Extension Factory Builder
23/06/2013 à 11:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des combattants de la Remano dans les montagnes de Gorongosa, le 8 novembre 2012. Des combattants de la Remano dans les montagnes de Gorongosa, le 8 novembre 2012. © AFP

Plusieurs centaines de militants du Frelimo, le parti au pouvoir au Mozambique, se sont rassemblés samedi à Maputo et dans d'autres villes du pays pour dénoncer de récentes attaques meurtrières attribuées à l'ex-guérilla de la Renamo.

Plusieurs centaines de militants du Frelimo, le parti au pouvoir au Mozambique, se sont rassemblés samedi à Maputo et dans d'autres villes du pays pour dénoncer de récentes attaques meurtrières attribuées à l'ex-guérilla de la Renamo.

"Avec la paix nous pouvons tout. La guerre signifie un retour en arrière", a déclaré le secrétaire général du Frelimo, Felipe Paunde, devant près de 400 de ses partisans regroupés pour une marche sur l'une des principales avenues de Maputo.

Ayant pour mot d'ordre "non à la guerre", des rassemblements similaires ont été organisés notamment dans les villes de Xai Xai et Chimoio (sud), mais pas dans le centre du pays, plus particulièrement sous la menace de la Renamo.

Dans cette région, plusieurs véhicules sont tombés dans des embuscades, vendredi matin, sur un tronçon de la route nationale EN1 pris comme cible par l'ancienne guérilla, dans la province de Sofala (centre).

Ces trois attaques contre deux camions et un autocar ont fait au moins deux morts et cinq blessés, selon la police mozambicaine, qui les a attribuées à la Renamo. L'ex-rébellion s'est refusé à tout commentaire. Le Premier ministre Alberto Vaquina a dénoncé ces attaques comme "regrettables".

La Renamo, qui a déposé les armes en 1992 et siège depuis au Parlement comme principal parti d'opposition, avait annoncé mercredi qu'elle bloquerait la principale route nationale du Mozambique, et mettrait hors service une voie ferrée essentielle à l'exportation du charbon. Les deux parties négocient depuis 2012 pour tenter de désamorcer les tensions. L'ancienne guérilla a justifié son intention de saboter les infrastructures par l'attitude du gouvernement qui a massé des troupes autour du camp de son chef historique Afonso Dhlakama.

Dhlakama, qui a repris le maquis l'an dernier au pied du massif du Gorongosa, estime que les accords de paix de 1992 ne sont plus respectés car le Frelimo accapare le pouvoir et les bénéfices tirées de l'exploitation des importantes richesses naturelles du pays. "En tant que gouvernement, nous restons ouvert au dialogue", a déclaré sur Radio Mozambique Jose Pacheco, représentant du gouvernement aux négociations censées reprendre lundi.

"Nous serons présents aux négociations", a assuré M. Pacheco, qui a cependant fustigé le chef de la Renamo pour avoir "abandonné la démocratie". La guerre civile opposant le gouvernement Frelimo - à l'origine marxiste, et toujours au pouvoir - et la guérilla de la Renamo avait fait près d'un million de morts entre 1977 et 1992.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mozambique

Le français Société Générale s'installe au Mozambique

Le français Société Générale s'installe au Mozambique

Après avoir obtenu un agrément au Togo fin 2014, la Société générale annonce son entrée au capital de MCB Moçambique. Le groupe bancaire français prend ainsi pied[...]

Mozambique : marche en hommage au Franco-Mozambicain tué à Maputo

Un millier de personnes ont marché samedi à Maputo pour rendre un dernier hommage à Gilles Sistac, universitaire franco-mozambicain abattu cette semaine en plein centre de la capitale du Mozambique, a[...]

Le juriste franco-mozambicain Gilles Cistac abattu à Maputo

Le Franco-Mozambicain Gilles Cistac a été tué par balles mardi à Maputo, capitale du Mozambique. L’opposition dénonce un assassinat politique : cet expert en droit constitutionnel [...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

La mosaïque linguistique africaine : carte des langues parlées sur le continent

En décembre dernier, le Parlement sénégalais s’est doté d’un système de traduction simultanée permettant aux députés de s’exprimer dans leur langue[...]

"La confession de la lionne" : Mia Couto et le réalisme magique

Dans son dernier roman, "La Confession de la lionne", le Mozambicain Mia Couto nous plonge dans une histoire poétique dont il a le secret. Où les attaques de lions visant les femmes d'un village sont au[...]

Mozambique : Graça Machel, ancienne première dame et reine de la pudeur

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Pétrole : trente ans d'incidents environnementaux en Afrique

Connus du grand public ou - pour plusieurs d'entre eux - oubliés et jamais jugés, de nombreux incidents environnementaux ont émaillé l'exploitation et le transport de pétrole sur le continent[...]

Mozambique : arrestation du député Muchanga, porte-parole de la Renamo

La police a confirmé mardi l'arrestation à Maputo d'Antonio Muchanga, député et porte-parole de la Renaissance nationale mozambicaine (Renamo), principal parti d'opposition du pays. Il lui est[...]

Mozambique : Afonso Dhlakama, le trouble-fête

Afonso Dhlakama, c'est un pilier de la politique mozambicaine. Candidat pour la cinquième fois à la présidentielle, en octobre, il en a contesté les résultats. Pour obtenir plus de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130623112825 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130623112825 from 172.16.0.100