Extension Factory Builder
17/08/2013 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, le 15 août à Tunis. Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, le 15 août à Tunis. © Fethi Belaid/AFP

Le puissant syndicat UGTT a sommé jeudi les islamistes au pouvoir en Tunisie, mais aussi leurs détracteurs, de résoudre la crise politique déclenchée trois semaines plus tôt par l'assassinat d'un opposant, les deux camps persistants à rejeter leurs revendications respectives.

Le puissant syndicat UGTT a sommé jeudi les islamistes au pouvoir en Tunisie, mais aussi leurs détracteurs, de résoudre la crise politique déclenchée trois semaines plus tôt par l'assassinat d'un opposant, les deux camps persistants à rejeter leurs revendications respectives.

L'UGTT, forte de 500.000 membres et capable de paralyser le pays par des grèves, a appelé dans un communiqué "toutes les parties à plus d'interaction (...) à cesser de gaspiller du temps et à accélérer la quête d'une solution consensuelle".

La centrale syndicale a aussi souligné que les deux camps doivent "travailler pour enrayer la spirale de violence qui menace", l'essor de la mouvance salafiste ne cessant de déstabiliser le pays, d'autant que la Tunisie est aussi "menacée d'une catastrophe économique et sociale". L'UGTT, qui entretient des relations très crispées avec les islamistes d'Ennahda, a eu des mots particulièrement durs envers le pouvoir dénonçant sa "lenteur" à répondre "aux demandes populaires et politiques" comme il l'avait promis et l'accusant de "fuite en avant et de creuser la crise".

Ce réquisitoire intervient alors que des négociations entre le syndicat et le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, doivent avoir lieu lundi. Le dirigeant islamiste et l'opposition ont une nouvelle fois rejeté jeudi les revendications du camp d'en face, trois semaines après l'assassinat du député Mohamed Brahmi.

Selon M. Ghannouchi, le gouvernement apolitique et la dissolution de l'Assemblée nationale constituante (ANC) réclamés par la coalition d'opposition constituent "un danger pour le pays, le pousserait vers le vide, l'anarchie et achèverait l'expérience démocratique en Tunisie".

De leurs côtés, les opposants ont de nouveau exclu tout dialogue avec Ennahda tant qu'un tel gouvernement ne serait pas formé. L'hétéroclite coalition a aussi rejeté une fois de plus la proposition d'Ennahda d'un cabinet "d'union nationale" regroupant tous les partis politiques.

"Nous n'appelons pas à l'anarchie, nous prenons en compte le fait que notre pays est face au danger du terrorisme et de l'effondrement économique", a jugé Mongi Rahoui, député et figure en vue de la contestation. Il a assuré que "les protestations et les sit-in ne vont s'arrêter qu'en cas de (...) formation d'un gouvernement de salut national d'indépendant et formé sur des critères de compétences".

L'opposition a annoncé mardi le début d'une campagne "dégage" --mot d'ordre de la révolution de 2011-- visant les autorités locales, et qui doit culminer avec la chute du gouvernement la semaine du 24 août. La coalition est parvenue à mobiliser des dizaines de milliers de personnes à Tunis les 6 et 13 août, mais la participation aux manifestations quotidiennes devant l'ANC s'est largement réduite depuis la fin du ramadan le 7 août.

L'UGTT s'est retrouvée à contrecœur dans le rôle de médiateur entre Ennahda et l'opposition après que le président de la Constituante a gelé le 6 août les travaux de l'Assemblée, et demandé à la centrale syndicale d'assumer son "rôle historique" en parrainant des pourparlers. Le syndicat a adopté pour sa part une position médiane en militant jusqu'à présent pour un gouvernement de technocrates et le maintien de l'ANC.

Le gouvernement actuel est accusé d'avoir failli sur le plan sécuritaire face à l'essor de la mouvance salafiste, mais aussi dans le domaine économique, alors que les revendications sociales étaient au cœur de la révolution de janvier 2011. Un premier cabinet dirigé par Ennahda avait déjà dû démissionner après l'assassinat d'un opposant en février.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Le musée du Bardo de Tunis réouvrira vendredi pour les élèves et lundi pour le grand public

Après un premier report, le musée du Bardo de Tunis doit finalement rouvrir ses portes aux écoliers et lycéens vendredi et exceptionnellement au public lundi, plus d'une semaine après les[...]

Tunisie - Attentat du Bardo : AQMI derrière l'attentat ?

L'Etat islamique avait déjà revendiqué l'attentat du musée du Bardo, responsable de la mort de 21 personnes le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Terrorisme en Tunisie : comme une pieuvre étend ses tentacules...

Après Aqmi ou Ansar al-Charia, c'est au tour de Daesh, implanté dans la Libye voisine, de menacer la Tunisie.[...]

Forum social mondial - Alaa Talbi : "Les institutions restent fragiles en Tunisie"

Moins d'une semaine après l'attentat meurtrier du musée du Bardo, Tunis accueille du 24 au 28 mars le Forum social mondial. L’événement devrait réunir plus de 70 000 personnes.[...]

Tunisie : la réouverture du musée du Bardo reportée pour raisons de sécurité

Après avoir annoncé que le musée du Bardo allait rouvrir ses portes au public mardi, les autorités tunisiennes ont finalement décidé de le maintenir fermé pour raisons de[...]

Attentat du Bardo : le musée de l'horreur

Depuis 2012, les attaques jihadistes étaient circonscrites au centre et à l'ouest du pays. Mais ce 18 mars, les terroristes ont choisi de frapper le musée du Bardo, en plein coeur de Tunis.[...]

Attentat du Bardo : le gouvernement tunisien passe à l'offensive

Des sanctions avaient été promises. Lundi, le Premier ministre a limogé les chefs de la police et du musée du Bardo. Le président Béji Caïd Essebsi s'en est, lui, pris à[...]

Électrochoc

Treize ans après l'attentat contre la synagogue de la Ghriba, à Djerba (19 morts, dont 14 touristes, lire pp. 10-14), la tragique attaque contre le Musée du Bardo, à Tunis, ce[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130817104523 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130817104523 from 172.16.0.100