Extension Factory Builder
25/12/2008 à 01:47
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La troisième édition du Festival International Créole organisé du 6 au 13 décembre 2008 à travers l’Ile Maurice a été sans aucun doute l’un des évènements les plus significatifs de ’année 2008 dans ce pays.

Devenu un évènement annuel dans le calendrier républicain, ce festival regroupe toutes les personnes s’intéressant à la culture créole en provenance de l’Océan Indien, et des Caraïbes, des îles peuplées en majorité par des descendants d’esclaves. Le festival leur offre une plateforme pour partager leurs points de vue et les résultats de leurs recherches sur la culture et le mode de vie des Créoles.

Parmi les participants figurent des poètes, des écrivains, des chanteurs et des musiciens. Le festival dont le thème est : ’Liberté, Egalité et Fierté’ a été ouvert le 6 décembre à Ebene Cyber City, une ville situé à 15 km de Port Louis, la capitale mauricienne. S’adressant aux participants, le Vice-premier ministre et ministre mauricien du Tourisme, Xavier Luc Duval avait indiqué que ce festival était un grand moment de la culture créole et que le thème choisi cette année s’inscrivait parfaitement dans le cadre des manifestations marquant l’inscription sur la liste des sites du Patrimoine Mondial de l’Unesco, de ’La Morne Montagne’ en Ile Maurice, un endroit où se cachaient habituellement les esclaves abandonnés. Il a indiqué que ‘’la liberté symbolise le combat des Mauriciens pour la liberté, l’égalité des chances pour tous et la fierté pour "notre culture, notre façon de vivre et de s’habiller, notre architecture et notre alimentation". Duval a ensuite évoqué la participation de plusieurs Créoles mauriciens qui ont fait la fierté du pays à l’extérieur.

Parmi ces derniers on peut citer les écrivains Marcel Cabon et Rémi Ollier, le dirigeant politique Guy Rozemont, le chanteur et compositeur Serge Lebrasse, les sportifs Stephan Buckland et Bruno Julie. Il a, à ce propos, émis le souhait de voir le festival aller au-delà du concept de show pour avoir une dimension plus large.

Le Premier ministre, le Dr. Navin Chandra Ramgoolam a pour sa part souligné que l’identité créole était le ciment de la nation, où s’imbriquent toutes les cultures. "Nous sommes arrivés à bord de différents bateaux dans ce pays, mais aujourd’hui nous nous retrouvons tous ensemble dans le même bateau. Il n’y a pas une histoire pour les coolies venant de l’Inde et une autre pour les autres esclaves provenant de Madagascar, du Mozambique ou du Sénégal. Il y a une seule histoire qui est celle de l’Ile Maurice", a-t-il insisté.

M. Ramgoolam a ensuite expliqué la Loi sur l’Egalité des chances qui a été récemment votée par le parlement et qu’il a qualifiée de révolutionnaire. A cet égard, il a indiqué que la nouvelle loi allait donner à tous les mêmes chances et rendre tous les Mauriciens égaux. "Nous sommes tous différents, mais la loi nous donnera les mêmes chances et il nous appartiendra alors de saisir toutes les opportunités qui s’offrent à nous pour concrétiser nos ambitions", a-t-il indiqué. Selon Ramgoolam "il est important pour nous d’aller de l’avant et non de rester coller au passé. Mais il est tout aussi important que nous puissions jeter un regard en arrière pour voir d’où nous venons et ce que nous avons vécu, les épreuves que nous avons endurées, pour nous permettre de cheminer vers l’unité".

Ce festival, a ajouté Ramgoolam, va permettre à tous les Mauriciens de se débarrasser de leurs complexes et de regarder leur identité avec fierté.

Après la cérémonie d’ouverture, une conférence sur la ’Créolité’ a été organisée, avec la participation de Diana Ramasamy, une ethnologue antillaise qui a parlé des traditions orales dans les Caraïbes. Le Professeur Félix Prudent, de l’Université de Martinique a fait un rappel des origines du monde créole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Maurice

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui avaien[...]

Jean Claude de l'Estrac : "L'OIF a besoin de concret"

Candidat à la succession d'Abdou Diouf à la tête de la Francophonie, le Mauricien Jean Claude de l'Estrac se veut pragmatique. Il est temps, dit-il, de doter l'organisation d'instruments[...]

Francophonie : Jean - De l'Estrac, chaude ambiance...

Dans la course pour le secrétariat génaral de l'OIF, les relations ne sont pas vraiment à la franche cordialité entre la Canadienne Michaëlle Jean et le Mauricien Jean Claude de l'Estrac.[...]

Jackpot pour le melting-pot mauricien

Autochtones, descendants de colons ou expatriés, ils reflètent la diversité de l'île. Leur point commun : ils portent l'expérience et les investissements du pays sur les marchés[...]

Maurice : PMSD, MSM, les dindons de la farce

Si Paul Bérenger et Navin Ramgoolam arrivent à trouver un accord sur une refonte de la Constitution, ils seront les grands perdants. "Ils" ? Le Mouvement socialiste militant (MSM) de Pravind[...]

Maurice : Ramgoolam, l'héritier

C'est un séducteur. Mais si Navinchandra Ramgoolam occupe une place importante dans le coeur des Mauriciens, c'est surtout parce qu'il est le fils du père de l'indépendance, l'une des figures de la[...]

Maurice : Bérenger, le lion blanc

Il faut l'entendre raconter ses combats ou ses débuts agités en politique. Il faut le voir aussi, avec son visage de héros de BD - moustache blanche, regard mutin -, pour comprendre l'attachement[...]

Présidentielle mauricienne 2015 : vaudeville à Port Louis

Après s'être affrontés des années durant, le Premier ministre et le chef de l'opposition devraient s'allier en vue des élections de 2015. Le but de leurs entrevues parfois secrètes[...]

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Maurice : derrière la carte postale... le communautarisme

Grattez le vernis de l'île au métissage heureux, et un communautarisme très prononcé montrera vite le bout de son nez. Surtout à l'heure du vote.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers