Extension Factory Builder
19/12/2008 à 14:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les avis restent partagés sur le contenu du discours prononcé par le Président Mamadou Tandja, à l’occasion de la célébration jeudi du cinquantenaire de la république, plusieurs nigériens s’attendant à de «grandes annonces» dont le probable maintien au pouvoir du Chef de l’État, qui achève son deuxième et dernier mandat en novembre 2009.

Sous la bannière du « Tazartché », (terme haoussa qui signifie continuité ou prolongation), des Nigériens, dont des élus locaux, ont invité leur dirigeant à briguer un troisième mandat, en dépit de l’interdiction par la constitution d’une telle possibilité. Mamadou Tandja, qui n’a pas encore répondu à ces injonctions, a une fois de plus maintenu le suspens sur les intentions que la rumeur lui prête de se maintenir au pouvoir, son message du 18 décembre ne laissant entrevoir aucune idée sur les élections générales que le Niger organisera fin novembre 2009.

En lieu et place, il a seulement appelé ses concitoyens à implorer « Dieu afin qu’Il éloigne de nous les démons de la division et de la discorde, et qu’il renforce, en chacun de nous, les sentiments de fraternité et de solidarité, pour un Niger uni et prospère ». Mais, analyse, le sociologue Ibrahim Naroua, « en filigrane, Tandja semble dire que le pouvoir ne l’intéresserait pas ».

Lorsque le Chef de l’État nigérien soutient que « plus rien ne devrait entraver la marche du Niger vers des horizons encore plus radieux », le sociologue y voit « un discours, qui a force de bilan ». Un avis, que ne partage pas le journaliste Mahamadou Souley, pour lequel, le dirigeant nigérien « a manqué de belle occasion pour lever toute équivoque sur le Tazartché », à la veille de l’épilogue de son mandat ». Par ailleurs, constate le syndicaliste Seydou Manou, « de toute évidence, le processus démocratique entamé par le Niger ne devrait souffrir d’aucune velléité de ralentissement ».

Parmi ses objectifs fixés pour le Niger, Tandja a cité, entre autres, la consolidation de la démocratie, ce qui pour l’essentiel a été gagné, le pays étant « résolument engagé sur la voie du progrès ». Pour sa part, le chef de file de l’opposition, Mahamadou Issoufou, a affirmé sur la télévision nationale, que l’alternance est fort possible en Afrique.

«Globalement, la tendance générale (de l’alternance) est bonne, positive, les pays africains vont s’engager sur la voie de la démocratie », a-t-il affirmé. En attendant, les regards sont rivés sur la déclaration attendue du Président Tandja, pour le 21 décembre, date anniversaire de ses neuf ans d’accession au pouvoir.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Niger

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Niger : deuil national de trois jours après les manifestations meurtrières anti-"Charlie Hebdo"

Un deuil national de trois jours a été décrété par le gouvernement nigérien à compter de ce lundi en mémoire des dix personnes tuées lors des manifestations des 16[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAPA83412 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAPA83412 from 172.16.0.100