Extension Factory Builder
22/06/2013 à 10:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. Le président de la Ligue de jeunesse de l'ANC, Julius Malema, le 10 février 2012 à Pretoria. © Stephane de Sakutin/AFP

Le procès de Julius Malema, l'ex-président de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir en Afrique du Sud, poursuivi pour avoir monnayé son appui à l'obtention de marchés publics, se tiendra du 18 au 29 novembre.

Le procès de Julius Malema, l'ex-président de la Ligue de jeunesse du parti au pouvoir en Afrique du Sud, poursuivi pour avoir monnayé son appui à l'obtention de marchés publics, se tiendra du 18 au 29 novembre.

Le jeune tribun fut président de la Ligue de jeunesse de l'ANC pendant quatre ans avant de devenir un agitateur trop gênant pour le parti qui l'a exclu en 2012. Il a l'intention de fonder un nouveau parti et craint les effets négatifs d'un procès en pleine campagne pour les élections générales d'avril 2014.

"Plus tôt le procès sera terminé, mieux ce sera", a-t-il déclaré lors d'une nouvelle comparution jeudi et vendredi devant un tribunal de Polokwane, capitale de la province du Limpopo où des faits de corruption, racket et blanchiment d'argent lui sont reprochés.

Mais le juge Mohammed Shaik a rejeté la requête de ses avocats de modifier le calendrier du procès. Malema a, de son côté, une nouvelle fois accusé son ancien mentor, le président sud-africain Jacob Zuma, d'"avoir tout fait pour assurer qu'il perde tout et bloquer quiconque se liant" à lui, selon ses propos cités par l'agence sud-africaine Sapa.

Son avocat, Tumi Mokwena, a reproché au parquet les dates retenues sans consultation pour juger l'affaire, y voyant une preuve que le procès ne serait pas équitable. Il a accusé l'Etat d'être de mauvaise volonté et de traîner. Il a aussi estimé que dix jours de procès ne suffiraient pas à entendre tous les témoins et à examiner les 11.000 pages de ce dossier financier.

L'ancien chef de file des jeunes de l'ANC est accusé d'avoir reçu des rétrocommissions après que la société On-Point, dont sa holding familiale Ratanang est actionnaire, a remporté un appel d'offres frauduleux au Limpopo, une province dirigée par ses amis politiques.

Poursuivi avec quatre associés, il risque quinze ans de prison. Il est actuellement en liberté sous caution. Inquiété par le fisc, le jeune homme, dont le train de vie luxueux contrastait avec celui des plus pauvres qu'il disait défendre en appelant à une révolution dans les mines, a dû vendre aux enchères sa propriété de Johannesburg, sa plantation et ses effets personnels suite à un important redressement.
 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption 'sans fondement'

Mondial 2010 : l'Afrique du Sud juge les accusations de corruption "sans fondement"

La Fédération sud-africaine de football s’est exprimée jeudi au sujet des accusations de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2010. Une affaire dans laquelle sont inculpés des [...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et de partenaires de la Fifa. La[...]

Afrique du Sud : Maimane, du township au leadership

À 34 ans, ce chef d'entreprise devient le premier dirigeant noir de l'Alliance démocratique, parti considéré jusque-là comme "trop blanc". Cela suffira-t-il à[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : l'opération Fiela suscite la polémique

Dans le cadre de l'opération Fiela, plus de 400 Mozambicains ont été expulsés en fin de semaine dernière et la société civile dénonce une action xénophobe. Le[...]

RDC : la justice sud-africaine abandonne les poursuites contre le pasteur Mukungubila

Le tribunal de Johannesburg a décidé vendredi d’abandonner les poursuites engagées contre le pasteur Paul-Joseph Mukungubila, qui était accusé d'avoir fomenté les attaques du 30[...]

Cornes de rhinocéros : un juteux trafic en nette progression

Les rhinocéros, menacés d'extinction, sont traqués par les contrebandiers. Zoom sur un trafic très lucratif.[...]

Gaz de schiste : l'Afrique du Sud lance une étude d'impact sur l'exploitation

L'Afrique du Sud a annoncé le lancement d'une étude d'impact de l'exploitation du gaz de schiste, dont la région du Karoo (centre-ouest), écologiquement fragile, détiendrait suffisamment de[...]

L'artiste sud-africain Joe Dog censuré à la Fondation Calouste-Gulbenkian de Lisbonne

Plus connu sous le nom de Joe Dog, l'artiste sud-africain Anton Kannemeyer a été victime d'une étrange affaire de censure au Portugal, dans la librairie de la Fondation Calouste-Gulbenkian à[...]

Afrique du Sud : qui est (vraiment) Mmusi Maimane, le leader noir du "parti blanc" ?

À 34 ans, Mmusi Maimane a été élu dimanche à la tête de l'Alliance démocratique (DA), première force d'opposition en Afrique du Sud et considérée par le pouvoir[...]

Afrique du Sud - Zapiro : "La liberté d'expression est un combat"

Pourfendeur de l'apartheid et de tous les obscurantismes, cette figure phare des satiristes du continent s'inquiète des menaces qui pèsent sur la démocratie sud-africaine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers