Extension Factory Builder
17/08/2013 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 1er août 2013 à Harare. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 1er août 2013 à Harare. © AFP

Morgan Tsvangirai, candidat malheureux à l'élection présidentielle du 31 juillet au Zimbabwe, a renoncé vendredi à porter en justice les fraudes électorales massives qu'il dénonce, ouvrant définitivement la voie à l'exercice d'un nouveau mandat du président Robert Mugabe, réélu à 89 ans.

Morgan Tsvangirai, candidat malheureux à l'élection présidentielle du 31 juillet au Zimbabwe, a renoncé vendredi à porter en justice les fraudes électorales massives qu'il dénonce, ouvrant définitivement la voie à l'exercice d'un nouveau mandat du président Robert Mugabe, réélu à 89 ans.

M. Mugabe, au pouvoir sans discontinuer depuis 33 ans, a été réélu au premier tour avec 61% des voix, contre 34% à M. Tsvangirai. Son parti a en outre remporté plus des deux-tiers des sièges au parlement. "Le Premier ministre (Tsvangirai) a retiré sa plainte", a déclaré Douglas Mwonzora, porte-parole du MDC (Mouvement pour un changement démocratique), le parti de M. Tsvangirai. "La raison principale est que le procès allait être une parodie de justice".

Le MDC n'a notamment pas obtenu de la Commission électorale d'importants documents qui lui aurait permis d'étayer sa plainte et de prouver les fraudes. Battu dans les urnes, M. Tsvangirai s'était promis d'explorer toutes les voies légales pour faire reconnaître les manipulations massives des listes électorales, dénoncées par son parti et par des observateurs locaux.

Mais lundi, Robert Mugabe avait conseillé à ceux qui contestent sa victoire d'"aller se faire pendre", ajoutant du ton assuré dont il est coûtumier: "Nous ne reviendrons jamais sur notre victoire".

Face à ce qu'il considère comme la machine du pouvoir en marche contre lui, M. Tsvangirai abandonne donc également l'idée de contester par la voie juridique la victoire du vieux président Mugabe, au pouvoir depuis l'indépendance de cette ex-colonie britannique.

Cohabitation contre nature

Les pays occidentaux, qui n'avaient pas pu envoyer d'observateurs, ont crié à la fraude, ainsi que le Botswana, seul pays africain à donner de la voix. Le président sud-africain Jacob Zuma a en revanche chaudement félicité M. Mugabe.

L'Union africaine et la SADC, l'organisation régionale d'Afrique australe, qui avaient envoyé des observateurs sur place, ont validé l'élection. Un sommet des chefs d'Etat de la SADC est convoqué samedi et dimanche au Malawi, et pourrait définitivement apporter à Robert Mugabe la caution de ses pairs. Ce scrutin devait mettre fin à une cohabitation contre nature entre les deux hommes, M. Tsvangirai étant le Premier ministre du président Mugabe depuis 2009. Ce gouvernement dit "d'union nationale" avait été imposé par la communauté internationale à la suite des élections de 2008.

A l'époque, M. Tsvangirai était arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, sans atteindre la barre des 50%. Entre les deux tours, les partisans du président avaient déclenché une campagne de terreur qui avait fait près de 200 morts parmi les supporteurs de Tsvangirai. Ce dernier avait finalement retiré sa candidature pour éviter une guerre civile, abandonnant sans combattre la victoire au chef de l'Etat.

Après cette nouvelle défaite, Morgan Tsvangirai a estimé que les élections du 31 juillet étaient "une énorme farce" et a exigé une vérification par la justice des listes électorales, des bulletins de vote et des certificats d'inscription des électeurs. Les listes électorales n'ont été rendues publiques qu'à la veille du scrutin, ce qui a rendu impossible toute vérification ou tout recours.

Or, le MDC affirme avoir des preuves de doubles ou triples inscriptions sur les registres. Par ailleurs, de nombreux électeurs n'ont pas pu voter faute de trouver leur nom sur les registres, d'autres ne se sont pas rendus dans le bon bureau de vote, d'autres encore n'avaient pas les documents d'identité requis.

Le Zimbabwe Election Support Network, un organisme indépendant de contrôle du scrutin, a par exemple évoqué "un effort systématique pour priver un million de personnes de leur droit de vote". Il estime que plus de 750.000 électeurs étaient absents des listes électorales dans les villes, bastions de M. Tsvangirai.

Selon la Cour électorale, près de 305.000 personnes ont été empêchées de voter. Près de 3,5 millions de personnes ont accompli leur devoir électoral sur environ 6,4 millions d'électeurs inscrits.

Dans les documents judiciaires consultés par l'AFP, le MDC affirmait également qu'une société israélienne a été payée 10,5 millions de dollars pour manipuler les listes électorales.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Zimbabwe

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983. De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimba[...]

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers