Extension Factory Builder
12/01/2009 à 13:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des responsables du parti présidentiel demandent à Tandja de retirer sa confiance à Seini Oumarou Des responsables du parti présidentiel demandent à Tandja de retirer sa confiance à Seini Oumarou

Des responsables du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, majorité) ont invité le Président Mamadou Tandja à « retirer sa confiance » au Premier ministre Seini Oumarou, au terme d’une grosse polémique qui s’est emparé du parti depuis l’incarcération fin juin 2008 de son président, l’ex-Premier ministre Hama Amadou.

« Nous demandons également à la majorité (parlementaire) d’en tirer les conséquences », a dit Moussa Idé, un des responsables du bureau politique national du MNSD, lisant une déclaration.

Cette déclaration intervient après la montée de la tension d’un cran entre des clans rivaux du même parti, constitués d’une part de ceux qui soutiennent le président intérimaire, Seini Oumarou, et ceux qui font allégeance au Président Hama Amadou.

Une réunion du bureau national convoquée dimanche par l’aile Oumarou a demandé à la présidence intérimaire du parti de convoquer un congrès extraordinaire « au plus tard en mars prochain » pour examiner les problèmes du MNSD, depuis l’emprisonnement de son président, mis en accusation pour la gestion de 100 millions FCFA destinés à la presse privée.

Le MNSD, qui a une cinquantaine de députés sur les 85 de la majorité parlementaire, est présenté comme le plus grand parti du Niger, qui tire son origine de l’ex-part Etat du même nom, crée à l’orée des années 1980, sous le régime militaire du général Ali Saibou.

En novembre 2008, au terme d’une longue crise de leadership, le Premier ministre Oumarou a été désigné au poste de président par intérim du MNSD, alors que le président élu, son prédécesseur Amadou, croupit en prison.

Dans un entretien téléphonique à APA, le secrétaire général du parti, Salah Habi, avait affirmé qu’« il n’y a pas eu de président intérimaire, mais plutôt de délégation de pouvoirs ».

« Les textes du parti ne consacrent pas un tel schéma, il s’agit d’un tandem, une sorte de cogestion, avec un cahier de charges comme feuille de route », a-t-il insisté.

La polémique va prendre une tournure judiciaire, en raison de la plainte déposée par certains responsables du MNSD contre des membres de l’Exécutif du parti, indique-t-on de sources proches de la formation politique dont est issu le Président Tandja.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé &agr[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAPA85453 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAPA85453 from 172.16.0.100