Extension Factory Builder
03/03/2009 à 00:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cultiver sans terre Cultiver sans terre

À en croire un petit groupe d’agronomes, on pourrait augmenter la production agricole et réduire la malnutrition au Cap-Vert en cultivant avec moins d’eau… et sans terre.

Au Cap-Vert, archipel volcanique, moins de 10 pour cent du territoire est cultivable et le pays importe presque tous ses vivres, selon le ministère de l’Agriculture.

La culture hydroponique (du grec « eau » et « travail ») remplace la terre par une solution nutritive. Sergio Roque Monteiro, agriculteur hydroponique, a expliqué à IRIN qu’il avait appris à cultiver sans terre au Brésil, avant de s’installer au Cap-Vert en 2000.

Depuis 2006, le gouvernement et les organismes à but non-lucratif lui ont demandé de former plus de 100 personnes, a-t-il dit, mais à sa connaissance, seules six ont continué à cultiver sans terre à titre professionnel.

« Les gens sont traditionnels, et généralement, ils n’aiment pas les nouvelles technologies », a expliqué M. Monteiro. « Le gros problème, c’est le manque de sensibilisation ».

Du gravier

Dans sa serre de 15 mètres carrés, sur l’île de Santiago, où se trouve Praia, la capitale, M. Monteiro cultive du cresson, de la laitue et d’autres légumes, qu’il vend aux hôtels et aux restaurants de la région. En remplaçant la terre par du gravier et en recyclant un écoulement d’eau et de minéraux continu à travers plusieurs plateaux sur lesquels poussent 600 laitues et 200 plants de cresson, M. Monteiro utilise moins d’un cinquième de l’eau généralement requise pour l’agriculture classique, et bien moins de terre.

Et pourtant, il produit plus, dit-il. « La terre est pleine d’agents contaminants qui empêchent les plantes de pousser correctement ».

S’il n’y a pas d’électricité pour faire fonctionner sa pompe à eau, a-t-il néanmoins expliqué, il faut impérativement arroser les plantes à la main. « Le plus gros désavantage, c’est que les plantes ont besoin d’être constamment irriguées parce qu’il n’y a pas de terre pour conserver l’humidité. Si elles restent sans eau pendant quelques heures, elles meurent ».

Mais plus que l’énergie constante et l’arrosage continuel nécessaires pour faire fonctionner un système hydroponique, ce sont les coûts de démarrage élevés qui découragent les convertis, a expliqué M. Monteiro. « J’ai dépensé 17 000 dollars pour mettre en place mon système, mais j’ai amorti ces frais en un an. Et je suis prêt à me développer, maintenant, quatre ans plus tard. Je n’arrive pas à répondre à la demande ».

La majorité de l’équipement de départ est en vente dans la région : un réservoir, un grillage, du fer, ou du bois et du ciment. Pour tester l’acidité de la solution minérale nutritive, les agriculteurs doivent soit faire appel aux services d’une société agricole locale, soit importer un équipement spécial.

La récolte

M. Monteiro a expliqué qu’il gagnait jusqu’à 2 300 dollars par mois, un tiers de cette somme étant réinvesti en frais d’exploitation, mais que la culture hydroponique était plus qu’une question de revenus. « Dans ce pays, les gens manquent de nutriments. La mauvaise qualité des sols, le manque de soleil et d’eau limitent la production locale. Mais la culture hydroponique permet de combler cette lacune en matière de production et de nutrition en plantant des produits que l’on cultivait autrefois, lorsque l’île avait plus d’eau ».

La diminution des précipitations, qui a provoqué des pénuries d’eau dans l’archipel, a été imputée au changement climatique.

Environ une personne sur 10 (un peu plus dans les régions rurales) souffre de malnutrition, ayant moins de 65 centimes de dollar par jour à consacrer à l’achat de nourriture, selon une étude gouvernementale réalisée de concert avec l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ; ce rapport, publié récemment, se fonde sur les statistiques de 2002.

Aujourd’hui, les habitants du Cap-Vert adhèrent prudemment à la technologie hydroponique. « Je me dis qu’une tomate cultivée dans la terre est plus riche », a dit Raul Pereira Mendes, un habitant de Praia. « Mais je ne sais pas. J’ai entendu des gens dire que les plantes cultivées sans terre attiraient moins les insectes ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Cap-Vert

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée É[...]

Cap-Vert : de la lave coule toujours du volcan Pico de Fogo

De la lave continue de s'écouler du volcan Pico de Fogo, en éruption depuis le 23 novembre au Cap-Vert, où le Portugal a dépêché une frégate pour soutenir les autorités face[...]

José Maria Neves : "Nous voulons faire du Cap-Vert un prestataire de qualité dans les services "

 Invité à Marrakech dans le cadre de la 9e édition du Forum africain pour le développement afin d'expliquer les raisons du succès socio-économique de son pays, le Premier ministre[...]

Côte d'Ivoire : le salon Shield Africa 2014 s'ouvre dans un contexte de hausse des dépenses militaires

Une quarantaine d'exposants et près de 15 délégations ministérielles africaines sont à Abidjan du 6 au 8 mai pour la deuxième édition du Shield Africa, le salon international de[...]

CAN 2015 : groupes et calendrier, tout savoir sur la dernière phase qualificative

Les affiches des confrontations de la dernière étape pour la qualification à la Coupe d'Afrique des nations au Maroc en 2015 ont été dévoilées dimanche à l'issue d'un tirage[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Football : votez pour la meilleure sélection africaine de 2013 !

L’Égypte en 2010, la Côte d’Ivoire en 2011, la Zambie en 2012. Et en 2013 ? Alors que "Jeune Afrique" s’apprête à publier son quatrième classement annuel des[...]

Hollande et l'Afrique, mode d'emploi

Le sommet qui, les 6 et 7 décembre, réunit à Paris les chefs d'État africains a pour thème la paix et la sécurité. L'occasion pour la France, qui a perdu de son[...]

Carte interactive : ces chefs d'État africains qui s'accrochent (ou pas) au pouvoir

C'est souvent la règle du "j'y suis, j'y reste" qui s'applique au sommet de la plupart des États africains. Une fois au pouvoir, les présidents excluent toute éventualité de retraite.[...]

Quinze ans, c'est assez !

La gouvernance en Afrique. L'indice Mo-Ibrahim, qui en observe l'évolution depuis plus de dix ans, a donc présenté, le 13 octobre, son diagnostic pour 2013. Il constate que le niveau global de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers