Extension Factory Builder
23/06/2013 à 11:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants de la Remano dans les montagnes de Gorongosa, le 8 novembre 2012. Des combattants de la Remano dans les montagnes de Gorongosa, le 8 novembre 2012. © AFP

Plusieurs centaines de militants du Frelimo, le parti au pouvoir au Mozambique, se sont rassemblés samedi à Maputo et dans d'autres villes du pays pour dénoncer de récentes attaques meurtrières attribuées à l'ex-guérilla de la Renamo.

Plusieurs centaines de militants du Frelimo, le parti au pouvoir au Mozambique, se sont rassemblés samedi à Maputo et dans d'autres villes du pays pour dénoncer de récentes attaques meurtrières attribuées à l'ex-guérilla de la Renamo.

"Avec la paix nous pouvons tout. La guerre signifie un retour en arrière", a déclaré le secrétaire général du Frelimo, Felipe Paunde, devant près de 400 de ses partisans regroupés pour une marche sur l'une des principales avenues de Maputo.

Ayant pour mot d'ordre "non à la guerre", des rassemblements similaires ont été organisés notamment dans les villes de Xai Xai et Chimoio (sud), mais pas dans le centre du pays, plus particulièrement sous la menace de la Renamo.

Dans cette région, plusieurs véhicules sont tombés dans des embuscades, vendredi matin, sur un tronçon de la route nationale EN1 pris comme cible par l'ancienne guérilla, dans la province de Sofala (centre).

Ces trois attaques contre deux camions et un autocar ont fait au moins deux morts et cinq blessés, selon la police mozambicaine, qui les a attribuées à la Renamo. L'ex-rébellion s'est refusé à tout commentaire. Le Premier ministre Alberto Vaquina a dénoncé ces attaques comme "regrettables".

La Renamo, qui a déposé les armes en 1992 et siège depuis au Parlement comme principal parti d'opposition, avait annoncé mercredi qu'elle bloquerait la principale route nationale du Mozambique, et mettrait hors service une voie ferrée essentielle à l'exportation du charbon. Les deux parties négocient depuis 2012 pour tenter de désamorcer les tensions. L'ancienne guérilla a justifié son intention de saboter les infrastructures par l'attitude du gouvernement qui a massé des troupes autour du camp de son chef historique Afonso Dhlakama.

Dhlakama, qui a repris le maquis l'an dernier au pied du massif du Gorongosa, estime que les accords de paix de 1992 ne sont plus respectés car le Frelimo accapare le pouvoir et les bénéfices tirées de l'exploitation des importantes richesses naturelles du pays. "En tant que gouvernement, nous restons ouvert au dialogue", a déclaré sur Radio Mozambique Jose Pacheco, représentant du gouvernement aux négociations censées reprendre lundi.

"Nous serons présents aux négociations", a assuré M. Pacheco, qui a cependant fustigé le chef de la Renamo pour avoir "abandonné la démocratie". La guerre civile opposant le gouvernement Frelimo - à l'origine marxiste, et toujours au pouvoir - et la guérilla de la Renamo avait fait près d'un million de morts entre 1977 et 1992.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Mozambique : le gouvernement et la Renamo signent un cessez-le-feu

Mozambique : le gouvernement et la Renamo signent un cessez-le-feu

Le gouvernement du Mozambique et la Renamo, le principal parti d'opposition, ont signé dimanche un cessez-le-feu. Cet accord ouvre la voie aux négociations et met fin à deux années d'affrontements.[...]

Mozambique : pouvoir et opposition s'entendent sur un accord de paix

Un pas vers la paix a été effectué en début de semaine à Maputo. Le gouvernement mozambicain et le parti d’opposition armé, la Renamo, ont signé lundi un accord de principe[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Sommet UE-Afrique : ils ont soutenu Grace Mugabe et ne sont pas venus

En réponse au refus des autorités belges de délivrer un visa à Grace Mugabe, quatre chef d'État d'Afrique australe n'ont pas fait le déplacement à Bruxelles pour le sommet[...]

Présidentielle mozambicaine : Filipe Nyusi, la marionnette de Guebuza ?

Il est le candidat du Frelimo à la présidentielle mozambicaine. Et, pour beaucoup, le sous-marin d'Armando Guebuza, le chef de l'État sortant.[...]

Un long chemin vers les libertés

Joaquim Chissano est l'ancien président du Mozambique et coprésident du groupe de travail de haut niveau pour la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD).[...]

Japon - Afrique : l'ombre chinoise

Parmi les partenaires commerciaux de l'Afrique, le Japon est loin derrière la Chine. Un retard que Shinzo Abe, le Premier ministre nippon, s'emploie à réduire.[...]

Shinzo Abe mène la reconquête japonaise en Afrique

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe sera en Afrique du 9 au 11 janvier. Objectif : redresser le niveau des échanges commerciaux avec le continent, alors que la compétition fait rage avec la Chine.[...]

Eusebio, légende du football d'origine mozambicaine, est décédé

Légende du football portugais, Eusebio est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Lisbonne, a annoncé l'agence de presse Lusa, citant son ancien club de Benfica.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex