Extension Factory Builder
12/04/2014 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Brad Pitt et Rachel Boynton lors de la promotion de 'Big Men', le 26 mars 2014, à Los Angeles. Brad Pitt et Rachel Boynton lors de la promotion de "Big Men", le 26 mars 2014, à Los Angeles. © Kevin Winter/AFP

La cinéaste américaine Rachel Boynton a mis presque dix ans à réaliser un documentaire consacré à la production de pétrole en Afrique de l'Ouest, "Big Men", un film produit par Brad Pitt et encensé par la critique.

Produit par l'acteur Brad Pitt, le film montre notamment, fait rare, le conseil d'administration d'une compagnie pétrolière américaine s'apprêtant à lancer l'exploitation de nouveaux gisements découverts au Ghana.

On y voit aussi des activistes de la région pétrolifère du Delta du Niger, dans le sud du Nigeria, dont l'insurrection avait entravé la production de brut jusqu'à la signature d'un accord d'amnistie en 2009.

"Big Men" a été présenté l'année dernière en avant-première au Festival du film de Tribeca de New York et est sorti en salles aux Etats-Unis le mois dernier.
"Si (le film) devait avoir une conclusion, ce serait simplement: chacun ne pense qu'à soi", a expliqué Mme Boynton dans un entretien à l'AFP.

Le Nigeria, dont les importants revenus pétroliers ont été largement érodés par des décennies de corruption, était censé être le sujet principal du film.
Mais quand la société texane Kosmos Energy a commencé à s'investir dans le forage de puits offshore au large du Ghana, la cinéaste a décidé d'inclure ce pays dans son film.

"La partie du film qui se déroule au Ghana concerne vraiment un conflit entre un gouvernement et une compagnie", explique-t-elle. "Et le conflit au Nigeria est vraiment un conflit entre un gouvernement et son peuple".

>> Lire : Soupçons de corruption pétrolière au Ghana sous l'ère Kufuor

"Pas un autre Nigeria"

Des comparaisons sont souvent faites entre les deux anciennes colonies britanniques, le Ghana et le Nigeria, en particulier depuis que le premier a commencé à produire du brut fin 2010.

Quant au Nigeria, premier producteur de brut d'Afrique, il est pour beaucoup l'exemple même des ravages que peut entraîner l'or noir pour un pays s'il est mal géré. Au Ghana, des responsables officiels, des entreprises privées et des personnalités de la société civile soulignent avec insistance dans le film que leur pays ne doit pas devenir un autre Nigeria.

>> Lire Delta du Niger : une marée noire en continu

Le Ghana produit actuellement environ 100.000 barils par jour - soit moins que la quantité volée quotidiennement au Nigeria, qui a extrait environ deux millions de barils par jour en 2013. Malgré quelques incidents mineurs, le Ghana a jusqu'à présent été loué pour la gestion de son secteur pétrolier naissant : pas d'insurrection dans sa région productrice de pétrole, adoption de loi destinées à promouvoir la transparence et assurer la répartition équitable des revenus pétroliers...

Pour Mme Boynton, il est trop tôt pour dire si ces lois ont porté leurs fruits. "Il n'y a aucun moyen de connaître la réponse à cette question avant, je dirais, une dizaine d'années", déclare-t-elle. "Tous ceux à qui j'ai parlé au Ghana semblent avoir une vraie volonté (...) de faire les choses correctement".

Nature humaine

Au Nigeria, cet optimisme a disparu depuis longtemps. Les scandales de corruption retentissants liés au pétrole sont innombrables. Un exemple récent met en évidence l'effet fâcheux de ces pratiques.

L'ancien gouverneur de la Banque centrale, Lamido Sanusi, a été limogé récemment après avoir accusé la compagnie pétrolière nationale d'avoir détourné 20 milliards de dollars (14,5 milliards d'euros) de revenus pétroliers pour 2012-2013. Le gouvernement a prétendu que M. Sanusi a été renvoyé pour avoir commis des "imprudences financières". Nombre d'observateurs soupçonnent qu'il a en fait été victime d'une vengeance politique parce qu'il avait osé révéler l'étendue de la corruption à haut niveau.

Quant à l'amnistie accordée aux militants du Delta du Niger, qui a fait retomber la violence, les analystes craignent que les troubles ne reprennent quand l'accord, qui prévoyait également d'importantes compensations pour les dirigeants de l'insurrection, arrivera à expiration en 2015.

Filmer les insurgés du Delta était bien plus compliqué que d'obtenir le consentement de filmer chez Kosmos. Mais Mme Boynton a réussi, alors même que les groupes armés de la région n'acceptent généralement pas de femmes dans leurs camps.

Bien qu'il décrive l'interaction entre des sociétés américaines, des gouvernements africains et des insurgés du pétrole, "ce n'est pas un film qui arrive à une espèce de conclusion politique sur l'équité d'un contrat en particulier", assure Mme Boynton. "C'est un film sur la nature humaine".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Nigeria

'La torture fait partie du système de maintien de l'ordre au Nigeria', dénonce Amnesty

"La torture fait partie du système de maintien de l'ordre au Nigeria", dénonce Amnesty

Selon un rapport Amnesty International rendu public jeudi, les cas de tortures au sein des forces de sécurités au Nigeria "vont  bien au-delà de ceux dont sont victimes les membres de Boko Haram"[...]

Ebola : l'OMS dénonce le marché noir de "sang de survivant"

Dans la lutte contre le virus Ebola, qui a déjà fait 2 630 morts, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la recherche d'un sérum a provoqué des effets pervers.[...]

Nigeria : 25 villes seraient sous la coupe de Boko Haram

Selon un évêque catholique du nord-est du Nigeria, les terroristes de Boko Haram ont pris le contrôle d'au moins 25 villes de cette région.[...]

Nigeria : le bilan de l'effondrement d'un édifice religieux porté à 80 morts

Le nombre de victimes après l'effondrement d'un immeuble, le 12 septembre à Lagos, capitale économique du Nigeria, vient d'être porté à 80, selon un dernier bilan communiqué jeudi[...]

Ebola : le Sierra Leone va confiner sa population pendant trois jours

Le Sierra Leone s'apprête à lancer une opération géante de porte-à-porte à destination de ses six millions d'habitants. La population est invitée, à partir de jeudi soir,[...]

Qatar National Bank en Afrique, maintenant, c'est du sérieux !

L'entrée du groupe qatari dans le capital d'Ecobank a surpris tout le monde. Et selon les analystes, ce n'est qu'un début... Les géants du continent se laisseront-ils faire ?[...]

Nigeria : Boko Haram attaque une école à Kano, au moins 13 morts

L'attaque d'un campus de Kano, dans le nord du Nigeria, mercredi par des éléments présumés de Boko Haram a fait au moins 13 morts et 34 blessés.[...]

Nigeria : afflux de réfugiés fuyant Boko Haram, le HCR tire la sonnette d'alarme

De plus en plus de civils fuient les combats dans le nord-est du Nigeria pour se réfugier dans les pays voisins. Mardi, le HCR a lancé un appel aux dons de 34 millions de dollars pour aider 75 000 [...]

Nigeria : un tribunal militaire condamne à mort douze soldats pour mutinerie

Douze militaires nigérians qui avaient tiré contre leur officier à Maiduguri (Nord-Est), fief historique de Boko Haram, ont été condamnés à mort mardi pour mutinerie.[...]

Nigeria : 40 morts dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

Quarante personnes ont été tuées dans l'effondrement vendredi d'un immeuble appartenant à l'Eglise de l'un des plus célèbres télévangélistes nigérians, selon[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex