Extension Factory Builder
06/12/2008 à 17:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Bien que leur pays soit frappé par l’un des conflits les plus sanglants au monde au cours de ces deux dernières décennies et presque coupé du reste du monde, les Somaliens se servent du sport comme une sorte d’évasion face aux expériences dépressives qui rythment leur quotidien.

En 1991, lorsque le dernier gouvernement central de Somalie a été renversé, plongeant ce pays de la Corne de l’Afrique dans le chaos, l’anarchie et des guerres interminables, ses citoyens ont été privés de tous les services de base, comme les infrastructures, qui ont été complètement dévastées.

Dans ce pays sans loi, où beaucoup ont fait des armes à feu leur compagnon, où le vol en plein jour est monnaie courante, où l’injustice est légalisée et où tout régresse, les organisations sportives semblent cependant être encore actives.

On voit tous les jours des milliers de supporters et autres amateurs de sport se rendre au seul stadium encore fonctionnel de Mogadiscio, « la salle de basket-ball du 1er juillet », à la recherche d’un match quelconque.

Comme dans d’autres parties du monde, le football a été, jusque récemment, le sport le plus populaire en Somalie. Mais la fédération somalienne de football n’est pas en mesure de d’organiser le moindre match dans la capitale, le village olympique abritant le plus grand stade de football du pays, construit par les Chinois, étant transformé en base militaire, où des centaines de membres des forces éthiopiennes soutenant le gouvernement fédéral de transition de la Somalie ont installé leur quartier.

Le Stade Benadir, construit par les Italiens, est, en revanche, en cours de reconstruction. Résultat : le basket-ball a détrôné le foot pour devenir le sport-roi en Somalie. « Je viens ici même quand il n’y a pas de match. C’est le seul endroit sûr qui m’aide à échapper à d’autres problèmes dans la ville, parce que des combats peuvent éclater à tout moment à Mogadiscio », confie à APA Abdi Fitah Bashi, un garçon de 24 ans trouvé sur place entrain de suivre un match âprement disputé, entre les équipes masculines de Dekadaha et de Fero (91-66).

Des parents se sont tournés vers les vertus du sport pour préserver leur progéniture dans ce pays déchiré par la guerre. « J’ai insufflé le goût du sport à tous mes enfants. Certaines personnes étaient alors surprises. Mais aujourd’hui, je suis fier de ce que j’ai fait, parce qu’ils ne prennent ni les armes ni de la drogue », se réjouit un ancien joueur de l’équipe nationale de basket-ball, Batulo Hajji Nur, venu supporter son fils de 17 ans, Abdullah Yahye Mandaliif, sociétaire de Dekedaha.

Certains spectateurs estiment que la fréquentation des stades peut les aider à perdre leurs mauvaises habitudes.

Jeylani Abdulle, un ancien toxicomane handicapé, est d’avis que le fait de suivre un match de basket-ball l’empêche de manger du « qat », la feuille verte stupéfiante. Jeylani, âgé de 48 ans, déclare, quant à lui, que le sport « sauve la vie », précisant qu’il ne se drogue plus depuis près d’un an. Nombreux sont les jeunes joueurs ont fait du sport une sorte de refuse. « Le sport compte beaucoup pour moi, car il m’empêche d’être recruté (dans les milices). J’espère représenter prochainement la Somalie aux rendez-vous sportifs internationaux », souligne le sociétaire de Fero, Mohamed Ibrahim Osman (18 ans).

Parmi les spectateurs figurent des enfants âgés de 8 ans et moins. « Le vendredi est mon plus beau jour, car je viens regarder les matchs. Je vais à l’école coranique le reste de la semaine », déclare Farah Yusuf Omar, un garçon de 8 ans.

En dépit de l’engouement pour le sport, le responsable des relations internationales du Comité olympique somalien, Duran Ahmed Farah, estime que le sport est le seul département national du pays qui ne dispose pas d’une administration centrale depuis près de deux décennies. « Nous n’avons pas suffisamment de fonds, ni d’équipements. Nous ne disposons non plus d’un environnement sûr, ni de gouvernement performant. Mais notre esprit est vivant et notre participation aux compétitions sportives internationales pour représenter la Somalie nous coûte des millions », déclare à APA M. Farah.

Même si les athlètes somaliens participant aux jeux internationaux et continentaux rentrent toujours bredouilles, la présence de ce pays sur la scène sportive est un symbole. « En ce sens, les Jeux olympiques de Pékin de 2008 constituent le dernier évènement en date. La participation à une telle manifestation internationale a été symbolique pour tous les Somaliens », se réjouit le responsable des relations internationales du Comité olympique somalien.

Durant ces 18 années d’anarchie et de violence, le Comité olympique somalien ne cesse, avec l’aide des fédérations nationales, de s’appuyer sur le sport pour mettre un terme aux hostilités et réunifier le pays divisé en fiefs par les seigneurs de la guerre.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Somalie

Somalie : l'explosion d'une voiture piégée fait au moins cinq morts à Mogadiscio

Somalie : l'explosion d'une voiture piégée fait au moins cinq morts à Mogadiscio

L'explosion d'une voiture piégée à Mogadiscio a fait au moins cinq morts mercredi soir.[...]

Somalie : la prise de Barawe, nouveau coup dur pour les Shebab

Les opérations de sécurisation de la ville portuaire de Barawe, évacuée il y a quelques jours par les combattants shebab, se poursuivaient mardi.[...]

Les troupes somaliennes et de l'UA ont pris Barawe, dernier grand port tenu par les Shebab

L'armée somalienne et la force de l'Union africaine (Amisom) ont pris dimanche le contrôle de Barawe, dernier port somalien d'importance aux mains des islamistes somaliens shebab, crucial pour leur financement, ont[...]

Réchauffement climatique : la carte des 15 lieux les plus menacés d'Afrique

À l'occasion du sommet sur le climat organisé le 23 septembre à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "Jeune Afrique" publie sa carte des 15 lieux les plus[...]

Élimination du chef des shebab : Hollande a coopéré avec Washington

Les services de renseignement français ont coopéré avec Washington pour l'opération qui a conduit à la mort du chef des islamistes somaliens shebab, Ahmed Abdi "Godane", tué[...]

Somalie : dix choses à savoir sur Ahmed Umar Abou Oubaïda, le nouveau chef des Shebab

Ahmed Umar Abou Oubaïda a été désigné nouveau chef des Shebab après la mort de leur ancien leader, Ahmed Abdi Godane, tué la semaine dernière par une frappe[...]

Somalie : un attentat suicide des Shebab contre un convoi de l'Amisom fait douze morts

Douze civils ont péri dans l'attentat à la voiture piégée dont a été victime lundi un convoi de l'Amison en Somalie. Une attaque qui intervient une semaine après la mort du chef des[...]

HRW dénonce le viol et l'exploitation sexuelle de Somaliennes par des soldats de l'Amisom

Des soldats de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom) ont abusé et exploité sexuellement des femmes et jeunes filles somaliennes sur leurs bases de Mogadiscio, affirme l’ONG Human Rights[...]

Somalie : les Shebab désignent un nouveau chef

Les islamistes shebab somaliens ont désigné un nouveau chef, Ahmed Umar Abou Oubaïda, après la mort de leur chef suprême, tué lundi par des missiles américains en Somalie, où[...]

La Somalie se prépare à des attaques des Shebab après la mort de leur chef

Le gouvernement somalien a affirmé samedi se préparer à une vague d'attaques des islamistes shebab après la mort de leur chef, tué par une frappe aérienne américaine en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers