Extension Factory Builder
19/01/2009 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une session extraordinaire du parlement nigérien va s’ouvrir mardi en début d’après-midi avec à son ordre du jour l’examen d’une demande du gouvernement relative à la levée de l’immunité de trois députés membres de la majorité présidentielle, cités dans une affaire de malversation de fonds publics.

La levée de l’immunité parlementaire concerne les députés Djermakoye Hassane Intarou, Bonkano Maifada du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, majorité) et Chaibou Raja de la Convention démocratique et sociale (CDS), le principal allié du Président Mamadou Tandja.

Les députés Intarou et Maifada sont présentés comme des inconditionnels de l’ex-Premier ministre Hama Amadou, dont le gouvernement a été renversé fin mai 2007 par motion de censure.

M. Amadou, également président du MNSD, est écroué depuis le 26 juin 2008 dans une prison de haute sécurité après que l’assemblée nationale a voté sa mise en accusation introduite par le gouvernement pour « mauvaise gestion » de 100 millions FCFA destinés à aider la presse privée.

Selon des sources officieuses, ces députés sont cités dans une affaire de détournement de fonds destinés au ministère de l’Education de base et de l’alphabétisation (MEBA) et mis à la disposition de l’État nigérien par ses partenaires techniques et financiers dans le cadre du Programme décennal de développement de l’éducation (PDDE).

Connu sous l’appellation « affaire MEBA », ce dossier a également été à l’origine du vote de la motion de censure déposée fin mai 2007 par l’opposition parlementaire à l’encontre du gouvernement dirigé par M. Amadou.

Dans la même affaire, plusieurs autres personnalités ont été cités dont les deux intérimaires du Premier ministre de l’époque à savoir l’actuel chef du gouvernement, Seini Oumarou (MNSD), et Abdou Labo (CDS) tous deux alors ministre d’Etat.

En 2006, deux ministres ayant occupé le portefeuille de l’Education, Ari Ibrahim et Hamani Arouna, respectivement du CDS et du MNSD, ont passé plusieurs mois en prison, au lendemain de leur mise en accusation votée par l’assemblée nationale.

Plus d’un milliard FCFA et 825 tables bancs ont disparu dans cette affaire impliquant également des fonctionnaires ainsi que des opérateurs économiques comme le député Raja, une des grosses fortunes du CDS, le principal parti allié de la majorité présidentielle. C

’est la première fois, depuis l’instauration de la démocratie il y a une quinzaine d’années, qu’un gouvernement introduit une demande de levée de l’immunité de députés auprès du parlement composé de 113 députés dont 88 sièges pour la majorité.

Selon la procédure, la requête gouvernementale sera d’abord appréciée par la conférence des présidents de groupes et commissions parlementaires, qui formuleront le cas échéant des recommandations pour son examen ou son rejet au cours de cette session qui ne dépassera pas quinze jours.

Cette décision, selon des observateurs, serait liée à l’opération « mains propres » lancée par le Président Tandja depuis quelques mois et qui a entraîné l’emprisonnement de plusieurs personnalités du monde politique et économique du pays.

S’exprimant le 6 janvier dernier devant les présidents des institutions de la république, le dirigeant nigérien a affirmé qu’« aucun agissement coupable ne restera impuni», faisant allusion à cette opération qui, a-t-il ajouté, « sera poursuivie et intensifiée ».

Mais certains observateurs qualifient la demande de la levée de l’immunité de ces députés de « règlement de compte » consécutif à la crise qui secoue depuis quelques semaines le parti présidentiel, MNSD, divisé aujourd’hui en clan favorable à l’actuel Premier ministre Seini Oumarou et un autre qui fait allégeance à M. Amadou.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Niger : le bilan de l'épidémie de méningite passe de 85 à 129 morts

Niger : le bilan de l'épidémie de méningite passe de 85 à 129 morts

L'épidémie de méningite progresse au Niger : 129 personnes sont mortes depuis janvier, selon le dernier bilan communiqué par le ministère de la Santé.[...]

Niger : 85 morts dans l'épidémie de méningite, les écoles fermées jusqu'à lundi à Niamey

Le Niger est frappé depuis janvier par une épidémie de méningite qui a fait 85 morts. Celle-ci a poussé les autorités à fermer les écoles de Niamey de mercredi à[...]

Sahel : l'armée française multiplie les opérations contre les jihadistes

Les militaires français déployés au Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane multiplient ces dernières semaines les frappes contre des bases jihadistes entre le Niger et le Mali. [...]

Une épidémie de méningite a déjà fait 75 morts au Niger

À la date du 13 avril, 75 personnes étaient mortes des suites de méningite à méningocoques au Niger, une épidémie qui sévit depuis le mois de janvier. Plus de la[...]

Grève de trois jours à la mine Somaïr d'Areva au Niger

Les employés de la mine de la Somaïr, filiale du groupe français Areva au Niger, ont entamé une grève de trois jours pour protester contre le non versement de primes. [...]

Ces otages occidentaux que les forces spéciales étrangères n'ont pas réussi à libérer en Afrique

Avant ce week-end et la libération réussie de l'otage néerlandais Sjaak Rijke, détenu depuis plus de trois ans par Aqmi au Mali, plusieurs Occidentaux ont perdu la vie en Afrique lors[...]

Niger : nouvelle attaque de Boko Haram refoulée par les armées nigériennes et tchadiennes

Une nouvelle attaque de Boko Haram dans le sud-est du Niger s'est terminée comme les précédentes, selon un communiqué officiel : par de nombreuses pertes dans les rangs de la secte islamiste.[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Niger : plus de 200 combattants de Boko Haram tués en dix jours, selon l'armée

Dans un communiqué lu jeudi à la télévision nationale, l'armée nigérienne a affirmé avoir tué plus de 200 combattants du groupe islamiste Boko Haram au cours de l'offensive[...]

Boko Haram ne prendra plus de ville au Niger, assure un ministre nigérien

Boko Haram n'est plus en mesure de prendre de ville dans le sud-est du Niger, frontalier du Nigeria, car les islamistes nigérians ont été rendus inopérants par deux mois d'opérations militaires,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAPA86146 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAPA86146 from 172.16.0.100