et 28 janvier à Ouagadougou, un atelier de lancement du Programme régional d'investissement agricole (PRIA) en vue de réduire la dépendance de l'aide alimentaire internationale pour nourrir les populations africaines.

Organisée par la Conférence des ministres de l'Agriculture de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (CMA/AOC), cette rencontre vise essentiellement à lancer les activités de préparation du PRIA, notamment la composante quatre à savoir "Développement des filières agricoles et promotion des marchés".

Le coordonnateur général du CMA/AOC, Baba Dioum a indiqué que l'atelier de Ouagadougou entre en droite ligne de la réelle volonté des pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre de sortir leur agriculture de l'ornière.

"Il s'agira de travailler avec les consultants recrutés pour nous accompagner et de s'accorder sur la meilleure manière d'élaborer le sous-programme (. . . ) en vue de renforcer et de revaloriser les efforts régionaux en cours ou au stade de projet", a-t-il soutenu, précisant que certains aspects seront revisités.

Il a insisté sur l'importance des initiatives régionales (stratégies, plans, programmes) et les affectations des ressources dans le domaine du développement des filières agricoles afin de booster l'agriculture régionale.

Dans sa formulation, le PRIA est articulé autour de six thématiques majeures inter-reliées. Il s'agit d'abord de l'amélioration de la gestion de l'eau, ensuite du développement durable des exploitations agricoles.

La 3e et la 4e thématique concernent respectivement, la gestion améliorée des autres ressources naturelles, le développement des filières agricoles et la promotion des marchés.

La 5e est relative à la prévention et à la gestion des crises alimentaires et autres calamités naturelles et la 6e thématique porte sur le renforcement institutionnel.

Face aux enjeux que présente l'agriculture pour le développement économique, la lutte contre la pauvreté et contre l'insécurité alimentaire, les chefs d'Etat et de gouvernement ont adopté, en juillet 2003 à Maputo, le Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine (PDDAA).

Le représentant de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Yamar Mbodj a expliqué que le PDDAA a pour objectif d'aider les pays africains à atteindre un niveau élevé de croissance économique, basé sur l'agriculture.

Il a rappelé que ce programme vise à éliminer la faim, réduire la pauvreté et l'insécurité alimentaire, tout en favorisant l'expansion des exportations.

Pour M. Mbodj, les orientations majeures du PDDAA sont, entre autres, d'allouer 10% du budget national à l'agriculture, d'obtenir 6% de croissance agricole annuelle et d'atteindre le premier Objectif du millénaire pour le développement (OMD), à savoir réduire de moitié la pauvreté et la faim en 2015.

Insistant sur la place centrale de l'agriculture dans les économies des pays africains, le ministre délégué chargé de l'Agriculture du Burkina Faso, Abdoulaye Combary, a reconnu que le secteur agricole constitue le moteur du développement de la plupart des pays africains avec près d'un tiers du produit intérieur brut (PIB), 60% des recettes d'exportation et près de 2/3 des opportunités d'emploi.

En adoptant le PDDAA, le ministre Combary est convaincu que l'Afrique a franchi une étape qui peut s'avérer décisive dans la quête d'un mieux-être de ses populations, car il ne s'agit plus de compter seulement sur l'aide internationale pour nourrir les populations.

"Ce qui rend encore plus urgent la finalisation du PRIA pour favoriser une utilisation rationnelle de nos ressources conformément aux engagements pris à Maputo", a-t-il conclu.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Burkina Faso

Burkina Faso : l'arbre généalogique de la famille Sankara

Burkina Faso : l'arbre généalogique de la famille Sankara

Ils s'appellent Mariam, Philippe, Auguste, Florence, Pascal, Valentin ou Odile... Tous font partie des proches de Thomas Sankara, assassiné en 1987 et dont on vient de fêter l'anniversaire de la naissance, le 21 d&eac[...]

Burkina : les balais fleurissent la tombe de Sankara

À l'appel du "Balai citoyen", quelque 300 personnes ont déposé dimanche des balais sur la tombe de Thomas Sankara pour commémorer le 65e anniversaire de sa naissance. Ce geste symbolique[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Burkina : quand Zida et Kafando font le ménage dans les écuries de Compaoré

Depuis leur arrivée aux affaires, les autorités de la transition burkinabè, guidées par le Premier ministre, Isaac Zida, et le président, Michel Kafando, mènent progressivement une[...]

Crise postélectorale ivoirienne : Ouattara promet 15 millions d'euros aux victimes

Le président ivoirien a annoncé lundi soir la création d'un fonds de 15 millions d'euros pour "l'indemnisation" des victimes de la crise postélectorale de 2010-2011, qui a fait environ 3[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Récit - Burkina Faso : Thomas Sankara, 16 h 30, le 15 octobre 1987

Des acteurs du drame de la mise à mort de Thomas Sankara et de ses camarades, seul le commanditaire du meurtre demeure inconnu. Mais tous les regards se tournent vers l'ancien frère d'armes, Blaise[...]

Burkina : le gouvernement suspend le CDP, le parti de Blaise Compaoré

Le ministère de l'Administration territoriale a officiellement annoncé lundi la suspension du CDP, le parti de Blaise Compaoré. La Fedap-BC, une association de soutien à l'ancien président, et[...]

Burkina : Sankara, enfin toute la vérité ?

Le mythe est intact, mais l'Histoire reste à écrire. Vingt-sept ans après, les tombeurs de Blaise Compaoré s'apprêtent à rouvrir le dossier explosif de l'assassinat de l'ancien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers