Extension Factory Builder
14/07/2013 à 17:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le ministre algérien de l'Intérieur, Daho Ould Kablia. Le ministre algérien de l'Intérieur, Daho Ould Kablia. © AFP

Le ministre algérien de l'Intérieur, Dahou Ould Kablia, a dénoncé, dimanche 14 juillet, le trafic de carburant avec les pays voisins où l'or noir coûte plus cher, affirmant que 25% de la production nationale était gaspillée et exportée illégalement à l'étranger.

Le ministre algérien de l'Intérieur, Daho Ould Kablia, a dénoncé dimanche le trafic de carburant avec les pays voisins où l'or noir coûte plus cher, affirmant que 25% de la production nationale était gaspillée et exportée illégalement à l'étranger.

"Ce phénomène est désormais un problème tant sécuritaire qu'économique", a souligné le ministre qui s'exprimait dans la ville de Aïn Defla (nord-ouest) aux côtés de son collègue du Commerce, Mustapha Benbada.

"Le gouvernement a tenu récemment une réunion pour examiner cette situation dans les wilayas frontalières où les locaux sont privés de carburant récupéré par les contrebandiers", a précisé M. Ould Kablia, cité par l'agence nationale APS.

"Le département de Tlemcen (environ un million d'habitants en 2008), frontalier du Maroc, consomme davantage d'essence qu'Alger, forte officiellement de plus de trois millions d'habitants", a-t-il indiqué à titre d'exemple.

Le mois dernier, les autorités algériennes avaient commencé à rationner l'essence dans la région de Tlemcen en ordonnant aux stations de carburant d'en limiter la vente à 33 litres par véhicule de tourisme et 2.000 dinars (environ 20 euros) par véhicule lourd.

Mais ces mesures ne semblent pas avoir découragé les trafiquants qui achètent tout ce qu'ils peuvent comme carburant. Il est entreposé dans des hangars avant d'être exporté en grosse quantité.

En Algérie, un litre d'essence vaut 23 DA (0,23 euro) et un litre de gazole 13,40 dinars (0,13 euro). Au Maroc, il coûte 1,1 euro.

La situation est identique à la frontière tunisienne ainsi qu'aux frontières du sud algérien avec la Mauritanie, le Mali et le Niger, non producteurs de pétrole.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

Algérie : l'entraîneur du NAHD limogé après une altercation avec Anelka

L'entraîneur de l'équipe algérienne du NA Hussein Dey, Ighil Meziane, a été limogé après une "altercation" avec l'ancien international français Nicolas Anelka, direc[...]

Moi, Fathy le Fou, maître du "trait pourri"

Mon pays, l’Algérie, a été pionnier dans la zone minée de la caricature politique en Afrique du Nord. J’ai fait partie de ses éclaireurs, envoyé à l’ombre avec[...]

Algérie : la nouvelle Constitution, l'Arlésienne de Bouteflika

En avril 2011, le chef de l'État annonce son intention de faire réviser la loi fondamentale. Quatre ans et plusieurs consultations plus tard, le projet de réforme n'a toujours pas[...]

Football : retour sur près de 50 ans de violences dans les stades africains

Avec la condamnation à mort le 19 avril de onze supporters égyptiens lors d'un nouveau procès des émeutes de 2012 à Port-Saïd, la violence dans les stades s'est rappelée au (mauvais)[...]

Qui est Sid Ahmed Ghlam, l'Algérien qui planifiait un attentat en France ?

Sid Ahmed Ghlam a été arrêté dimanche en région parisienne alors qu’il projetait des attaques terroristes en banlieue parisienne, contre deux églises de Villejuif. Il est[...]

Algérie : l'embarrassante affaire Medjdoub

La plainte contre X pour torture déposée à Luxembourg, le 20 octobre 2012, par les avocats de Chani Medjdoub, un homme d'affaires algéro-luxembourgeois poursuivi pour corruption[...]

Algérie : Bouteflika les secrets du quatrième mandat

Pourquoi et comment, malgré un AVC qui l'a cloué dans un fauteuil roulant, le président de la République algérienne a décidé de rempiler en 2014. Enquête sur une[...]

Massacres de Sétif : la visite de Jean-Marc Todeschini diversement appréciée en Algérie

La presse algérienne n'a pas manqué de commenter la visite du secrétaire d'État français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, à Sétif. La première[...]

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait[...]

Massacre de Sétif : un ministre français qualifie sa visite en Algérie de "geste fort"

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a qualifié de "geste fort" sa visite dimanche en Algérie pour marquer le 70e anniversaire du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130714171137 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130714171137 from 172.16.0.100