Extension Factory Builder
04/08/2013 à 10:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président togolais Faure Gnassingbe le 25 juillet 2013 à Lomé. Le président togolais Faure Gnassingbe le 25 juillet 2013 à Lomé. © AFP

Un millier de militants et sympathisants de l'opposition ont manifesté samedi à Lomé pour protester contre les résultats provisoires des élections législatives du 25 juillet, donnant une majorité absolue à l'Union pour la république (Unir, au pouvoir), a constaté l'AFP.

Selon les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni), l'Unir a obtenu 62 des 91 sièges à pourvoir. Le Collectif Sauvons le Togo (CST), le principal regroupement de partis d'opposition arrive en deuxième place avec 19 députés, devançant nettement la Coalition Arc-en Ciel - un autre regroupement de partis d'opposition - qui n'obtient que six sièges.

Le CST avait qualifié de "mascarade électorale sur fond de corruption massive et de fraudes électorales avérées", ces résultats. Les observateurs de l'Union africaine et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont pour leur part estimé que les élections s'étaient déroulées dans des conditions acceptables.

"Nous devons nous remobiliser"

A l'appel du CST et du Front républicain pour l'alternance et le changement (Frac) - une autre coalition de partis d'opposition - les manifestants ont sillonné en fin de matinée des rues de la capitale avant d'assister à un meeting à la plage. C'est la première manifestation de l'opposition après la proclamation des résultats des législatives.

"La marche vise surtout protester contre les résultats provisoires de la Céni et à expliquer à la population la situation créée par ces résultats frauduleux", a déclaré à des journalistes Jean Pierre Fabre, président de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) et membre du CST. "C'est une marche de remobilisation. Nous devons nous remobiliser pour la suite de la conduite à tenir", a-t-il indiqué, soulignant que son parti n'a pas déposé de recours devant la Cour constitutionnelle.

"Nous n'avons pas déposé de recours devant la Cour constitutionnelle. Il n'est pas nécessaire de saisir cette Cour qui viole quotidiennement les lois de la république et les droits de l'homme", a ajouté M.Fabre.

Lent cheminement vers la démocratie

Les résultats publiés par la Céni doivent encore être vérifiés par la Cour constitutionnelle qui proclamera les résultats définitifs, après avoir statué sur tous les recours.

Organisées à deux ans de la prochaine présidentielle, ces législatives constituent une nouvelle étape d'un lent cheminement vers plus de démocratie, le Togo ayant été gouverné d'une main de fer par le président Gnassingbé Eyadéma de 1967 jusqu'à sa mort en 2005.

Porté au pouvoir par l'armée, son fils Faure Gnassingbé lui a succédé en 2005. Il a remporté en 2005 puis en 2010 des scrutins présidentiels dont les résultats ont été contestés par l'opposition.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Togo

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5 m[...]

Vers une présidentielle en avril au Togo ?

Dans un climat politique tendu, la Cour constitutionnelle doit néanmoins annoncer sans tarder la date du prochain scrutin présidentiel. On se dirigerait vers une élection en avril.[...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Togo : qui exploitera le mégagisement de Kpémé ?

Désignés en 2012, dans le cadre d'un appel d'offres, trois candidats pour l'exploitation du gisement carbonaté de Kpémé ont dû déposer des offres initiales[...]

Goodluck Jonathan, Laurent Gbagbo, Alpha Condé... Ils seront au coeur de l'actualité en 2015

Qui sera président du Burkina Faso dans un an ? La chute de Blaise Compaoré aura-t-elle un effet au Togo ? Quel sera l'impact de Boko Haram sur le vote des Nigérians ? Qui affrontera Alassane Ouattara[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Togo : les trois réformes que l'opposition réclame à cor et à cri

À quelques mois de l'élection présidentielle de 2015, pouvoir et opposition se déchirent sur la question des réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les modifications[...]

Togo : l'opposition appelle à de nouvelles manifestations

L'opposition togolaise a appelé jeudi à un rassemblement "massif" et réclamé une réforme de la Constitution qui n'empêche pas en l'état le président Faure[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130804103958 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130804103958 from 172.16.0.100