Extension Factory Builder
21/12/2008 à 13:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté dimanche à Niamey pour réclamer la mise en place d’une transition politique de trois ans à partir du 22 décembre 2009, a constaté APA.

Les manifestants ont demandé aussi l’adoption d’une nouvelle constitution de type présidentiel et la prolongation du mandat des institutions nationales y compris celui du président Mamadou Tandja, qui devait quitter le pouvoir fin novembre 2009.

Le rassemblement qui a enregistré la participation de plusieurs militants du Mouvement national pour la société de développement (MNSD, pouvoir) ainsi que de citoyens, a été convoqué, dans le cadre de la commémoration des neuf ans d’accession au pouvoir du Président Tandja.

« Nous voulons d’une Constitution de type présidentiel, répondant au mieux à nos aspirations socioculturelles » indique le mémorandum rendu public, en marge de la manifestation. Les manifestants ont également suggéré à la classe politique nigérienne, la mise en place d’un gouvernement « d’entente nationale » avec la nécessité de l’organisation d’élections municipales, législatives et présidentielles en 2012, au lieu de fin 2009 comme prévu.

« Nous suggérons aux institutions de la république, à la classe politique et à la société civile une transition politique de trois ans soit du 22 décembre 2009 au 22 décembre 2012 » note le mémorandum. Pour que cette transition puisse « atteindre ses nobles missions », la déclaration a proposé le « maintien en l’état » de toutes les institutions du pays jusqu’en décembre 2012, invitant le Chef de l’État à accepter « cette noble proposition ».

Le mémorandum a également appelé le parlement à inscrire cette « préoccupation » à l’ordre du jour de sa prochaine session, prévue début 2009. Depuis quelques mois, les déclarations en faveur d’une prolongation du mandat du président Tandja se sont multipliées, avec en toile de fond divers meetings organisés dans toutes les huit régions du pays.

Mercredi dernier, le dirigeant nigérien s’est gardé de toute allusion à ces sollicitations, maintenant ainsi le suspens sur les intentions que la rumeur lui prête de se maintenir au pouvoir, dans son message à la nation livré à l’occasion du cinquantenaire de la république. Tandja n’a laissé entrevoir aucune idée sur les élections générales que le pays organisera fin novembre 2009.

Des comités de soutien se sont crées sous la bannière du « Tazartché » (terme haoussa qui signifie continuité ou prolongation), alors même que la constitution du Niger exclue une telle option, la durée du mandat présidentiel de cinq ans une fois renouvelable étant écartée de tout processus de révision de la loi fondamentale.

« De toutes les façons, Tandja ne veut pas d’un troisième mandat encore moins d’une prolongation. C’est l’œuvre de courtisans qui veulent préserver leurs intérêts personnels » a indiqué à APA Issoufou Assoumane, le président de l’Union des démocrates socialistes du Niger (UDSN), un parti de la majorité présidentielle. Selon M. Assoumane, « le président Tandja est un démocrate, il respectera son serment, il va respecter les clauses de la constitution (…) ses partisans, c’est le peuple nigérien ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

Exclusif : à qui profite l'uranium du Niger ?

L'uranium du Niger, au fond, à qui profite-t-il ? À cette question, qui continue de brûler bien des lèvres, Jeune Afrique s'attèle à donner des réponses dans son édition n°[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Niger : plainte de la famille de l'ex-président assassiné Maïnassara

La famille du président nigérien Ibrahim Baré Maïnassara, assassiné il y a quinze ans à Niamey, a annoncé avoir déposé une plainte devant une Cour ouest-africaine pour[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

Niger - États-Unis : une coopération militaire soutenue

Cette semaine Laurent Touchard* revient sur plusieurs décennies de coopération entre le Niger et les États-Unis.[...]

Les négociations entre Areva et Niamey "proches de la conclusion"

D'après Luc Oursel, patron d'Areva, les négociations sur le renouvellement des contrats d'exploitation des deux mines d'uranium du groupe au Niger sont "proches de la conclusion".[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Lune de miel franco-américaine au Sahel

Depuis les récentes interventions militaires françaises au Sahel, les relations entre la France et les États-Unis se sont considérablement réchauffées.[...]

Niger : quelle coopération sécuritaire avec l'Europe ?

Quatrième partie du grand dossier sur les Forces de défense et de sécurité du Niger (FDS), ce billet fait suite à celui consacré à la coopération sécuritaire entre[...]

Libye : les autorités nigériennes ont extradé Saadi Kaddafi vers Tripoli

Les autorités nigériennes ont remis Saadi Kaddafi au gouvernement libyen. Le fils de l'ancien "Guide" Mouammar Kaddafi vivait depuis fin 2011 dans une villa de Niamey.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces