Extension Factory Builder
14/03/2009 à 16:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Démantèlement d'un réseau de trafic humain Démantèlement d'un réseau de trafic humain

Le plus grand réseau de trafiquants d’êtres humains d’Israël vient d’être découvert : 12 membres du gang, tous des femmes, ont été arrêtés par la police, à Tel-Aviv, le 8 mars, à l’issue d’une opération d’infiltration qui aura duré deux ans. Les trafiquantes soupçonnées sont accusées d’avoir fait venir clandestinement des centaines de femmes de l’ancienne Union soviétique en Israël pour les faire travailler dans l’industrie du sexe.  

La principale suspecte, qui entretient des liens étroits avec une des familles dites de la ‘mafia israélienne’, dirigeait le réseau en faisant appel à des rabatteurs dans divers pays tels que la Moldavie, la Biélorussie et l’Ukraine. Ceux-ci dupaient leurs jeunes victimes en leur promettant qu’elles pourraient travailler en Israël, comme danseuses ou serveuses dans des boîtes de nuit. Plusieurs d’entre elles ont déclaré avoir subi des traitements extrêmement durs et violents.

Elles étaient entrées en Israël via l’Egypte dans des circonstances dangereuses. Les organisations non-gouvernementales (ONG) d’aide aux femmes victimes de trafic ont notamment recueilli des témoignages de viols et de maltraitances infligées par des passeurs bédouins au cours de ce périple.

Les victimes subissaient ensuite de nouvelles maltraitances, infligées par leurs « propriétaires », en Israël, si elles se refusaient à travailler dans l’industrie du sexe dans des conditions strictes : elles étaient forcées de travailler 30 jours par mois sans rémunération jusqu’à remboursement de la somme payée pour elles par les souteneurs (somme qui variait d’une personne à l’autre). Selon un communiqué de presse de la police, plus de 2 000 femmes tombées entre les mains des trafiquants du réseau israélien ont été envoyées en Israël et à Chypre, sur une période de deux ans.

Les femmes victimes de trafic restent en danger

Si la police se targue de la réussite de son opération, certaines ONG telles qu’Isha L’Isha ou Atzum se disent inquiètes. Certains travailleurs humanitaires ont en effet expliqué à IRIN qu’ils s’inquiétaient avant tout à l’idée que les suspects essayent par tous les moyens de faire du mal aux femmes susceptibles d’avoir témoigné.

La police a déclaré détenir des enregistrements dans lesquels on entend la principale suspecte donner l’ordre d’infliger des sanctions physiques et même de tuer certaines femmes qui s’étaient refusées à travailler comme esclaves sexuelles, et a transmis ces enregistrements aux chaînes de télévision locales.

Selon les forces de police, une des femmes qui comptaient témoigner a été tuée par un chauffard qui a pris la fuite, en Ouzbékistan, il y a quelques mois.

Les efforts israéliens

Ces dernières années, selon Maître Naomi Levenkron, qui dirige le service de lutte contre la traite de Moked (une assistance téléphonique consacrée aux travailleurs migrants), les autorités israéliennes ont fourni d’importants efforts en vue de freiner la traite des femmes en Israël, prenant des mesures fermes contre les maisons closes, les clubs de strip-tease, les agences d’hôtesses, etc. et assurant la protection des femmes victimes de trafic qui acceptaient de témoigner contre les trafiquants.

Selon un rapport publié en 2009 par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et intitulé « Global Report on Trafficking in Persons » [Rapport mondial sur le trafic des personnes], Israël, la Turquie et la Thaïlande se « classent en tête de l’index des citations, en tant que pays de destination, par rapport au reste du monde » ; le rapport contient également des informations détaillées sur le trafic d’êtres humains en Israël, notamment des statistiques et une analyse portant sur la période 2003-2007.

En 2006, selon l’ONUDC, 318 cas de trafic ont fait l’objet d’enquêtes en Israël, et en 2007, 75 victimes de trafic, toutes des femmes, ont été accueillies dans des refuges en Israël.

En février 2004, Israël a ouvert le Maagan, un refuge pour femmes victimes de trafic, dans le centre du pays ; les femmes y sont soignées et peuvent y suivre des formations professionnelles. Plus de 30 femmes y sont actuellement hébergées.

Israël est également mentionné dans le rapport annuel du Département d’Etat américain sur le Trafic des personnes : il y était dit, en 2008, que le pays déployait toutefois des « efforts considérables » pour mettre fin au trafic.

« Nous applaudissons la police pour cette importante opération, qui a abouti à l’arrestation des 12 suspectes. J’espère qu’aucun mal ne sera fait aux femmes concernées par cette affaire. Nous espérons également que la cour ne fera preuve d’aucune indulgence envers les suspectes et qu’elle accordera aussi un dédommagement à ces femmes pour les souffrances et les dommages qui leur ont été causés », a dit à IRIN Rita Chaikin, coordinatrice des projets de soutien aux femmes victimes de trafic de l’ONG Isha L’Isha.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maghreb & Moyen-Orient

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Égypte : 10 à 15 ans de prison pour 68 partisans de Mohamed Morsi

La justice égyptienne a condamné mercredi 63 partisans de Mohamed Morsi à 15 ans de prison. 5 autres ont écopé d'une peine de 10 ans de détention.[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à[...]

Algérie : Jund al-Khilafa, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafa, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

Algérie - O. Dehendi : "Nous avons supplié les terroristes de libérer Hervé Gourdel"

Alors que les autorités algériennes ont annoncé mardi avoir identifié des auteurs de l'enlèvement et de l'assassinat du Français Hervé Gourdel, un premier témoin s'est[...]

Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés, selon le ministre algérien de la Justice

Selon le ministre algérien de la Justice, des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité la semaine dernière en Algérie, ont été[...]

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers