Extension Factory Builder
22/06/2013 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. © Stephane de Sakutin/AFP

Le procès de Julius Malema, l'ex-président de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir en Afrique du Sud, poursuivi pour avoir monnayé son appui à l'obtention de marchés publics, se tiendra du 18 au 29 novembre.

Le procès de Julius Malema, l'ex-président de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir en Afrique du Sud, poursuivi pour avoir monnayé son appui à l'obtention de marchés publics, se tiendra du 18 au 29 novembre.

Le jeune tribun fut président de la Ligue de jeunesse de l'ANC pendant quatre ans avant de devenir un agitateur trop gênant pour le parti qui l'a exclu en 2012. Il a l'intention de fonder un nouveau parti et craint les effets négatifs d'un procès en pleine campagne pour les élections générales d'avril 2014.

"Plus tôt le procès sera terminé, mieux ce sera", a-t-il déclaré lors d'une nouvelle comparution jeudi et vendredi devant un tribunal de Polokwane, capitale de la province du Limpopo où des faits de corruption, racket et blanchiment d'argent lui sont reprochés.

Mais le juge Mohammed Shaik a rejeté la requête de ses avocats de modifier le calendrier du procès. Malema a, de son côté, une nouvelle fois accusé son ancien mentor, le président sud-africain Jacob Zuma, d'"avoir tout fait pour assurer qu'il perde tout et bloquer quiconque se liant" à lui, selon ses propos cités par l'agence sud-africaine Sapa.

Son avocat, Tumi Mokwena, a reproché au parquet les dates retenues sans consultation pour juger l'affaire, y voyant une preuve que le procès ne serait pas équitable. Il a accusé l'Etat d'être de mauvaise volonté et de traîner. Il a aussi estimé que dix jours de procès ne suffiraient pas à entendre tous les témoins et à examiner les 11.000 pages de ce dossier financier.

L'ancien chef de file des jeunes de l'ANC est accusé d'avoir reçu des rétrocommissions après que la société On-Point, dont sa holding familiale Ratanang est actionnaire, a remporté un appel d'offres frauduleux au Limpopo, une province dirigée par ses amis politiques.

Poursuivi avec quatre associés, il risque quinze ans de prison. Il est actuellement en liberté sous caution. Inquiété par le fisc, le jeune homme, dont le train de vie luxueux contrastait avec celui des plus pauvres qu'il disait défendre en appelant à une révolution dans les mines, a dû vendre aux enchères sa propriété de Johannesburg, sa plantation et ses effets personnels suite à un important redressement.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

Tortures au Zimbabwe : la police sud-africaine appelée à ouvrir des nouvelles enquêtes

À la suite d'une requête d'association des droits humains, la Cour constitutionnelle sud-africaine a ordonné jeudi pour la troisième fois à la police nationale d'ouvrir une enquête sur des c[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Afrique du Sud : la famille d'Oscar Pistorius accepte la perspective d'un nouveau procès

Alors que le ministère public a annoncé vouloir faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius, la famille de l'athlète a accepté mardi la perspective d'un nouveau procès. Reconnu coupable[...]

Minée par la violence, l'Afrique du Sud pleure la mort du capitaine des Bafana

Lundi, la chef de la police nationale a donné le signalement de deux hommes âgés d'une petite trentaine d'années soupçonnés d'être les meurtriers de Senzo Meyiwa, gardien de but et[...]

Afrique du Sud - Procès Pistorius : le ministère public va faire appel du verdict

Le ministère public a annoncé lundi qu'il allait faire appel du verdict requis contre Oscar Pistorius. Le champion sud-africain avait été condamné le 21 octobre à cinq ans de prison ferme[...]

Accord QNB-Ecobank : Mike Brown ne décolère pas

 Mike Brown, le dirigeant du sudafricain Nedbank, n'a pas apprécié que Qatar National Bank soit devenu le premier actionnaire d'Ecobank.[...]

Football : Senzo Meyiwa, le capitaine de l'équipe sud-africaine, tué dans une fusillade

Le capitaine de l'équipe d'Afrique du Sud de football, Senzo Meyiwa, âgé de 27 ans, a été tué dimanche dans une fusillade à son domicile de Johannesburg.[...]

Pistorius : Reeva "avait décidé de le quitter cette nuit-là"

La mère de Reeva Steenkamp, tuée en 2013 par le champion paralympique Oscar Pistorius, s'est déclarée certaine, dans une interview exclusive au Times Magazine, que sa fille "avait[...]

Lesotho : un accord trouvé par les négociateurs sud-africains

Fin août, un coup d’État contre le Premier ministre Tom Thabane avait échoué. Hier, les négociateurs sud-africains ont annoncé être parvenus à mettre d’accord les[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius condamné à cinq ans de prison ferme

La justice sud-africaine a condamné le champion d'athlétisme de 27 ans, Oscar Pistorius, à cinq ans de prison ferme pour le meurtre de sa petite amie en 2013. Il a également écopé de trois[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers