Extension Factory Builder
04/08/2013 à 10:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des supporteurs gabonais du PSG lors du Trophée des champions à Libreville, le 3 août 2013. Des supporteurs gabonais du PSG lors du Trophée des champions à Libreville, le 3 août 2013. © AFP

Le PSG a eu chaud ! Le club de la capitale a mis le temps mais a finalement renversé Bordeaux (2-1) dans les dernières secondes pour s'emparer du Trophée des Champions 2013, samedi à Libreville.

Le PSG avait perdu ses trois derniers Trophées des Champions aux tirs au but, Et c'est Alex, d'une tête sur un coup franc de Lucas dans les dernières secondes du match, qui évitait aux siens la loterie finale. Derrière l'OL et ses 7 Trophées des Champions, Paris se détache désormais avec trois titres.

Mais quel soulagement pour le "Qatari SG" ! "Commencer à Libreville, c'est un peu original, mais c'est un match à gagner, un trophée, avait relevé Laurent Blanc. Paris a cette volonté de gagner tous les trophées qui se présentent à lui". Le successeur de Carlo Ancelotti sur le banc parisien pouvait souffler au coup de sifflet final.

Loin de la touffeur tropicale que les équipes pouvaient craindre, le climat était agréable, même si une pause pour s'hydrater a été mise en place à la mi-temps de chaque période. Mais le match ne s'est vraiment animé que sur la fin.

Cavani absent

Longtemps, Paris a eu le ballon, mais pour quoi faire ? Il évoluait dans un rythme émollient, plus proche d'un amical ou quelconque jubilé que d'un match officiel avec trophée officiel au bout. Etait-ce dû à la préparation encore inachevée, et marquée par des niveaux physiques dissemblables au gré des arrivées échelonnées des joueurs après leurs vacances ? Ou bien s'agissait-il de s'économiser ?

De fait, le PSG n'a proposé du mouvement et de l'imagination que dans le dernier quart d'heure du match, sous la pression du résultat et du but inscrit par Saivet (38e). Et c'est Ongenda, un jeune du centre de formation déjà complimenté par "Zlatan" lors de la tournée parisienne en Suède, qui remettait le PSG dans le match (82e).

Laurent Blanc avait pourtant aligné samedi un onze aux allures d'équipe-type. A une exception près: Cavani, arrivé lundi à Paris et qui y est resté pour poursuivre son travail de reprise. Lavezzi en a profité pour être titularisé aux côtés d'Ibrahimovic, tandis que Pastore et Lucas occupaient les flancs en soutien (Ménez n'était pas dans le groupe, convalescent).

Et Lavezzi a fait des efforts, peut-être désireux de montrer qu'il avait toujours sa place, même s'il a connu un coup de mou en seconde période. Plus d'efforts en tout cas que Pastore, auteur d'un déchet technique considérable. Lucas, lui, avait bien du mal à passer sur son aile, bien tenue par Poundjé. Et il n'a pas offert le tranchant et les raids qu'il est censé apporter. En tout cas jusqu'à la 82e minute, lorsqu'il perçait plein axe et alertait Ibrahimovic dont la remise trouvait Ongenda, puis sur son coup franc devenu passe décisive.

Bordeaux a eu les occasions

Ibra ? Il a bien commencé, avide de tous les ballons en avant-centre décroché aux bonnes inspirations, avant de réduire la voilure progressivement jusqu'à disparaître de la circulation. Il s'est repris en deuxième période, mais la plupart de ses passes étaient mal ajustées.

A son actif également, une belle ouverture en profondeur pour Lavezzi dont le tir était dévié in extremis par Sertic (27e). L'Argentin a aussi tenté sa chance, directement sur Carrasso à l'issue de la première action collective offensive de classe du PSG. On jouait la 54e minute...

Si Paris avait le ballon, Bordeaux a eu les occasions. Les Girondins savaient bien qu'ils ne pouvaient lutter que sur contres. Et à ce jeu-là, ils disposaient d'un Maurice-Belay en verve, et qui a martyrisé Jallet. C'est sur un débordement de l'ailier côté gauche et un centre que Saivet ouvrait la marque d'une tête décroisée (38e). Et "NMB" ratait de peu le but du KO (56e), tout comme Poko butant sur Sirigu (59e).

Bordeaux, dont l'entraîneur Francis Gillot fêtait sa 100e sur le banc, a tenu la dragée haute au PSG, alors qu'il était privé de neuf joueurs, donc trois défenseurs centraux et son buteur maison, Diabaté. Le week-end prochain pour les Girondins, ce sera un autre nouveau riche au programme, Monaco.

Pour Paris, il faudra sans doute commencer son match plus tôt, vendredi à Montpellier, pour ne pas connaître une première déconvenue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers