Extension Factory Builder
10/08/2013 à 10:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 1er août 2013 à Harare. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, le 1er août 2013 à Harare. © AFP

Le MDC, le parti du Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai a déposé vendredi un recours contre le résultat des élections du 31 juillet, qui ont vu la réélection du président Robert Mugabe, et dont il a jugé le déroulement frauduleux.

"Le Mouvement pour le changement démocratique a déposé son recours", a déclaré Douglas Mwonzora, le porte-parole du parti de M. Tsvangirai, à des journalistes devant la Cour constitutionnelle à Harare où ses avocats venaient de remettre leur dossier. "La prière que nous adressons, c'est que cette élection soit déclarée nulle et non avenue (...), et aussi qu'une nouvelle élection soit organisée dans les 60 jours", a-t-il ajouté.

"Nous allons présenter de bonnes preuves, de notre point de vue. Certaines seront des preuves orales", a-t-il noté.

L'affaire doit être entendue mercredi. "La personne jugée n'est pas le Mouvement pour le changement démocratique. La personne jugée est M. Mugabe et son gouvernement. C'est aussi la Commission électorale du Zimbabwe et, j'ose le dire, le système judiciaire du Zimbabwe", a accusé M. Mwonzora.

"Une énorme farce"

La Commission électorale du Zimbabwe a déclaré Robert Mugabe vainqueur de la présidentielle avec 61% des voix contre 34% à Morgan Tsvangirai, tandis que le parti du président a remporté plus des deux tiers des sièges à l'Assemblée nationale.

Morgan Tsvangirai a estimé que ces élections étaient "une énorme farce" et a exigé une vérification par la justice des listes électorales, des bulletins de vote et des certificats d'inscription des électeurs. Les listes électorales n'ont été rendues publiques qu'à la veille du scrutin, ce qui a rendu impossible toute vérification ou tout recours.

Or, le MDC a des preuves de doubles ou triples inscriptions sur les registres, selon Douglas Mwonzora, qui exige que soient publiés les résultats des élections circonscription par circonscription. De nombreux électeurs n'ont pas pu voter faute de trouver leur nom sur les registres, d'autres ne se sont pas rendus dans le bon bureau de vote, d'autres encore n'avaient pas les documents d'identité requis.

Le Zimbabwe Election Support Network, un organisme indépendant de contrôle du scrutin, a par exemple évoqué "un effort systématique pour priver un million de personnes de leur droit de vote". Il estime que plus de 750.000 électeurs étaient absents des listes électorales dans les villes, bastions de M. Tsvangirai. Selon la Cour électorale, près de 305.000 personnes ont été empêchées de voter. Près de 3,5 millions de personnes ont accompli leur devoir électoral sur environ 6,4 millions d'électeurs inscrits.

Fraudes

Dans les documents judiciaires consultés par l'AFP, le MDC affirme également qu'une société israélienne a été payée 10,5 millions de dollars pour manipuler les listes électorales. "Ce qui est plus inquiétant, c'est l'implication d'une entreprise israélienne, Nikuv Projects International, dans la constitution, la gestion et la manipulation des listes électorales", écrit le parti de Morgan Tsvangirai.

Tandis que l'Union africaine a adoubé le scrutin, les observateurs de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) se sont surtout réjouis de ce qu'il ait été libre et se soit déroulé sans violences. Ils ne sont toutefois pas allés jusqu'à le qualifier d'"honnête", mais n'ont pas estimé qu'il y avait suffisamment d'éléments à charge pour une annulation.

Les pays occidentaux, qui n'avaient pas pu envoyer d'observateurs, ont crié à la fraude, ainsi que le Botswana, seul pays africain à donner de la voix.

Les élections générales du 31 juillet devaient mettre fin à un fragile gouvernement de cohabitation formé sous la pression des pays voisins il y a quatre ans par MM. Mugabe et Tsvangirai afin de redresser l'économie du pays et de lui éviter une guerre civile après une campagne électorale très violente en 2008.

(AFP)

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Zimbabwe

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

À la tête de l'Union africaine, Robert Mugabe en profite pour plaider ses causes dans le monde entier

De retour sur le devant de la scène internationale depuis qu'il occupe la présidence tournante de l'Union africaine, le chef de l'État zimbabwéen, Robert Mugabe, multiplie les voyages et profite de tout[...]

Zimbabwe : quand Mugabe se change en "Miss Roberta"

Résignés, les internautes zimbabwéens s’attardent davantage sur les photographies de leur président que sur sa politique. Sur le dernier cliché à la mode, Robert Mugabe semble[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Zimbabwe - 18 avril 1980 : Bob Marley et Mugabe célèbrent l'indépendance de la dernière colonie européenne d'Afrique

Le Zimbabwe est le dernier pays du continent à se libérer du joug du colonisateur occidental. Une indépendance arrachée dans la douleur après plus de dix années de lutte armée.[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Une "fille-de" à la tête du Zimbabwe ?

Dans sa stratégie de monarchisation du pouvoir zimbabwéen, Robert Mugabe change son fusil d’épaule. À mots couverts et visages découverts, il met en lumière l’alternative[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Zimbabwe : Robert Mugabe, l'homme qui n'aimait pas les Blancs (et inversement)

Diabolisé par les Européens, le président du Zimbabwe et de l'Union africaine, Robert Mugabe, incarne jusqu'à l'obsession le rejet des anciens colons, de l'Occident et de ses diktats. Pourquoi[...]

Zimbabwe : Mugabe, un Castro africain

Ce sont les deux ultimes dinosaures de l'ère anti-impérialiste, les oubliés du grand dégel qui a suivi la chute du mur de Berlin. Même âge, ou presque, même personnalité[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers