Extension Factory Builder
19/01/2009 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une session extraordinaire du parlement nigérien va s’ouvrir mardi en début d’après-midi avec à son ordre du jour l’examen d’une demande du gouvernement relative à la levée de l’immunité de trois députés membres de la majorité présidentielle, cités dans une affaire de malversation de fonds publics.

La levée de l’immunité parlementaire concerne les députés Djermakoye Hassane Intarou, Bonkano Maifada du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, majorité) et Chaibou Raja de la Convention démocratique et sociale (CDS), le principal allié du Président Mamadou Tandja.

Les députés Intarou et Maifada sont présentés comme des inconditionnels de l’ex-Premier ministre Hama Amadou, dont le gouvernement a été renversé fin mai 2007 par motion de censure.

M. Amadou, également président du MNSD, est écroué depuis le 26 juin 2008 dans une prison de haute sécurité après que l’assemblée nationale a voté sa mise en accusation introduite par le gouvernement pour « mauvaise gestion » de 100 millions FCFA destinés à aider la presse privée.

Selon des sources officieuses, ces députés sont cités dans une affaire de détournement de fonds destinés au ministère de l’Education de base et de l’alphabétisation (MEBA) et mis à la disposition de l’État nigérien par ses partenaires techniques et financiers dans le cadre du Programme décennal de développement de l’éducation (PDDE).

Connu sous l’appellation « affaire MEBA », ce dossier a également été à l’origine du vote de la motion de censure déposée fin mai 2007 par l’opposition parlementaire à l’encontre du gouvernement dirigé par M. Amadou.

Dans la même affaire, plusieurs autres personnalités ont été cités dont les deux intérimaires du Premier ministre de l’époque à savoir l’actuel chef du gouvernement, Seini Oumarou (MNSD), et Abdou Labo (CDS) tous deux alors ministre d’Etat.

En 2006, deux ministres ayant occupé le portefeuille de l’Education, Ari Ibrahim et Hamani Arouna, respectivement du CDS et du MNSD, ont passé plusieurs mois en prison, au lendemain de leur mise en accusation votée par l’assemblée nationale.

Plus d’un milliard FCFA et 825 tables bancs ont disparu dans cette affaire impliquant également des fonctionnaires ainsi que des opérateurs économiques comme le député Raja, une des grosses fortunes du CDS, le principal parti allié de la majorité présidentielle. C

’est la première fois, depuis l’instauration de la démocratie il y a une quinzaine d’années, qu’un gouvernement introduit une demande de levée de l’immunité de députés auprès du parlement composé de 113 députés dont 88 sièges pour la majorité.

Selon la procédure, la requête gouvernementale sera d’abord appréciée par la conférence des présidents de groupes et commissions parlementaires, qui formuleront le cas échéant des recommandations pour son examen ou son rejet au cours de cette session qui ne dépassera pas quinze jours.

Cette décision, selon des observateurs, serait liée à l’opération « mains propres » lancée par le Président Tandja depuis quelques mois et qui a entraîné l’emprisonnement de plusieurs personnalités du monde politique et économique du pays.

S’exprimant le 6 janvier dernier devant les présidents des institutions de la république, le dirigeant nigérien a affirmé qu’« aucun agissement coupable ne restera impuni», faisant allusion à cette opération qui, a-t-il ajouté, « sera poursuivie et intensifiée ».

Mais certains observateurs qualifient la demande de la levée de l’immunité de ces députés de « règlement de compte » consécutif à la crise qui secoue depuis quelques semaines le parti présidentiel, MNSD, divisé aujourd’hui en clan favorable à l’actuel Premier ministre Seini Oumarou et un autre qui fait allégeance à M. Amadou.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Niger : Mohamed Bazoum quitte la diplomatie pour se rapprocher d'Issoufou

Mohamed Bazoum, le ministre nigérien des Affaires étrangères, a été promu mercredi ministre d'État à la présidence. Il est remplacé à la tête de la[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Cartographie - Boko Haram sur les traces du califat de Sokoto ?

Les dirigeants de Boko Haram rêveraient-ils de faire revivre le califat de Sokoto, établi au XIXe siècle et disparu au moment de la colonisation britannique ? Leurs intentions ne sont pas claires.[...]

Pour Fabius, le Nigeria doit s'engager "pleinement" contre Boko Haram

Le Nigeria doit s'engager "pleinement" dans la lutte contre les islamistes de Boko Haram, qui contrôlent de vastes territoires dans le nord-est du pays, a déclaré le ministre français des[...]

Attaque de Boko Haram au Niger : 7 soldats nigériens et 14 islamistes tués

Sept soldats nigériens et 14 combattants de Boko Haram sont morts vendredi soir lors de combats survenus dans un village du sud-est du Niger attaqué par le groupe islamiste armé, a-t-on appris samedi[...]

Boko Haram : Laurent Fabius au Tchad pour souligner la "solidarité" de la France

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, débute samedi une tournée au Tchad et au Cameroun, avant le Niger dimanche, pour affirmer "la solidarité" de Paris[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAPA86146 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAPA86146 from 172.16.0.100