Extension Factory Builder
06/07/2013 à 17:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président gabonais Ali Bongo (c) et Christiane Engel (d), petite-fille du docteur Schweitzer. Le président gabonais Ali Bongo (c) et Christiane Engel (d), petite-fille du docteur Schweitzer. © AFP

Plusieurs dizaines de personnalités étrangères -dont la ministre française déléguée à la Francophonie, Yamina Benguigui, et le biologiste français et Prix Nobel de médecine, Luc Montagnier- participaient samedi à Lambaréné (ouest) aux célébrations du centenaire du débarquement du "Grand blanc".

"Tous les Gabonais sans exception connaissent le Dr Schweitzer!", assure le pasteur Victor Bekale Be-Nang, 93 ans, qui fut très ami avec lui. Dans le salon du vieil homme, le portrait du médecin alsacien trône sur un imposant buffet au côté de celui du défunt président Omar Bongo Ondimba.

Schweitzer et son épouse ont débarqué sur les rives du fleuve Ogooué envahies par les moustiques, dans ce qui était alors l'un des territoires les plus sauvages de l'empire colonial français, à 250 km de Libreville.

A son arrivée à Lambaréné, la mission protestante d'Andende met à sa disposition un vieux poulailler que le médecin transforme en salle d'opération.

"Il utilisait de l'éther pour endormir ses patients, s'amuse le chirurgien Alain Deloche, petit neveu de Schweitzer, en visitant l'ancien hôpital. "Il a amené l'anesthésie pour la première fois ici. Les Gabonais étaient très étonnés, ils appelaient ça +la petite mort+ parce qu'ils se réveillaient après!", explique-t-il.

Le modeste dispensaire deviendra au fil des ans un hôpital-village de bois, de tôle et de torchis dans lequel vivent les familles du personnel soignant. Le docteur y recevra des milliers de patients atteints de maladies tropicales -paludisme, tuberculose ou maladie du sommeil- jusqu'à sa mort en 1965.

"Le docteur acceptait de soigner tout le monde, et les gens ont arrêté de mourir", se souvient Marie Mifoume, qui l'a connu lorsqu'elle était enfant. Elle a passé toute sa vie dans la léproserie créée par le Docteur Schweitzer avec l'argent du prix Nobel de la paix reçu en 1952 -33.000 dollars. "Il y avait beaucoup de lépreux à cette époque, il nous donnait des habits et nous rapportait plein de cadeaux à Noël, des pagnes, des boucles d'oreilles...", raconte-t-elle.

Cependant l'héritage du "Grand blanc de Lambaréné" reste controversé, certains dénonçant son attitude autoritaire et paternaliste envers ceux qu'il appelait les "indigènes".

Conversations avec son pélican

"Il était sévère. Quand le travail était mal fait, il pouvait entrer dans de grandes colères", reconnaît le vieux pasteur Bekale Be-Nang, qui fut longtemps aumônier à l'hôpital Schweitzer. "Mais lui même bossait beaucoup, il poussait la brouette avec ses ouvriers s'il le fallait".

Marie Mifoune, elle, n'a retenu qu'un trait négatif du docteur Schweitzer: "Il était dur pour l'argent". "Quand il nous soignait, il ne demandait pas d'argent, il nous demandait de l'aider. J'ai travaillé dans sa maison, je repassais, je faisais la vaisselle, mais il ne m'a jamais payée", explique la vieille femme d'un air boudeur, assise sous un arbre.

Pour financer les activités de l'hôpital, Albert Schweitzer retourne fréquemment en Europe -il est né en Alsace alors allemande et n'obtiendra la nationalité française qu'après la défaite de l'Allemagne lors de la première guerre mondiale.

Il y donne des conférences et des récitals d'orgue. Ses relations mondaines lui seront également d'un grand secours. Cousin du philosophe Jean-Paul Sartre, il est par ailleurs très ami avec Albert Einstein, Prix Nobel de physique de 1921. Les fonds lui permettront d'agrandir l'hôpital, qui pourra accueillir jusqu'à 500 lits.

"S'il faut retenir une seule chose du docteur Schweitzer, c'est le respect de la vie, qu'elle soit humaine ou animale", comme il l'avait théorisé dans son livre phare "La Civilisation et l'Éthique", affirme de son côté le pasteur Bekale Be-Nang.

Schweitzer, devenu complètement végétarien dans les dernières années de sa vie, avait même fondé, à quelques pas de l'hôpital, un refuge pour animaux.

Il avait pour animal de compagnie un pélican baptisé Parsifal, dont il a fait le narrateur d'un de ses livres. Et d'après le vieux pasteur, "il conversait souvent avec son pélican".

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Gabon

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Gabon : les caisses de l'État sous surveillance rapprochée

Un audit a révèlé l'ampleur de la disparition des fonds publics au Gabon au cours des dix dernières années. Pour reprendre la main, le gouvernement doit agir vite.[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Réseaux sociaux : le classement des villes africaines les plus actives sur Twitter

"Jeune Afrique" a établi un classement d'où il ressort un grand retard dans l'utilisation de Twitter par les villes africaines. Si certaines municipalités se démarquent, la plupart[...]

Cemac : esprit es-tu là ?

Peut-on modeler une union sur le décalque d'un croquis colonial ? Oui, non, peut-être... La Cemac, on l'avait un peu oublié, est, dans ses frontières actuelles, Guinée équatoriale[...]

L'Afrique centrale mise sur la "promotion canopée"

Pour valoriser leur filière bois, des pays du bassin du Congo misent sur la transformation locale des grumes. Objectif : créer des emplois tout en protégeant l'environnement.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers