Extension Factory Builder
22/06/2013 à 17:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed El-Baradei, ancien chef de l'agence atomique de l'ONU, le 15 octobre 2012 à Londres. Mohamed El-Baradei, ancien chef de l'agence atomique de l'ONU, le 15 octobre 2012 à Londres. © AFP

L'un des principaux responsables de l'opposition égyptienne a appelé samedi le président Mohamed Morsi à démissionner, à l'approche de manifestations organisées à la fin du mois pour réclamer le départ du chef de l'État, qui a quant à lui écarté cette perspective.

Un des principaux responsables de l'opposition égyptienne a appelé samedi le président Mohamed Morsi à démissionner, à l'approche de manifestations organisées à la fin du mois pour réclamer le départ du chef de l'Etat, qui a quant à lui écarté cette perspective.

"Pour le bien de l'Egypte, j'appelle le président Morsi à démissionner pour nous donner une chance d'entrer dans une nouvelle phase basée sur les principes de liberté et de justice", a déclaré Mohammed El-Baradei, ancien chef de l'agence atomique de l'ONU, lors d'une conférence. "J'appelle le président Morsi et les Frères musulmans (dont il est issu) à entendre les cris qui montent de toute l'Egypte", a poursuivi le chef du parti al-Dostour et responsable du Front du salut national (FSN), principale coalition de l'opposition.

"Nous voulons une Egypte qui soit celle pour laquelle la révolution a eu lieu", a-t-il ajouté, en référence au soulèvement populaire qui a abouti à la chute de Hosni Moubarak début 2011.

Une campagne intitulée Tamarod (rébellion) appelle à manifester le 30 juin, premier aniversaire de l'investiture de M. Morsi, devant le palais présidentiel au Caire.
Tamarod revendique 15 millions de signatures pour une pétition réclamant le départ de M. Morsi, accusé de vouloir monopoliser le pouvoir au profit des Frères musulmans et de laisser le pays s'enfoncer dans la crise économique.

Le chef de l'Etat a de son côté renouvelé, dans un entretien publié samedi par le journal gouvernemental Akhbar al-Youm, son appel à un dialogue avec l'opposition, tout en laissant entendre qu'il n'avait pas l'intention de partir en dehors du cadre institutionnel et électoral, qui prévoit la prochaine présidentielle pour 2016.

"Si les Egyptiens choisissent quelqu'un d'autre que moi à la prochaine élection, je lui remettrai le pouvoir conformément à la Constitution et à la loi", a-t-il dit. "Je le ferai dans un esprit de bonne volonté (.) conformément à la démocratie et à mon rejet de tout monopole du pouvoir", a ajouté M. Morsi.

Ses partisans ont tenu vendredi un rassemblement de dizaines de milliers de personnes dans un faubourg de la capitale, avec des slogans insistant sur la "légitimité démocratique" de M. Morsi et accusant l'opposition de chercher à déstabiliser le pays au profit des nostalgiques de l'ancien régime.

Des responsables de l'aviation civile et des services de sécurité ont par ailleurs indiqué samedi que la protection des aéroports du pays allait être renforcée en prévision des manifestations du 30 juin et des troubles qui pourraient se produire.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Egypte

Mohamed Talbi : 'L'islam est né laïc'

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Égypte : quand Sissi tacle la France au sujet du dossier libyen

Lors d'une rencontre au Caire avec une délégation française, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi n'a pas manqué de faire savoir ce qu'il pensait de la gestion par la France du[...]

Égypte : entre les pavés, les jeunes pousses font leur révolution

Nouvelle tendance postrévolutionnaire, la création d'entreprises fait florès en Égypte. Un marché alléchant pour de nombreux investisseurs.[...]

L'Égypte promet de "punir" les auteurs de l'attaque ayant tué 22 soldats

L'Égypte a promis dimanche de "punir" les auteurs de l'attaque contre un point de contrôle militaire qui a tué la veille 22 soldats, l'une des plus meurtrières contre l'armée depuis[...]

Des députés français constatent le retour de l'Égypte sur la scène africaine

Première visite du genre depuis l'élection d'Abdel Fatah al-Sissi, une délégation de six députés français s’est rendue au Caire du 15 au 19 juillet. Le ministre des Affaires[...]

Égypte : attaque contre un point de contrôle de l'armée, 21 soldats tués

Vingt et un soldats de l'armée égyptienne ont été tués samedi dans une attaque perpétrée par des hommes armés contre un point de contrôle militaire dans l'ouest du[...]

Égypte : premières condamnations à vie pour des agressions sexuelles

Pour la première fois, un tribunal égyptien a condamné mercredi sept hommes à la prison à vie pour des agressions sexuelles sur la place Tahrir, au Caire. Certaines avaient été[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

Conflit israélo-palestinien : John Kerry attendu en Égypte mardi pour discuter d'une trêve

Selon la presse égyptienne, le secrétaire d'État américain, John Kerry, est attendu mardi en Égypte, alors que les appels se multiplient pour un arrêt des hostilités entre[...]

Égypte : sept morts à El-Arish dans le Nord-Sinaï

Trois roquettes se sont abattues dans la nuit de dimanche à lundi sur El-Arish, la capitale régionale du Nord-Sinaï. Sept et un soldat ont été tués, ont indiqué des sources[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers