Extension Factory Builder
06/01/2009 à 14:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La fièvre du samedi soir, avec un préservatif   La fièvre du samedi soir, avec un préservatif

« Bleguê Bleguê ... A mi na mecê Bleguê, anda com bebê », voici les paroles du tube du moment, que tout le monde chante à São Tomé et Príncipe. En forro, une langue parlée à São Tomé, ces paroles véhiculent deux messages simples, mais importants : quand vous sortez, prenez toujours des préservatifs avec vous, et quand vous avez des rapports sexuels, mettez toujours un préservatif.

La chanson est chantée par les adultes comme par les enfants, et diffusée sans cesse sur les ondes des stations de radio et dans les boîtes de nuit de São Tomé et Príncipe, un archipel de 150 000 habitants, situé au large de la côte gabonaise.

Tout a commencé avec un groupe du nom de Bulauê Linda Estrela, dans le village sans histoire de Messias Alves, une communauté de pêcheurs où les services publics sont pour le moins peu satisfaisants, et où vivent quelque 3 000 habitants, dans des maisons vétustes. Le seul poste de télévision qui reçoive plus d’une chaine a cessé de fonctionner il y a plus de deux ans et l’Internet n’a pas encore atteint le village.

« Tout ce qu’il vous reste à faire quand vous revenez de la pêche, c’est boire de l’eau-de-vie de canne à sucre et faire des bébés », a commenté un jeune habitant. Il y a trois ans, des hommes et des femmes du village se sont réunis pour créer un groupe culturel baptisé Bulauê Linda Estrela.

« Les gens d’ici vont se coucher très tôt, et il n’y a pas de centre de divertissement », a expliqué le chef du village, Lauriano Costa, 78 ans. « Nous avons créé le groupe pour rompre la monotonie ».

Mais Bulauê Linda Estrela a fait plus que cela : sa chanson, Bleguê Bleguê, aide à sensibiliser les populations à l’importance des préservatifs pour prévenir le VIH. Le groupe n’a pas encore sorti de CD single de sa chanson, mais celle-ci est déjà disponible sur le marché gris.

Les paroles ont été inspirées par un incident réel : un des membres du groupe avait invité sa femme à une répétition ; celle-ci a refusé de venir, mais elle a suggéré qu’il prenne des préservatifs avec lui, au cas où il déciderait d’avoir des rapports sexuels occasionnels.

Pour Ludmila Monteiro, activiste à Médicos do Mundo, une organisation humanitaire qui promeut le développement, le succès de la chanson est en partie imputable aux campagnes nationales de sensibilisation à l’utilisation du préservatif, qui avaient préparé le terrain.

« Parler de préservatifs n’est plus une nouveauté pour les Santoméens », a-t-elle expliqué. Il y a, bien entendu, une grande différence entre apprécier la chanson et en comprendre le message. « J’aime beaucoup cette chanson », a déclaré Sabina Graça, 25 ans, qui a admis n’avoir aucune idée du sens de ses paroles.

« Mettre un préservatif pour avoir des rapports, cela réduit votre potentiel sexuel », a quant à lui estimé Niker Quarsema, un pêcheur de 27 ans.

« Mon mari a deux femmes, mais il refuse d’avoir des rapports sexuels avec un préservatif », a confié Adezica Beatriz, 38 ans, membre de Bulauê Linda Estrela. « Quand je lui ai dit qu’il fallait qu’il le fasse, il a failli me frapper ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Sao Tomé

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Industries extractives : le difficile chemin vers la transparence

Publier les sommes versées aux États par les groupes miniers et pétroliers : c'est le principe de l'Itie. Mais faute de moyens de pression, l'Initiative n'a guère d'impact sur les décisions des[...]

Patrice Trovoada : "J'ai été victime d'un coup d'État parlementaire"

Destitué à la fin de 2012, l'ancien Premier ministre de São Tomé e Príncipe, Patrice Trovoada, a perdu la première manche du bras de fer qui l'oppose au chef de l'État.[...]

Sao Tomé e Principe : qui soutient qui ?

Que cela soit au Congo, en Guinée équatoriale, en Angola ou au Nigeria, les acteurs de la crise qui secoue Sao Tomé e Principe sont allés chercher des soutiens de poids hors de leurs frontières.[...]

São Tomé et Principe : entre Trovoada et Pinto da Costa, le bras de fer se poursuit

Le vote controversé d’une motion de censure contre le gouvernement de Patrice Trovoada replonge São Tomé et Principe dans une crise politique dont le pays n’a pas les moyens.[...]

La lusophonie à l'heure des choix

Avec près de 240 millions de locuteurs dans le monde, contre 220 millions de francophones, la lusophonie est en plein boom mais reste un nain politique. Réunie en sommet le 20 juillet à Maputo, son[...]

L'Afrique a besoin de présidents normaux

L’élection passablement calamiteuse (« une mascarade », résume le Financial Times) qui vient de se dérouler en RDC, au terme de laquelle une minorité de citoyens a mal[...]

Gouvernance africaine : l'âge des capitaines

Images d'un sommet, celui du G20. L’Europe est au bord de l’abîme. À son chevet, de « jeunes » dirigeants, quinquagénaires (Merkel, Sarkozy, Obama), voire quadragénaires (Cameron,[...]

Afrique de l'Ouest : l'internet haut débit dans 23 pays pour fin 2012

Une vingtaine de pays de l'Afrique de l'Ouest bénéficieront d’un nouvel accès Internet haut débit au second semestre 2012. C’est ce qu’a indiqué l’entreprise France[...]

L'Afrique témoin du réchauffement entre Taiwan et la Chine

Le 10 octobre, Taiwan et la Chine ont célébré chacun de leur côté le centenaire de la République de Chine. L’occasion, pour les frères rivaux, de compter leurs[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex