Extension Factory Builder
17/08/2013 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, le 15 août à Tunis. Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, le 15 août à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Le puissant syndicat UGTT a sommé jeudi les islamistes au pouvoir en Tunisie, mais aussi leurs détracteurs, de résoudre la crise politique déclenchée trois semaines plus tôt par l'assassinat d'un opposant, les deux camps persistants à rejeter leurs revendications respectives.

Le puissant syndicat UGTT a sommé jeudi les islamistes au pouvoir en Tunisie, mais aussi leurs détracteurs, de résoudre la crise politique déclenchée trois semaines plus tôt par l'assassinat d'un opposant, les deux camps persistants à rejeter leurs revendications respectives.

L'UGTT, forte de 500.000 membres et capable de paralyser le pays par des grèves, a appelé dans un communiqué "toutes les parties à plus d'interaction (...) à cesser de gaspiller du temps et à accélérer la quête d'une solution consensuelle".

La centrale syndicale a aussi souligné que les deux camps doivent "travailler pour enrayer la spirale de violence qui menace", l'essor de la mouvance salafiste ne cessant de déstabiliser le pays, d'autant que la Tunisie est aussi "menacée d'une catastrophe économique et sociale". L'UGTT, qui entretient des relations très crispées avec les islamistes d'Ennahda, a eu des mots particulièrement durs envers le pouvoir dénonçant sa "lenteur" à répondre "aux demandes populaires et politiques" comme il l'avait promis et l'accusant de "fuite en avant et de creuser la crise".

Ce réquisitoire intervient alors que des négociations entre le syndicat et le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, doivent avoir lieu lundi. Le dirigeant islamiste et l'opposition ont une nouvelle fois rejeté jeudi les revendications du camp d'en face, trois semaines après l'assassinat du député Mohamed Brahmi.

Selon M. Ghannouchi, le gouvernement apolitique et la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC) réclamés par la coalition d'opposition constituent "un danger pour le pays, le pousserait vers le vide, l'anarchie et achèverait l'expérience démocratique en Tunisie".

De leurs côtés, les opposants ont de nouveau exclu tout dialogue avec Ennahda tant qu'un tel gouvernement ne serait pas formé. L'hétéroclite coalition a aussi rejeté une fois de plus la proposition d'Ennahda d'un cabinet "d'union nationale" regroupant tous les partis politiques.

"Nous n'appelons pas à l'anarchie, nous prenons en compte le fait que notre pays est face au danger du terrorisme et de l'effondrement économique", a jugé Mongi Rahoui, député et figure en vue de la contestation. Il a assuré que "les protestations et les sit-in ne vont s'arrêter qu'en cas de (...) formation d'un gouvernement de salut national d'indépendant et formé sur des critères de compétences".

L'opposition a annoncé mardi le début d'une campagne "dégage" --mot d'ordre de la révolution de 2011-- visant les autorités locales, et qui doit culminer avec la chute du gouvernement la semaine du 24 août. La coalition est parvenue à mobiliser des dizaines de milliers de personnes à Tunis les 6 et 13 août, mais la participation aux manifestations quotidiennes devant l'ANC s'est largement réduite depuis la fin du ramadan le 7 août.

L'UGTT s'est retrouvée à contrecœur dans le rôle de médiateur entre Ennahda et l'opposition après que le président de la Constituante a gelé le 6 août les travaux de l'Assemblée, et demandé à la centrale syndicale d'assumer son "rôle historique" en parrainant des pourparlers. Le syndicat a adopté pour sa part une position médiane en militant jusqu'à présent pour un gouvernement de technocrates et le maintien de l'ANC.

Le gouvernement actuel est accusé d'avoir failli sur le plan sécuritaire face à l'essor de la mouvance salafiste, mais aussi dans le domaine économique, alors que les revendications sociales étaient au cœur de la révolution de janvier 2011. Un premier cabinet dirigé par Ennahda avait déjà dû démissionner après l'assassinat d'un opposant en février.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex